Connect with us
pub

Economie

Burkina Faso-Mine : le gouvernement veut traiter localement l’or pour augmenter ses revenus miniers

Published

on

« Chacun a été créé pour un travail particulier et le désir pour ce travail a été mis dans chaque coeur. » Rumi

L’or représente plus de 16 % du PIB burkinabé

Au Burkina Faso, les autorités étatiques affichent la volonté de relancer le secteur minier, notamment la filiere or. Cela va psse par la construction d’une raffinerie qui permettra d’ assurer la transformation de la production nationale d’or. L’information découle de l’interview du président Ibrahim Traoré diffusée à la télévision nationale.

Au Burkina Faso, le secteur minier est considéré comme l’épine dorsale de l’économie. Rien que le secteur de l’or représente déjà plus de 16 % du PIB et contribue à 80 % des exportations. Une raison qui poussent le Gouvernement à redynamiser la filiere or.

Pour atteindre cet objectif, les dirigeants vont construire une raffinerie. L’infrastructure va permettre de renforcer les acquis du pays dans ce domaine, notamment la création de valeur ajoutée, de richesse et d’emplois.

L’actuel Président a annoncé la révision du code minier. Concernant, l’option de la nationalisation des mines opérées par les compagnies étrangères, il a été calir, cette idée est envisageable.

L’insécurité qui sévit au Burkina Faso a poussé des sites d’exploitation aurifère, appartenant à des groupes canadien, russe ou burkinabè, à fermer ou à réduire leurs activités.

Les recettes fiscales issues du secteur minier ont chuté dans la foulée. L’orpaillage artisanal, quant à lui, connaît moins la crise, mais échappe au contrôle de l’État.

On peut esperer que les nouvelles réformes annoncées par le Président Burkinabé va changer la donne

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Sénégal-Gaz Naturel : bp et ses partenaires passent à la prochaine étape d’évaluation du concept de la phase 2 du projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA)

Published

on

« Fais le bien et jette le dans la rivière : un jour il te sera rendu dans le désert.  » Djalâl ad-Dîn Rûmi

Crédit Photo bp

bp et ses partenaires ont confirmé aujourd’hui le concept de développement de la deuxième
phase du projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Grand Tortue Ahmeyim (GTA), exploité par bp, qu’ils porteront à la prochaine étape d’évaluation.


Le partenariat – composé de bp, PETROSEN, la Société Mauritanienne des Hydrocarbures (SMH) et Kosmos Energy – évaluera une plateforme gravitaire (GBS) comme base pour la phase 2 du projet d’expansion de GTA (GTA2) avec une capacité totale comprise entre 2,5 et 3 millions de tonnes par an.


Les développements GNL GBS ont une connexion statique avec le fond marin, la structure
fournissant le stockage du GNL et une fondation pour les installations de liquéfaction.
La conception comprendra également de nouveaux puits et équipements sous-marins, qui
s’intégreront aux infrastructures existantes de GTA et les développeront.

Le partenariat envisagera d’alimenter la liquéfaction du GNL à l’électricité pour contribuer à réduire les émissions opérationnelles. bp et ses partenaires collaborent actuellement avec des
entrepreneurs pour faire progresser le concept vers la phase de pré-FEED.


Gordon Birrell, Vice-Président exécutif de bp pour les opérations et la production, a déclaré :
« Nous allons nous appuyer sur notre solide collaboration avec nos partenaires et les
gouvernements mauritanien et sénégalais pour poursuivre le développement d’une plate-forme énergétique fructueuse à long terme en Afrique occidentale. GTA demeure le fondement de notre stratégie visant à développer les hydrocarbures les plus résilients pour contribuer à assurer la sécurité énergétique aujourd’hui. »


GTA est située à 120 km au large des côtes, à une profondeur d’eau de 2850 m, ce qui en fait
l’un des projets sous-marins les plus profonds d’Afrique. La phase 1 – actuellement en cours de
développement – exportera du gaz vers un FPSO situé à environ 40 km au large, où le gaz sera
traité et les liquides séparés, avant d’exporter le gaz vers des installations flottantes de GNL
situées à 10 km au large. Il devrait produire environ 2,3 millions de tonnes de GNL par an lorsque les opérations commenceront.

En juillet 2021, le projet GTA s’est vu accorder le statut de « projet national d’importance
stratégique » par les présidents de la Mauritanie et du Sénégal. Cette reconnaissance démontre
l’engagement des gouvernements hôtes et l’importance du projet pour les deux pays.


bp et les deux gouvernements ont déjà une coopération de longue date et de grande envergure
englobant le projet GTA et d’autres développements énergétiques potentiels. En octobre 2022,
bp a annoncé la signature d’un contrat d’exploration et de partage de la production pour la
ressource gazière de BirAllah en Mauritanie. En outre, bp continue de travailler avec des
partenaires sur le développement d’un important projet de transformation du gaz en électricité au Sénégal, Yakaar Teranga.


Plus récemment, bp a signé un protocole d’accord avec le gouvernement mauritanien pour la
mise en œuvre d’un programme visant à explorer le potentiel de production à grande échelle
d’hydrogène vert dans le pays.

