Connect with us
pub

Développement personnel

Sénégal-Ressources Extractives : Ndeye Marie Diedhiou, la « Seigneure de la guerre »des ressources en Casamance

Published

on

Au vu des importants gisements miniers déjà en exploitation, les phosphates, les carrières, l’or, le zircon et le fer et des récentes découvertes de pétrole et de gaz, le Sénégal se positionne de plus en plus comme un pays riche en ressources naturelles. C’est pourquoi le gouvernement ambitionne de faire de ce secteur un des piliers de son développement, comme indiqué dans son plan stratégique de développement économique (le Plan Sénégal Émergent). Diverses réformes du cadre normatif et politique, engagées depuis 2016 pour accompagner la mise en œuvre de l’ITIE (notamment la révision du code minier, du code pétrolier et du code gazier, l’adoption de la politique sectorielle minière, et l’adoption de la loi sur le contenu local), traduisent cette ambition.

À ces efforts s’ajoute la réorganisation du cadre institutionnel (réformes des directions au sein du ministère des Mines et de la Géologie, réorganisation de PETROSEN), qui passe également par la création de nouvelles institutions (COS PETROGAZ, GES – PETROGAZ. Toutefois, malgré ces avancées, la faible prise en charge de la demande sociale dans les zones d’exploitation des ressources reste évidente. Il est facile de constater, surtout dans ces zones, le manque d’accès des populations aux services sociaux de base (faibles revenus des populations, insuffisance des équipements et des retombées financières au profit des collectivités locales). Et même si le dispositif juridique instaure clairement des dispositions permettant aux populations de bénéficier de leurs ressources, les revenus perçus jusqu’à maintenant par les compagnies et l’État n’ont pas eu de répercussions suffisamment positives sur la vie des populations, notamment les femmes.

L’État sénégalais dispose déjà d’un cadre politique et normatif intégrant les principes généraux relatifs à l’égalité de genre (femmes, jeunes, personnes vulnérables, minorités, etc.) et aux droits des femmes en particulier. En effet, plusieurs textes instaurent la prise en compte du genre. Citons, entre autres, la Constitution, la loi n° 2010-11 du 28 mai 2010 instituant la parité absolue homme-femme applicable au niveau de toutes les institutions totalement ou partiellement électives, le document de stratégie économique nationale (Plan Sénégal Émergent), la Stratégie nationale d’équité et d’égalité de genre, la circulaire de la Primature (cabinet du Premier ministre) de 2013 invitant les ministères sectoriels à intégrer la dimension de genre dans leurs interventions. Mais paradoxalement, malgré ces dispositifs, l’analyse réalisée dans le secteur extractif par la coalition nationale Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) dans le cadre du projet pilote genre montre un écart notable entre l’existence et la mise en œuvre de ces dispositions. En effet, à titre d’exemple, même si le code minier de 2016 à travers son article 109 instaure l’égalité des chances pour l’accès à l’emploi et la formation, le Rapport ITIE 2018 révèle que seulement 9 % des femmes bénéficient d’un emploi dans les entreprises extractives. En termes de représentativité des femmes dans les instances de gouvernance des ressources naturelles au Sénégal, la brèche demeure encore énorme tant au sein du Groupe multipartite de l’ITIE qu’au sein des structures de gouvernance de la coalition nationale. Pour l’instant, Ndeye Marie Diedhiou est la seule femme chargée de la coordination d’une antenne régionale de Publiez Ce Que Vous Payez. La présente étude est l’occasion de mettre en avant le travail remarquable de cette coordonnatrice, surnommée la « Seigneure de la guerre » des ressources en Casamance. Une championne de la transparence, voix des communautés.

Au Sénégal, la coalition nationale Publiez Ce Que Vous Payez est organisée en antennes régionales et ce afin « d’être plus proche des communautés affectées par les opérations minières », selon son Coordonnateur national, M. Ibrahima Sory Diallo. Comme il explique ; Certes la capitale, Dakar, reste le centre de prise de décisions, mais les enjeux sont autres pour les populations qui vivent le paradoxe de l’abondance. Et dans un contexte de faible confiance entre les acteurs, l’émergence d’un leadership au niveau local reste un défi majeur dans notre secteur d’activités.

