Connect with us
pub

Economie

Bénin-Agriculture : la productivité et l’accroissement des filières agricoles porteuses dans la Vallée de l’Ouémé?

Published

on

Plus de cinq ans après son lancement en 2014, le Projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la Vallée de l’Ouémé, dans le sud-est du Bénin, un projet financé par la BAD contribue à l’accroissement durable de la productivité et des productions végétales par la promotion des filières porteuses, indique un rapport de la Banque africaine de développement rendu public le 2 novembre dernier.

Le projet, qui répond à la stratégie de la Banque visant à réduire la pauvreté et à améliorer la sécurité alimentaire au Bénin, a été financé à hauteur de 67,19 millions de dollars américains par l’institution. Ce financement comprend un prêt d’un montant équivalant à 59,20 millions de dollars et un don d’un montant équivalant à 794 000 dollars du Fonds africain de développement (FAD) ainsi qu’un don de 7,2 millions de dollars issu du Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

La mise en œuvre du projet a déjà permis la réalisation de 200 kilomètres de linéaire de pistes, ainsi que trois kilomètres et demi de linéaire de digues-pistes, la construction de quatre marchés modernisés et 46 magasins de stockage, l’aménagement de 110 hectares de superficies de planches surélevées, et un emblavement de 1070 hectares. Par ailleurs, le PAIA–VO a apporté son soutien à 155 femmes maraîchères, permis l’encadrement de 5302 agriculteurs et formé 139 comités. Il a aussi fourni à tous les bénéficiaires 407 tonnes de semences.

« Les pistes réalisées ont permis de désenclaver plusieurs zones de production jusque-là difficilement accessibles. Avec la réalisation des aménagements en maîtrise totale de l’eau de Tangbédji (540 hectares) et des sites abandonnés (651 hectares), des aménagements des bas-fonds (HIMO, haute intensité de main-d’œuvre), un effet significatif du projet est attendu sur l’accroissement de la productivité et des productions végétales ainsi que sur les revenus dans la Vallée de l’Ouémé », relève le rapport sur l’état d’exécution et sur les résultats de la Banque africaine de développement.

En effet, le document note que le volume de production agricole vivrière et maraîchère sur les marchés est en nette progression. Pour les produits vivriers, la production, de 70 100 tonnes en 2013, avoisinait 77 410 tonnes en 2019 et de 24 000 tonnes en 2013 à 32 742 tonnes en 2019 pour les produits maraîchers.

Ainsi, les revenus des populations rurales se sont améliorés. Celui des producteurs rizicoles était de 423 dollars en moyenne par an, alors qu’il était attendu autour de 260 dollars en 2019 (140 dollars en 2014). Les revenus des femmes des jardins maraîchers sont désormais à 290 dollars par an, contre 112 dollars avant le début du projet.

« Le niveau de mise en œuvre des travaux d’aménagement est de bon augure pour atteindre les objectifs du projet. En effet, la quasi-totalité des travaux d’aménagement prévus sont en cours, hormis ceux des périmètres gravitaires (651 hectares) ayant fait l’objet de résiliation et de relance », confirme le rapport de la Banque africaine de développement, qui souligne, la création, dans le cadre du projet, de 18 964 emplois pour les hommes et 679 emplois pour les femmes.

Continue Reading
2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Bénin-Agriculture : la productivité et l’accroissement des filières agricoles porteuses dans la Vallée de l’Ouémé ? - Paddel Afrique

    • Oumou Kalsoum BA

      novembre 29, 2020 at 8:53

      You welcome!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Usa : la startup américaine Holberton annonce une nouvelle levée de fonds de 20 millions de dollars pour accélérer son développement en Afrique

Published

on

Ce financement permettra à la startup californienne d’étendre ses offres de solutions de formation aux universités, aux centres de formation et aux entreprises sur le continent africain.

Holberton, qui concourt à rendre la formation des développeurs en informatique abordable et accessible à tous dans le monde entier, a annoncé avoir levé 20 millions de dollars en série B. Une opération menée par Redpoint eventures avec un nouvel investisseur Pearson Ventures et la participation des investisseurs existants Daphni, Imaginable Futures, Reach Capital et Trinity Ventures.

