Connect with us
pub

Economie

Éducation Financière : les 6 signes qui révèlent que vous avez un problème avec votre budget

Published

on



Un budget est souvent associé à la comptabilité d’une entreprise, exemple : le budget de trésorerie. En entreprise, il est un outil indispensable pour assurer son avenir financier.

Dans la vie de tous les jours, plus familièrement, le mot « budget » est associé à la somme maximale que l’on prévoit de dépenser, comme dans le cas où on nous pose cette question : quel est ton budget pour cet achat ?

En éducation financière, il représente  l’outil ultime pour maitriser ses finances, il est représenté en général par un tableau qui nous permet de définir nos priorités, de savoir où va notre argent, de faire face aux imprévus avec sérénité et nous aide à réduire notre stress lié à l’argent.

C’est l’outil de pilotage de notre argent.

Cependant, établir et gérer son budget demande une réflexion efficace en amont ainsi qu’une bonne discipline et un suivi, voir aussi un ajustement régulier puisque notre mode de vie peut être appelé à évoluer.

Notre budget doit nous ressembler, ressembler à notre réalité, ressembler à nos objectifs.

Et souvent, à force d’ajustements et de recherches, cela peut prendre du temps pour s’approprier un budget efficace.

Pour aller plus vite et voir les points importants à travailler sur votre budget, je vous ai sélectionné les principaux signes sur lesquels il faut prêter votre attention.

Voici 6 signes qui vous montrent que notre budget n’est pas efficace et qu’il faut le retravailler.

 

1- Vous n’avez plus d’argent à la fin du mois

Vous vivez au-dessus de vos moyens à cause d’un manque de clarté sur votre situation financière, vous ne connaissez pas les dépenses que vous faites dans le mois ni celles à planifier.

Tant que vous avez de l’argent, tout va bien, vous vous permettez de dépenser. Sauf que 30 jours peuvent être longs et ne suivent pas forcément le rythme et le cycle de vos sorties d’argent.

Pourtant, vous pouvez gagner bien votre vie, mais vous vous retrouvez souvent en difficulté à la fin du mois, à cause d’un manque de planification.

Listez toutes vos dépenses et revenus du mois, classez les par ordre chronologique. À n’importe quel jour dans le mois, vous devez être capable de déterminer combien il vous reste comme argent.

Un budget efficace vous permettra d’avoir de la clarté sur votre situation financière et de voir ce que vous pouvez vous permettre ou pas.


2- Vous n’épargnez pas au moins 10% de vos revenus pour vos objectifs

Nous pouvons constituer plusieurs types d’épargne selon nos objectifs.

L’argent est un des principaux moyens qui nous permet d’atteindre un objectif, de réaliser un rêve ou tout simplement de prévoir l’imprévu.

Pour être riche ou pour réaliser certains projets, il est impératif de se construire un fonds d’investissement. Ce fond se constitue grâce à l’épargne. Plus vous épargnerez de façon régulière, plus vite vous disposerez d’un fond que vous pouvez investir et avoir des revenus passifs, qui viendront augmenter vos revenus actuels.

L’épargne nous prépare pour l’avenir. Le montant d’épargne en général préconisé est de 20%. L’établissement de votre budget nécessitera une réflexion sur les types d’épargnes à mettre en place.


3- Vous ignorez combien d’argent il vous faut par mois

Un budget nous permet de déterminer comment nos revenus sont alloués à nos dépenses. Si vous n’arrivez pas à déterminer votre besoin mensuel, il va falloir revoir votre méthode budgétaire.

C’est une étape qui peut prendre du temps. En effet, il se peut que l’on oublie certaines dépenses du mois.

Il faudra noter au fur et à mesure toutes les dépenses effectuées dans le mois, même celles que l’on trouve insignifiantes

Cela permettra de savoir précisément combien d’argent on dépense par mois. Mais attention, l’argent dépensé ne veut pas dire que c’est forcément ce qu’il faut dépenser.

 

4- Vos décisions financières sont influencées par votre entourage

Respecter son budget, c’est écouter et assumer ses propres choix. Il est important de ne pas laisser l’opinion extérieure noyer la vôtre. Beaucoup de dépenses inutiles résultent de ce fait.

Sur ce point, avoir une bonne estime de soi est très important, pour ne pas succomber au regard des autres et à leur influence. Faites les choses pour vous et pas pour les autres.