PCQVP Sénégal compte actuellement sept antennes dans plusieurs régions du Sénégal, dont une seule, celle de Ziguinchor, est dirigée par une femme. Elle se nomme Ndeye Marie Diedhiou et ses actions lui ont valu le surnom de la « Seigneure de la guerre » des ressources en Casamance. Sur la côte nord de la Casamance, la dune de Niafrang (nom du village qui y est implanté) est convoitée pour le zircon que contient son sable. La Casamance ayant été fragilisée par plus de trente ans d’affrontements civils, un cessez-le-feu a été décidé et signé entre le gouvernement sénégalais et les forces rebelles indépendantistes du MFDC en décembre 2004. Mais à peine un mois avant la signature de ce cessez-le-feu, un permis d’exploration avait été octroyé par arrêté ministériel à la compagnie minière australienne Carnegie Ltd (permis repris postérieurement par Astron).

Or les populations n’avaient été ni consultées ni informées. La première audience, dans le cadre de l’enquête publique, n’a eu lieu qu’en 2011, les Casamançais n’ayant cessé de dénoncer le manque d’informations sur le projet. Les villages avoisinant la dune de Niafrang dépendent de la riziculture, des cultures maraîchères, de la pêche, de l’exploitation du palmier à huile, de l’apiculture, de la pêche à l’huître et du tourisme. Les rizières, les palmeraies et les villages sont protégés de la mer et de son eau salée par la dune. Témoins des effets de l’exploitation minière de zircon en Gambie, toute proche, les Casamançais craignent que cette activité ne contamine les nappes phréatiques, mettant ainsi en péril le milieu naturel. Opposés au projet d’extraction, les habitants du village, ceux des villages voisins et plusieurs de leurs partenaires se sont mobilisés et organisés en un Collectif pour mettre en garde contre l’exploitation de la zone.

C’est dans ce contexte que la coalition nationale Publiez Ce Que Vous Payez intervient dans la zone et se saisit du dossier. Afin de conférer une véritable légitimité au projet, il est nécessaire de mettre en avant les préoccupations des communautés locales. Mais pour porter leur message, face à la défense des intérêts privés, encore fallait-il trouver la bonne voix : cette voix est celle de Ndeye Marie Diedhiou.

Elle est l’unique femme coordonnatrice d’une antenne régionale de Publiez Ce Que Vous Payez au Sénégal, coalition qu’elle intègre depuis son adhésion au mouvement mondial. Les qualificatifs ne manquent pas pour vanter sa contribution au dynamisme de la coalition. Le Coordonnateur national de PCQVP se félicite de son leadership et de son appui incessant à la vie de la coalition : «Je connais Ndeye Marie depuis 2013, mais bien avant cela, j’avais entendu parler d’elle à travers la plateforme pour la paix en Casamance. Je retiens d’elle qu’elle une femme qui se caractérise par sa rigueur, son professionnalisme, pleinement vouée à son travail, dotée notamment d’une grande capacité managériale. Au sein de la plateforme pour la paix en Casamance, elle collabore autant avec les hommes qu’avec les femmes et cela démontre qu’elle a les compétences voulues, le savoir-faire. Ils se sont tous mobilisés à ses côtés. Avant de lancer l’antenne de la coalition à Ziguinchor, j’ai mené une enquête de moralité. J’ai demandé aux populations et aux autorités de la zone sur qui nous pouvions compter pour occuper les fonctions de coordonnateur régional. Tous, unanimement, m’ont orienté vers Madame Thiam [nom de son défunt mari]. En somme, elle est une championne de l’entrepreneuriat social tous azimuts ! ».