Continue Reading

Economie

Sénégal-Industrie : L’Ifc et Sococim Industries nouent un partenariat de 242 millions d’euros

Published

on

« Fais le bien et jette le dans la rivière : un jour il te sera rendu dans le désert.  » Djalâl ad-Dîn Rûmi

Afin de soutenir les efforts de décarbonisation du secteur industriel au Sénégal, Ifc a noué un partenariat avec Sococim Industries, cimenterie du Sénégal.

Selon un communiqué de presse, cet accord permettra de stimuler la production de ciment bas carbone, de créer des emplois et de contribuer à combler le déficit de logements du pays.

«Dans le cadre de ce partenariat, Ifc a arrangé un financement de 242 millions d’euros en faveur de Sococim, filiale du cimentier français Vicat S.A. Le financement comprend un prêt de 120 millions d’euros d’Ifc pour son propre compte et l’équivalent de 122 millions d’euros en monnaie locale en prêts parallèles de la Société générale Sénégal, de la Cbao Groupe Attijariwafa Bank, de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal et d’Ecobank Sénégal. La Société générale Sénégal agira à titre d’agent administratif pour gérer le financement en monnaie locale avec les autres prêteurs », détaille le communiqué.

La même source ajoute que la majeure partie du financement – 214 millions d’euros – soutiendra le développement d’activités vertes, ce qui en fait le premier prêt vert d’Ifc dans le domaine de la fabrication de matériaux de construction en Afrique. Le ciment est un matériau de construction essentiel, mais l’industrie est à forte intensité de carbone, notamment pendant le processus de production du clinker, constituant de base du ciment. 

Article à lire


Cet investissement soutiendra les besoins de financement à long terme de Sococim, notamment un investissement de 260 millions d’euros pour la modernisation de son usine de production de clinker près de Dakar, la capitale du Sénégal. 

Sococim prévoit de remplacer une partie de ses lignes de production de clinker existantes par une nouvelle ligne plus économe en carburant. Cette dernière utilisera jusqu’à 70 % de combustibles de substitution, améliorant ainsi l’efficacité énergétique de l’usine. Cela contribuera à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 312 000 tonnes d’équivalent CO2 par an d’ici 2030 et permettra à Sococim de produire du ciment avec l’un des taux d’émission les plus faibles au monde. 

« Ifc est depuis longtemps un partenaire de confiance pour Sococim et Vicat. Aujourd’hui, son soutien nous aide à bâtir une filière du ciment plus propre et plus efficace en Afrique, à l’heure où le continent connaît une croissance économique et démographique sans précédent », a déclaré Guy Sidos, Pdg de Vicat.


« Cet investissement historique d’Ifc dans un secteur dont il difficile de réduire l’impact carbone vise non seulement à accélérer le processus de décarbonisation dans le secteur du ciment en Afrique, mais aussi à favoriser le développement durable, la croissance économique et le développement de logements abordables au Sénégal et dans la région », a déclaré Makhtar Diop, le directeur général d’Ifc.

Ifc entretient une relation de longue date avec Vicat, qu’elle soutient depuis 2007 dans ses investissements en Inde, au Kazakhstan et au Sénégal ainsi que dans ses efforts pour réduire l’empreinte carbone de l’industrie.

 La Société financière internationale (Ifc), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement axée sur le secteur privé dans les pays émergents. Elle mène des opérations dans plus d’une centaine de pays, consacrant son capital, ses compétences et son influence à la création de marchés et d’opportunités dans les pays en développement.

Continue Reading

Economie

Burkina : au moins 10 morts dans l’éboulement d’une mine d’or artisanale

Published

on

Le Messager d’Allah ﷺ a dit : « Le bon comportement est la meilleure chose qui ait été donnée aux gens. » Rapporté par Assai et authentifié par Albâny

Burkina : au moins 10 morts dans l’éboulement d’une mine d’or artisanale

Au moins dix personnes ont été tuées lors de l’éboulement dans la nuit de mardi à mercredi d’une mine d’or artisanale située dans l’ouest du Burkina Faso, ont annoncé jeudi à l’AFP des responsables d’une association d’orpailleurs.

«Dans la nuit du 7 au 8 février, des artisans miniers ont été coincés dans des galeries à Dohoun», une localité proche de la ville aurifère d’Houndé, selon Abasse Derra, un responsable de l’association des orpailleurs de la région. Selon Abasse Derra, «le bilan à ce jour est de 10 morts dont les corps ont pu être extraits des décombres» et de «quelques blessés qui ont été pris en charge».

«On a effectivement enregistré 10 morts. Ce sont neuf jeunes du village de Dohoun et un du village de Bouéré» proche, a précisé un autre membre de l’association, Moussa Ouédraogo.

Article à lire

«Pour le moment, on ne sait pas combien de personnes étaient dans les galeries, donc les recherches se poursuivent», a-t-il ajouté. «Nous n’en savons pas plus concernant les causes, mais certains évoquent l’usage d’explosifs et d’autres le fait que ce sont des poutres de soutien qui ont cédé», a indiqué Moussa Ouédraogo.

Malgré l’interdiction de l’orpaillage, provoquant régulièrement des éboulements meurtriers, les autorités burkinabè peinent à contrôler l’exploitation sauvage de l’or, exercée par 1,2 million de personnes dans tout le pays, selon des chiffres officiels. En février 2022, l’explosion d’un stock de dynamite sur un site d’or artisanal dans l’ouest du Burkina Faso avait fait une soixantaine de morts.

Continue Reading

Tendance