Créé dans la Silicon Valley en 2015, Holberton est présente sur le continent africain à travers plusieurs instituts dans différents pays, tels que la Tunisie, Madagascar et le Maroc. Ceux-ci ont déjà formé des milliers d’étudiants, grâce aux solutions d’Holberton. L’ambition de cette start-up est d’aider plus de 500 000 personnes en Afrique à accéder à une éducation de haut niveau d’ici 2030, directement via son réseau d’écoles Holberton School, ou indirectement, via des établissements d’enseignement et des centres de formation. Pour atteindre cet objectif, Holberton ne cesse d’innover afin de proposer des programmes d’enseignement performants et adaptables à grande échelle.

« Nous avons développé des technologies, des outils et des méthodes d’enseignement pour compléter et étendre les formations initiales ou encore combler les lacunes des étudiants et des employés. Nos solutions ont été conçues et créées pour former les apprenants du monde entier, qu’ils soient débutants ou familiers avec les langages informatiques », déclare Julien Barbier, PDG et cofondateur de Holberton.

Avec ses partenaires, Holberton a déjà formé des milliers de développeurs logiciel partout dans le monde. Les apprenants qui ont suivi les programmes d’Holberton ont par la suite réussi à accéder à des emplois bien rémunérés dans des entreprises technologiques de premier plan, telles qu’Amazon, Apple, Google, LinkedIn, Tesla, etc.

« L’Afrique est un continent qui dispose d’une pépinière considérable de jeunes talents. Avec nos solutions, nous accompagnons les institutions publiques et privées dans la mise en place d’un enseignement moderne et adapté aux besoins du marché de l’emploi sur le continent », a ajouté Julien Barbier.

Les offres de service proposées par Holberton comprennent un modèle complet de franchise, ou alors des outils des formations à intégrer à un cursus : projets de cas concrets et des outils d’automatisation de la notation. La startup californienne propose également des programmes sur mesure, grâce à son nouveau concept appelé « système d’exploitation de l’éducation ». Ses clients peuvent désormais utiliser tout ce dont ils ont besoin pour compléter leur offre éducative ou pour développer de nouvelles écoles. En effet, ils sont mieux à même de comprendre les besoins de leurs étudiants, les exigences du marché du travail. Et contribuent ainsi à alimenter un vivier national d’ingénieurs en informatique hautement qualifiés.


« Le concept d’OS of Education d’Holberton permet à l’entreprise de proposer des outils, testés et approuvés par leurs partenaires, sur un marché plus large », a déclaré Manoel Lemos, associé directeur chez Redpoint eventures. « Ils ont prouvé leur capacité à faire tomber les barrières liées au coût et à l’accessibilité de l’éducation, tout en offrant un programme d’études de haute qualité. Les clients peuvent être des investisseurs d’impact à but non lucratif qui veulent participer au développement des économies locales, des établissements d’enseignement voulant moderniser leurs méthodes d’enseignement ou des entreprises souhaitant fournir la meilleure formation possible pour combler les lacunes de ses employés. »

 

 

Continue Reading

Economie

Afrique du Sud-Aviculture : épidémie de grippe aviaire dans le Gauteng

Published

on

Le ministère sud-africain de l’Agriculture a signalé le 13 avril dernier un foyer de grippe aviaire dans une ferme avicole commerciale localisée à Ekurhuleni dans la province du Gauteng. Elle est liée à la souche H5 du virus et a déjà fait succomber environ 300 oiseaux.  

Dans un communiqué, les autorités indiquent que les services vétérinaires de la région ont mis l’exploitation en quarantaine afin de limiter la propagation de la maladie virale et travaillent actuellement pour déterminer l’ampleur de l’épidémie.

En réponse à cette situation, le Botswana, 4e destination à l’export pour la viande de volaille sud-africaine a déjà interdit le 14 avril avec effet immédiat, les importations de volailles vivantes et de produits avicoles (viande, œuf et plumes) en provenance du pays.

Continue Reading

Economie

Sénégal-Logistique: Remboursement de dettes, le Port Autonome de Dakar va verser 1,980 milliard de FCFA le 19 avril

Published

on

Selon le Dépositaire central Banque de Règlement, le Port Autonome de Dakar procédera, le 19 avril, au paiement des intérêts semestriels de l’emprunt obligataire dénommé « PAD 6,60% 2020-2027 » .

Il s’agit d’un montant global net d’impôt de 1.980.000.000 (Un milliard neuf cent quatre-vingt millions de FCFA).

Pour rappel, le Port autonome de Dakar, avait émis un emprunt obligataire d’u montant de 60 milliards de fcfa en octobre 2020. Cette opération visait à financer les premiers investissements de mise en valeur de la nouvelle plateforme portuaire de Ndayane, un port en eau profonde.

Continue Reading

Tendance