Depuis sa désignation à la tête de l’antenne de Ziguinchor, Ndeye Marie Diedhiou n’a raté aucun rendez-vous important de la coalition. Les militants du mouvement sont unanimes : elle incarne la crédibilité et la légitimité dont la coalition a besoin pour progresser dans sa démarche. Membre de la délégation sénégalaise à la conférence mondiale PCQVP tenue à Lima en 2016, elle a dignement représenté la coalition nationale et exposé le travail accompli. Mais cette position ne la met pas à l’abri de certains risques, liés à son engagement dans le secteur, surtout en zone hostile. Impact Diversité, inclusion, participation et unité d’action Pour faire entendre la voix des femmes, le premier acte proposé par Ndeye Marie Diedhiou a été de réunir l’ensemble des organisations de femmes, des associations, des OSC et autres femmes influentes autour d’un cadre d’actions harmonisé. C’est de façon digne d’éloges qu’elle a mobilisé autour de la Plateforme des femmes pour la paix, 170 associations membres réparties à travers la région naturelle de la Casamance.

L’objectif pour elle est de rassembler les énergies, les compétences et l’expertise de chacune des organisations membres afin d’influencer le processus de recherche de la paix, de favoriser un épanouissement et le respect des droits des femmes dans tous les secteurs de la vie active. Cette approche inclusive a permis à cette Plateforme de s’imposer très rapidement comme l’interlocuteur incontournable dans le processus de paix en Casamance, tout comme dans les initiatives de développement économique ainsi que dans la défense des droits des femmes et des jeunes filles. En dépit de la diversité des organisations membres, Ndeye Marie Diedhiou a réussi à établir une vision commune entre elles, en définissant des objectifs globaux et des axes d’interventions permettant à chacune d’elles de tirer profit de la Plateforme. Les axes de plaidoyer développés, portant plus particulièrement sur « les femmes, la paix et la sécurité », « les droits humains », « l’environnement et le développement durable », ont favorisé la mobilisation de toutes les associations membres autour des objectifs communs.

De l’action conjointe au travail d’influence Après un entretien avec le consultant chargé de l’étude et la parution du rapport d’analyse de la question genre au Sénégal, Ndeye Marie Diedhiou a exigé la parité dans la représentation des antennes au sein du Comité directeur. Désormais, les deux délégués de chaque antenne sont désignés sur une base paritaire au Comité directeur. La décision a été adoptée à la réunion du Comité et institutionnalisée dans le code de conduite de PCQVP Sénégal. Cette règle, Ndeye Marie Diedhiou et Marieme Soda Mbacke ont réussi à l’étendre à la représentation des membres dans les réunions et activités de la coalition. Grâce au projet genre, elles ont pu entreprendre une révision du code de conduite de la coalition afin de favoriser une prise en compte institutionnelle de l’équilibre genre au niveau de la représentativité, aussi bien au sein des instances de PCQVP qu’au collège de la société civile du Groupe multipartite de l’ITIE.

 Sensibilisation sur les enjeux du secteur extractif et la question de genre La compréhension des enjeux liés à l’exploitation des ressources extractives a représenté jusqu’à maintenant un grand défi pour les acteurs de la société civile dans la région de la Casamance. En effet, au-delà de la présence de zircon et de pétrole dans la zone maritime, le point à souligner est ici le manque de communication de la part des autorités publiques. Par exemple, le permis d’exploration octroyé à la compagnie

Difficultés rencontrées et enseignements tirés L’activisme en zone hostile, un engagement justifié mais non dépourvu de risques Considérée par les visiteurs et touristes comme l’une des plus belles régions du Sénégal et d’Afrique de l’Ouest, la région historique et naturelle de la Casamance est marquée et meurtrie depuis le début des années 1980 par une guerre indépendantiste entre les Forces armées du Sénégal et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).

Un premier incident grave en 1982 a mis le feu aux poudres et déclenché un conflit qui allait éprouver la région pendant plus de trente ans. C’est ce contexte a qui justifié l’engagement citoyen de Ndeye Marie Diedhiou, comme ses propos le rappellent : « L’environnement dans lequel je vis a malheureusement été marqué par trente années de conflit. Comme cela est souvent le cas ailleurs dans le monde, les conflits armés ont un impact négatif considérable sur la vie des femmes et des enfants. C’est ce contexte qui a très tôt motivé mon engagement et m’a poussée à m’impliquer dans le mouvement de consolidation de la paix ici dans ma région ».

