Connect with us
pub

Economie

Corruption-BAD : Des mécanismes de contrôle des projets en Afrique vont être renforcés

Published

on

La Banque africaine de développement (BAD) renforce ses outils de vérification et de contrôle des projets en collaboration avec le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC), a affirmé cette institution.

Cité dans un communiqué publié sur son site web sur un récent webinaire organisé à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption, la directrice du Département des opérations non souveraines et de l’appui au secteur privé, Kodeidja Diallo, a relevé que face à la situation sanitaire, la Banque avait créé de nouveaux outils pour la vérification et le contrôle des projets.

« Nous essayons de trouver des normes durant cette situation difficile, mais la Banque renforce surtout ces mécanismes avec PIAC. Nous devons utiliser les ressources internes pour nous assurer que la Banque continue de maintenir ses valeurs et l’intégrité », a-t-elle fait savoir.

Pour sa part, le chargé des relations avec les actionnaires au niveau de la BAD, Modibo Touré, a salué, au nom du président de la Banque, Akinwumi Adesina, la contribution des experts à la réflexion sur la nécessité de la lutte contre la corruption dans le contexte de Covid-19.

Il a, dans ce cadre ajouté « nous devons faire preuve d’innovation pour renforcer les pratiques de lutte contre la corruption. Malgré les défis, nous continuerons d’adapter nos processus afin de mener à bien nos projets dans un environnement sans corruption. Il faut arriver à se relever avec intégrité face à la pandémie », a-t-il conclu.

Les experts internationaux participants à cette table ronde ont estimé que le terrain était « favorable à la fraude et à la corruption, compte tenu du recours perpétuel à l’urgence », rapporte par la BAD. « Il ne faut pas recourir toujours à l’urgence en situation de crise. Cela expose à un péril permanent », a estimé Luc Marius Ibriga, contrôleur général d’Etat (Burkina Faso) cité par le communiqué.

Pour Sennye Obuseng, économiste et expert en gouvernance à Speck Dynamic (Botswana), il faut renforcer les mécanismes afin d’aboutir à des appels d’offres transparents, basés sur la réglementation. « Même en situation de crise, comme la pandémie de Covid-19, il est possible de faire des appels d’offres corrects, des vérifications d’usage, a constaté l’expert en gouvernance. Renforçons les arsenaux juridiques plutôt que d’invoquer les pouvoirs d’urgence », a-t-il déclaré.

Il a, à ce propos, souligné le besoin d’institutions judiciaires fortes, indépendantes et courageuses. »Si nous voulons protéger les ressources publiques, il n’y a pas d’autres moyens que de renforcer le suivi, l’évaluation et les processus d’audit et de redevabilité. Ceux qui luttent contre la fraude et la corruption doivent créer une culture de bons citoyens » a-t-il ajouté.

Initiée par le PIAC de la BAD, la table ronde virtuelle portait sur le thème « Rétablir avec l’intégrité.. Adapter la lutte contre la corruption à la nouvelle normalité ».

Le PIAC est responsable de la prévention, de la dissuasion et des enquêtes sur la corruption, la fraude et d’autres pratiques passibles de sanctions dans les opérations financées par le Groupe de la BAD.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Ghana : 200 millions de dollars de la BIDC pour le financement de projet de développement

Published

on

Selon un communiqué de presse, c’est ce qui ressort d’un protocole d’accord signé par Dr George Agyekum Donkor, Président de la Bidc et de son Conseil d’administration et  Mohammed Amin Adam, ministre des Finances de la République du Ghana, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au siège de la Bidc à Lomé, au Togo.

La même source informe que la cérémonie de signature s’est déroulée en présence des principales parties prenantes, notamment Lawrence Agyinsam, Directeur général de Gexim, et Samuel Aidoo, Directeur exécutif, Commerce en gros et Banque d’investissement chez Gcb Bank PLC, entre autres.

«L’accord incarne l’engagement inébranlable de la BidcC à favoriser la croissance économique et à renforcer la résilience dans les États membres de la Cedeao », lit-on dans le document.

«L’injection de 200 millions de dollars est destinée à stimuler la croissance des petites et moyennes entreprises (Pme) dans des secteurs critiques de l’économie, à favoriser la création d’emplois, l’innovation et le développement durable. Cette injection portera le total des engagements de la Bidc au Ghana à 600 millions Usd », détaille le communiqué.

Dans son allocution d’ouverture, Dr Donkor a félicité le Ghana pour son soutien indéfectible à travers le paiement de sa part souscrite du capital et d’autres engagements envers la Banque. Il a souligné que l’alliance tripartite entre la Bidc, Gexim et Gcb Bank PLC illustre l’orientation stratégique de la Bidc visant à renforcer le programme de relance et de transformation des États membres en canalisant les ressources vitales vers des secteurs clés de leurs économies.

Selon lui, cette collaboration souligne l’engagement de la Bidc à forger des synergies de partenariat dans le domaine de la finance et de l’investissement, servant de modèle pionnier pour les futures collaborations et investissements régionaux.

En retour, Dr Amin Adam a souligné l’importance d’organisations telles que la Bidc dans la conduite d’une transformation durable, en particulier dans le contexte des défis mondiaux actuels. Il a salué l’impact profond de la Bidc sous la direction de Dr Donkor et a exprimé un optimisme inébranlable quant au rôle continu de la Banque dans l’élaboration du programme de développement de la région.

Continue Reading

Economie

Gabon : Vers la création de la direction  Générale de l’Exploitation des Mines 

Published

on

Ce projet de décret vise à créer la Direction  Générale de l’Exploitation des Mines (DGEM) afin  de mieux encadrer les activités minières en  République Gabonaise, notamment la  transformation, la valorisation et la promotion des  minerais.

La DGEM peut recevoir d’autres missions en lien  avec son domaine d’activité. Elle est composée de  services d’appui, de directions et de services  territoriaux.

Continue Reading

Economie

Togo : les élections à la Chambre de Commerce et d’Industrie sont prévues pour le 30 juin 2024

Published

on

Au Togo, l’élection des nouveaux dirigeants de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCI-Togo) aura lieu le 30 juin 2024, selon le calendrier établi par la Commission Électorale Consulaire (CEC).

Cette élection marquera la fin de la délégation consulaire mise en place en 2020 pour conduire le processus de restructuration de la Chambre.

Selon l’agenda communiqué par le président de la CEC, Dindangue Kominte, la campagne électorale pour les élections des membres de l’assemblée consulaire de la Chambre débutera le samedi 15 juin à 0h et se clôturera le 28 juin à 23h59. Pendant cette période, les candidats auront l’opportunité de présenter leurs programmes aux électeurs, essentiellement des opérateurs économiques.

Dans le cadre de la campagne, chaque candidat devrait préalablement déclarer à la mairie du territoire où il souhaite présenter son projet, au moins 48 heures à l’avance, selon le règlement prévu par la CEC. Ces mesures visent, indique-t-on, à assurer la transparence et l’organisation des élections, “tout en offrant aux candidats un cadre équitable pour présenter leurs projets aux électeurs”.

L’ensemble de ces processus, assure-t-on, vise à garantir des élections démocratiques et représentatives, permettant aux acteurs du secteur commercial et industriel au Togo de choisir les dirigeants qui les représenteront auprès de l’Etat.

Continue Reading

Tendance