Connect with us
pub

Economie

Afrique-Hydraulique : Les potentialités africaines en économie bleue mises en lumière au Congrès mondial de l’eau

Published

on

Trente-huit pays du continent africain sont bordés par l’océan ou la mer, mais pour 70% d’entre eux les zones économiques exclusives maritimes sont largement sous-exploitées. Les zones maritimes sous juridiction africaine couvrent environ 13 millions de km2 et environ 6,5 millions de km2 du plateau continental.

Six grands thèmes ont orienté les activités du congrès, organisé cette année en visioconférence. Les participants ont échangé sur la gestion des services en eau, le traitement des eaux usées, l’eau potable et sa réutilisation, la planification et les opérations, la communication, le partenariat et les communautés, les ressources en eau et la gestion à grande échelle.

Les potentialités de l’Afrique en matière d’eau restent largement sous-exploitées bien que leur contribution au développement inclusif du continent ne soit plus à démontrer.

« L’économie bleue est confrontée à des défis liés à la faiblesse des cadres politique et réglementaire, aux activités humaines non durables telles que la surpêche, la pollution et l’érosion côtière. Cela compromet la santé humaine et la sécurité alimentaire », met en garde le président Adesina.

Bien que la pénurie d’eau en Afrique subsaharienne soit de 3,5%, contre 13% dans le monde, la Banque africaine de développement estime que la croissance démographique combinée à des systèmes d’infrastructures hydrauliques surchargés, une faible gouvernance et un manque d’investissements pourraient accélérer la pénurie d’eau sur le continent.

« Le continent africain peut facilement être une économie bleue dynamique, souligne Akinwumi A. Adesina dans son message vidéo. Le secteur de la pêche emploie, à lui seul, douze millions de personnes -le plus grand des secteurs de l’économie bleue africaine-, assurant la sécurité alimentaire et nutritionnelle à plus de 200 millions d’Africains, et générant une valeur ajoutée estimée à 24 milliards de dollars américains, ce qui représente près de 1,26% du produit intérieur brut de l’Afrique. »

La Banque africaine de développement encourage les pays africains à répondre de manière proactive à la menace de pénurie d’eau en innovant sur les techniques de gestion d’eau, en renforçant sa gouvernance et en reconnaissant la valeur de cette ressource limitée.

Depuis 2010, la Banque a investi environ 6,2 milliards de dollars dans la fourniture de services d’approvisionnement en eau et assainissement, avec un portefeuille actif de 4,3 milliards de dollars à la fin de 2020, comprenant une centaine de projets nationaux répartis dans 40 pays africains et six projets multinationaux.

« Il est également temps pour les pays développés de faire leur part et de respecter les 100 milliards de dollars par an de financement climatique promis aux pays en développement, et de veiller à ce qu’au moins la moitié de cette somme soit consacrée à l’adaptation au changement climatique », appelle ainsi le président de la Banque africaine de développement.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Glossaire Pétrole et Gaz : où se trouve le pétrole ?

Published

on

Si le pétrole cristallise autant d’intérêts c’est parce qu’il est inégalement réparti sur le globe terrestre. Certains Etats en sont dotés plus que d’autres. Pour identifier, localiser et classer le pétrole existant dans le monde la littérature utilise la notion de réserves prouvées qui signifient « les quantités d’hydrocarbures estimées récupérables avec une certitude raisonnable dans les conditions techniques et économiques existantes ».

Selon la BP Statistical Review, en 2019, les réserves mondiales prouvée d’hydrocarbures sont estimées à 1733,0 milliards de barils. Ces réserves qui représentent 50 ans de production au rythme de 2019 sont inégalement réparties :

Le Venezuela détient les plus grandes réserves du monde (17, 5%), suivi de l’Arabie Saoudite, du Canada, de l’Iran, enfin de l’Irak.

Thaddée Adiouma Seck, Consultant en oil and gas, SG de AJE_action pour la justice environnementale

Continue Reading

Economie

Cotation : Point de la situation boursière du jour

Published

on

Cet article est réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. Cliquez ici pour l’abonnement .

Continue Reading

Economie

Algérie-appui financier : Alger exclut tous recours au FMI malgré les difficultés économiques

Published

on

L’Algérie exclut de contracter des prêts auprès du Fonds monétaire international et des organismes financiers internationaux, en dépit de la crise socio-économique qui frappe le pays, a réaffirmé dimanche le président Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier s’est félicité du «non-recours de l’Algérie à l’endettement extérieur, contrairement aux multiples prévisions fixant la fin de 2020 et le début 2021 comme date de recours à cette mesure», selon un communiqué publié à l’issue du conseil des ministres.

Se voulant rassurant quant à la situation macroéconomique du pays, il a à nouveau écarté un recours au financement extérieur, au nom de la «souveraineté» nationale et exhorté les Algériens «au travail». «Rien que le travail peut pérenniser ce principe (de souveraineté)», a-t-il plaidé.

  • Les réserves de change s’élèvent actuellement à 44 milliards de dollars
  • Ces réserves continuent néanmoins de baisser régulièrement. Entre 2014 et 2019, elles ont fondu de près de 65%, selon la Banque centrale.

Quatrième puissance économique du continent africain, le pays est particulièrement exposé aux fluctuations du prix du pétrole du fait de sa dépendance à la rente pétrolière, qui représente plus de 90% des recettes extérieures.

En mai 2020, le président algérien avait déjà tenu le même discours, en précisant qu’il préférait «emprunter auprès des citoyens plutôt qu’auprès du FMI ou de la Banque mondiale (BM)», rappelant la mauvaise expérience du pays après le recours à l’endettement auprès du FMI au début des années 1990. Source Agence de presse Algérienne.

Continue Reading

Tendance