Les stéréotypes, frein au leadership féminin Cible de violences verbales, d’injures et de menaces de la part du MFDC, la militante apparaît désormais comme « l’ennemie à abattre » à tous niveaux. Malgré un travail de Les moins tolérants pensent qu’elle est inconsciente de s’engager sur des terrains aussi « minés », sans sécurité aucune. Le dossier du zircon est devenu tellement complexe, compte tenu des divergences d’intérêts des acteurs, que son intervention entraîne pour elle bien des risques. Il arrive que les factions armées du mouvement rebelle me menacent de mort et me déclarent persona non grata dans la zone. Ils jugent que mon attitude et ma volonté de conciliation entre les parties sont synonymes de complicité avec la compagnie, et pour le gouvernement, de corruption. Il s’agit de personnes souvent mal intentionnées qui me mettent en porte-à-faux avec les communautés et qui font office de délateurs au sein du MFDC pour salir ma réputation et ma dignité de femme ». La légitimité, gage de succès dans le combat Des sacrifices, Ndeye Marie Diedhiou en a fait, parfois au risque de sa carrière d’enseignante ou tout simplement de sa vie. Elle a maintes fois frôlé la mort parce qu’elle était souvent incomprise dans son combat pour la paix en Casamance. Les conditions de vie des femmes de ma région, leur survie même, les conditions que j’ai moi-même vécues aux côtés de ma mère en tant qu’ainée d’une famille de douze enfants, conditions que j’affronte encore dans un milieu où le conservatisme socioculturel et religieux continue de régner, conditions que je vis tout simplement parce que je suis une femme engagée au beau milieu d’un conflit armé : ces conditions définissent désormais l’essence même de mon existence. Par conséquent, je garde espoir parce que les hommes et les femmes qui m’entourent me font confiance, malgré d’immenses défis au quotidien. Quand je me retourne et que je vois tous ces braves gens qui comptent sur moi, les paroles d’encouragement de mon défunt époux — qui a toujours été mon « champion genre » — raisonnent en moi : « Ne baisse pas les bras, tu mènes un combat noble… ».

Oumou Kalsoum Ba

Coalition Publiez ce que vous payez

Continue Reading
10 Comments

10 Comments

  1. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 10, 2021 at 12:59

    This text is invaluable. Where can I find out
    more? 0mniartist asmr

  2. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 11, 2021 at 2:42

    hi!,I like your writing so much! share we keep in touch extra about your post
    on AOL? I require a specialist in this space to unravel my problem.
    May be that’s you! Having a look ahead to see you.
    0mniartist asmr

  3. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 11, 2021 at 3:05

    It’s genuinely very complicated in this active life to listen news on Television, so I just
    use world wide web for that purpose, and take the most up-to-date news.

    asmr 0mniartist

  4. 0mniartist

    avril 11, 2021 at 8:29

    With havin so much content do you ever run into any problems of plagorism or copyright infringement?

    My website has a lot of unique content I’ve either
    created myself or outsourced but it appears a lot of it is popping
    it up all over the internet without my authorization. Do you know any ways to help reduce
    content from being stolen? I’d definitely appreciate
    it. asmr 0mniartist

  5. 0mniartist

    avril 12, 2021 at 11:32

    Hi to all, since I am actually keen of reading this blog’s post to
    be updated on a regular basis. It contains pleasant material.
    asmr 0mniartist

  6. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 13, 2021 at 2:15

    Hello, i think that i saw you visited my website thus i came to “return the favor”.I am trying to find
    things to enhance my website!I suppose its ok
    to use some of your ideas!! asmr 0mniartist

  7. bit.ly

    avril 14, 2021 at 11:42

    I like what you guys are usually up too. This sort of clever
    work and coverage! Keep up the good works guys I’ve incorporated you guys to
    my blogroll. 0mniartist asmr

  8. http://bit.ly/2QtFhZa

    avril 16, 2021 at 6:42

    Howdy! Do you know if they make any plugins to safeguard
    against hackers? I’m kinda paranoid about losing everything I’ve worked hard on. Any recommendations?
    asmr 0mniartist

  9. for free dating sites

    juin 1, 2021 at 3:32

    It’s really a cool and useful piece of info. I am glad that you just shared this useful information with us.
    Please keep us up to date like this. Thank you
    for sharing.

  10. tinyurl.com

    juin 1, 2021 at 9:10

    I believe this is one of the so much vital info for me.
    And i’m happy studying your article. However wanna statement on few
    normal issues, The site taste is ideal, the articles is in reality excellent :
    D. Just right task, cheers

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Développement personnel

Développement Personnel : Résumé du livre « les secrets d’un esprit millionnaire »

Published

on

Qui est l’auteur ?

T. Harv Eker est un auteur, homme d’affaires et conférencier de nationalité canadienne. En appliquant les principes qu’il enseigne, il est passé de pauvre à millionnaire en seulement deux ans. Il est président de Peak Potentials Training, une des sociétés de coaching parmi celles qui réussissent le mieux en Amérique du Nord.

Avec sa marque de commerce unique, « la débrouillardise qui a du cœur », le style drôle et pragmatique d’Eker captive son auditoire. Les gens viennent des quatre coins du monde pour assister à ses séminaires où l’auditoire excède souvent les 2000 personnes pour un programme d’un week-end. À ce jour, les enseignements d’Eker ont touché plus d’un quart de million de gens dans le monde. Source Babelio


Selon l’auteur pour « être riche » il faut changer son état d’esprit, sa manière de penser et son rapport avec l’argent. En  quoi faisant ?

« Si vous envisagez de faire uniquement ce qui est facile, la vie sera dure. Mais si vous envisagez de faire ce qui est dur, la vie sera facile ».

  • Identifier ses pensées limitantes sur l’argent
  • Identifier l’origine de ses pensées limitantes
  • Passer à l’action en les remplaçants par des pensées positives

« Votre monde extérieure est le reflet de monde intérieure ».

Comment pensent les riches ?

  • Je  crée ma vie  (je suis responsable 100 de mes actes, de mes décisions, de ma vie) 
  • Je mérite ma situation actuelle
  • Je veux créer de la valeur
  • J’apporte des solutions

Comment se comportent les riches ?

  • Ils prennent la responsabilité de « créer sa vie idéale »
  • Ils se concentrent sur l’enrichissement
  • Ils se concentrent sur les opportunités plutôt que sur les obstacles
  • Ils identifient leurs objectifs et se mettent en action
  • Ils pensent  et agissent sur le long terme
  • Ils s’entraînent à gérer leur argent
  • Ils épargnent
  • Ils s’éduquent tout au long de leur vie (se payer des livres, des formations)
  • Ils  font des « dons » pour faire profiter leur argent à autrui.
  • Ils impactent positivement la vie de nombreux gens
  • Ils investissent
  • Ils s’associent avec des personnes positives qui ont des objectifs similaires
  • Ils sortent de leur zone de confort

Que font les futurs (es) riche ?

  1. Ils savent que le risque dans la vie est de ne jamais en prendre.
  2. Ils riches travaillent 16 heures par jour 7 jours sur 7 
  3. Ils sacrifient leurs loisirs pour travailler afin d’atteindre leurs objectifs
  4. Ils épargnent et investissent avec l’espoir que les investissements seront rentables. 
  5. Ils ambitionnent d’impacter la vie de nombres personnes
  6. Ils ont la capacité de vivre avec moins et de se sentir riche
  7. Ils gèrent bien leur argent
  8. Ils apprennent et grandissent sans cesse car ils savent que leurs connaissances sont leurs pouvoirs

« La richesse commence dans votre esprit avant de se manifester matériellement. »

 Au final T. Harv Eker estime qu’être riche ce n’est d’avoir beaucoup d’argent. Pour lui être riche c’est devenir une meilleure de soi-même. Cette nouvelle version de vous   qui vous rendra riche.

DDSB

Continue Reading

Développement personnel

Développement Personnel : Sortir de sa zone de confort ?

Published

on

Sortir de sa zone de confort ? le thème central de votre capsule en développement personnel. Votre coach Mariame Wone, Coach certifiée depuis plus de 11 ans vous donne des pistes.

Continue Reading

Développement personnel

Développement Personnel : résumé du livre l’ego est l’ennemi de Ryan Holiday

Published

on

Dans L’ego est l’ennemi, Ryan Holiday affirme que souvent nos problèmes sont causés non pas par des facteurs externes mais par notre propre ego.
Le livre est divisé en trois parties : l’aspiration, le succès et l’échec.



“Le premier principe est que vous ne devez pas vous tromper vous-même et vous êtes la personne la plus facile à tromper”.  Richard Feynman

 
Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, votre pire ennemi vit déjà en vous : votre ego.
L’ego est une croyance malsaine en notre propre importance.

Aujourd’hui plus que jamais, notre culture attise les flammes de l’ego.
Il n’a jamais été aussi facile de parler, de se gonfler.


Nous attribuons une relation de cause à effet qui n’existe pas.
Nous supposons que les symptômes du succès sont les mêmes que le succès lui-même

– et dans notre naïveté, nous confondons le sous-produit avec la cause.

L’ego est l’ennemi de la construction, de l’entretien et de la récupération.
Votre ego n’est pas un pouvoir que vous êtes obligé de satisfaire à chaque instant.
Il peut être géré. Il peut être dirigé.

Partie I : Aspirer

Le talent n’est qu’un point de départ.
La question est de savoir si vous serez en mesure d’en tirer le meilleur parti.
Ou serez-vous votre propre pire ennemi ?
Entraînez-vous à vous voir avec un peu de distance.
Cultivez la capacité à sortir de votre propre tête.

Le détachement est une sorte d’antidote naturel de l’ego.
Bien que nous voyions grand, nous devons agir petit pour atteindre ce que nous cherchons.

Nous semblons penser que le silence est un signe de faiblesse.
Mais le silence est une force, en particulier au début de tout voyage.


La plus grande œuvre et le plus grand art consiste à lutter contre le vide, à lui faire face au lieu de se battre pour le faire disparaître.

Il ne s’agit pas de se demander “qui je veux être dans la vie”, mais “qu’est-ce que je veux accomplir dans la vie ?
Vous ne pouvez pas apprendre si vous pensez que vous le savez déjà.


L’ego nous donne un mauvais feedback, déconnecté de la réalité.
Il nous empêche de nous améliorer en nous disant que nous n’avons pas besoin de nous améliorer.

Comment quelqu’un peut-il être occupé et ne rien accomplir ?
C’est le paradoxe de la passion.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une passion ciblée, avec des limites.
Le but consiste à poursuivre quelque chose en dehors de soi-même plutôt que de se faire plaisir.
Attachez-vous à des personnes et à des organisations qui ont déjà réussi.

Immergez votre identité dans la leur et faites avancer les deux simultanément.
La grandeur vient des humbles débuts, elle vient du travail de fond.

Cela signifie que vous êtes la personne la moins importante dans la pièce
– jusqu’à ce que vous changiez cela avec des résultats.
Soyez moins important, faites plus.


Aidez-vous vous-même en aidant les autres.
Faites un effort concerté pour échanger votre satisfaction à court terme contre un gain à plus long terme.


Nous devons nous préparer à la fierté et l’éliminer rapidement, sinon elle tuera ce à quoi nous aspirons.
Que ce que je pourrais manquer de percevoir en ce moment qu’une personne plus humble aurait vu ?

Qu’est-ce que j’évite ou que je fuis ?
“On ne peut pas se construire une réputation sur ce qu’on va faire”, Henry Ford.
Il n’y a pas de zone de fin.

Penser à un nombre, c’est vivre dans un futur conditionnel. Nous parlons pendant des heures.
Alors que pour arriver là où nous voulons aller, il ne s’agit pas de briller dès le début, mais de fournir un effort continu.


C’est l’endroit où nous décidons de mettre notre énergie qui décide de ce que nous allons finalement accomplir.
Le travail se réalise, malgré le vent contraire.


Deuxième partie : le succès

Lorsque le succès arrive, l’ego commence à jouer avec notre esprit et à affaiblir la volonté qui nous a fait réussir en premier lieu.
Sans les bonnes valeurs, le succès est bref.
Peu importe ce que vous avez fait jusqu’à présent, vous feriez mieux d’être encore un étudiant.
Si vous n’apprenez pas encore, vous êtes déjà en train de mourir.

Il ne suffit pas d’être étudiant simplement au début.
C’est une position que l’on doit assumer toute sa vie.

Un amateur est sur la défensive.

Le professionnel trouve qu’apprendre est agréable.
Il aime être mis au défi et être remis à sa place,
et s’engage dans l’éducation comme un processus continu et sans fin.


Créer des histoires à partir d’événements passés est dangereux.
Écrire son propre récit conduit à l’arrogance.

Ces récits ne changent pas le passé, mais ils ont le pouvoir d’avoir un impact négatif sur notre avenir.
Au lieu de prétendre que nous vivons une grande histoire,

nous devons rester concentrés sur l’exécution – et sur l’exécution avec excellence.


Bien trop souvent, nous regardons les autres et faisons de leur approbation la norme que nous nous sentons obligés d’atteindre, et par conséquent, nous dilapidons notre potentiel et notre but même.


Le succès, et en particulier le pouvoir, s’accompagne de certaines des plus grandes et des plus dangereuses illusions :

le droit, le contrôle et la paranoïa.



Lorsque vous aurez réussi dans votre propre domaine,
vos journées seront moins axées sur l’action et plus sur la prise de décisions.
Cette transition exige de réévaluer et d’actualiser votre identité.


La créativité est une question de réceptivité et de reconnaissance.
Cela ne peut pas se produire si vous êtes convaincu que le monde tourne autour de vous.


En mettant l’ego de côté, même temporairement,  nous pouvons accéder à ce qui reste en relief.
En élargissant notre perspective, nous en voyons davantage.

 
La sobriété est le contrepoids qui doit contrebalancer le succès.
Surtout si les choses s’améliorent sans cesse.


Partie III : L’échec

L’échec arrive toujours sans qu’il y soit invité,
mais à cause de notre ego, nous sommes beaucoup trop nombreux à le laisser s’installer.

Ce qui importe, c’est que nous puissions répondre à ce que la vie nous propose.
Moins nous sommes attachés aux résultats, mieux c’est.

Lorsque nous remplissons nos propres normes, c’est ce qui nous remplit de fierté et de respect de soi.
Lorsque l’effort est là- et non les résultats, qu’ils soient bons ou mauvais – cela suffit très souvent.


Faites votre travail. Faites-le bien.

La reconnaissance et les récompenses – c’est un plus.
Toucher le fond est aussi brutal qu’il y paraît.
Mais le sentiment qui suit est l’une des perspectives les plus puissantes au monde.


La plupart des problèmes sont temporaires, à moins que vous ne fassiez en sorte qu’il n’en soit pas ainsi.
Le rétablissement ne se fait pas en une fois, c’est un pas devant l’autre.

A moins que votre remède ne soit davantage la maladie.
Lorsque le succès commence à vous échapper,

comprenez que vous devez vous remettre au travail et revenir à la phase d’aspiration.
Vous devez revenir aux premiers principes et aux meilleures pratiques.


Si votre réputation ne peut pas absorber quelques coups, elle ne valait rien dès le départ.
Les grands hommes s’en tiennent à une norme qui dépasse ce que la société pourrait considérer comme une réussite objective.

C’est pourquoi ils ne se soucient guère de ce que pensent les autres, ils se soucient de savoir s’ils respectent leurs propres normes.

Et ces normes sont bien plus élevées que celles de tout le monde.
“Le mieux que vous soyez capable de faire, c’est la mesure à laquelle vous devez vous mesurer.”


“Il ne suffit pas de gagner. Tout le monde peut gagner.
Mais tout le monde n’est pas la meilleure version possible de lui-même.”


-L’aspiration mène au succès (et à l’adversité).
-Le succès crée sa propre adversité (et, espérons-le, de nouvelles ambitions).

-Et l’adversité mène à l’aspiration et à plus de succès.


 

 

Continue Reading

Tendance