Apprenez à vous connaitre, à comprendre vos forces et faiblesses et à vous valoriser. Entourez-vous de personnes positives et bienveillantes.

 

5- Vous subissez les imprévus et avez du mal à préparer l’avenir

Prévoir les imprévus, c’est possible. La solution, c’est de se constituer une épargne expressément pour cela.

Pour ne pas vivre dans le stress et faire face efficacement aux imprévus, il faut au moins mettre en place une épargne de prévision (ou de précaution). C’est une épargne importante à mettre en place et à utiliser que pour les coups durs, exemple : panne de voiture, maladie, etc..

C’est en établissant un budget efficace que vous pouvez justement « prévoir » ses imprévus.

 

6- Vous avez envie d’aligner vos dépenses avec vos projets de vie, mais vous ne savez pas par où commencer

Commencez par un budget qui vous ressemble. Un budget nous permet de dépenser pour nos vrais besoins et nos projets de vie. Votre budget doit être personnel et être en accord avec vous-même.

Voici certaines questions que vous pouvez vous poser :

–        Quels sont mes véritables besoins ?

–        Les dépenses que je fais, me permettent-elles de les satisfaire ?

–        Quelles dépenses puis-je supprimer ou diminuer sans affecter mes besoins



Vous l’aurez compris, pour bien gérer ses finances, il faut passer par l’établissement d’un budget efficace. Assurez-vous que votre budget soit cohérent et que vous n’aurez pas trop de difficultés à le tenir.

 Fatou Ndour coach en gestion financière et en organisation

 

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Corruption en Afrique : le numéro un du groupe marseillais Bourbon condamné

Published

on

Les juges ont été convaincus que le groupe Bourbon ou ses partenaires avaient bien versé des pots-de-vin à l’occasion de redressements fiscaux au Nigeria, au Cameroun et en Guinée équatoriale en 2011 et 2012.

Le numéro un du groupe Bourbon, spécialiste de l’assistance maritime au secteur pétrolier offshore, Gaël Bodénès, a été condamné vendredi à deux ans de prison avec sursis et trois ans d’interdiction de gérer une société pour corruption d’agents du fisc dans trois pays africains.

L’avocat de Gaël Bodénès, Me Patrick Maisonneuve, a immédiatement annoncé faire appel de cette condamnation prononcée par le tribunal correctionnel de Marseille, siège de la société, ce qui a un effet suspensif. «Même si le tribunal a relativisé beaucoup de choses, les faits sont contestés et nous sommes en désaccord avec cette décision», a expliqué l’avocat à l’AFP.

Les juges ont été convaincus, grâce à des messages retrouvés et figurant au dossier, que le groupe Bourbon ou ses partenaires avaient bien versé des pots-de-vin à l’occasion de redressements fiscaux au Nigeria, au Cameroun et en Guinée équatoriale en 2011 et 2012. Et selon le tribunal, «c’est bien au niveau du groupe que la décision était prise et le bénéfice attendu».

Les juges ont estimé que ces décisions de verser des sommes illégales – plus de 3 millions de dollars au total – étaient prises au sein du Comité exécutif (Comex) de Bourbon par ses trois directeurs généraux délégués de l’époque. Gaël Bodénès, Laurent Renard et Christian Lefevre sont ainsi désignés comme les «auteurs des infractions de corruption».

Les deux premiers sont condamnés à deux ans de prison avec sursis, une amende de 80.000 euros et «l’interdiction d’exercer des mandats sociaux, gérer, diriger une société commerciale pendant trois ans». Christian Lefevre a de son côté écopé de 30 mois de prison avec sursis, en raison d’une condamnation supplémentaire pour travail dissimulé concernant certaines activités transférées à une société qu’il dirigeait. Le parquet de Marseille avait requis des peines d’un an à 18 mois de prison ferme contre ces trois membres du Comex.

Personnage central de ce dossier, Marc Cherqui, ex-directeur fiscal de Bourbon, est condamné à six mois de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende douanière. C’est la découverte d’une somme de 250.000 dollars dans sa valise à l’aéroport de Marseille an octobre 2012, à son retour du Nigeria, qui avait déclenché l’affaire.

Le tribunal a prononcé la confiscation de cette somme «indissociablement liée à la corruption», estimant que Marc Cherqui la ramenait «pour son propre compte et son propre profit». Le tribunal a justifié sa condamnation à une peine bien plus légère que les trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis réclamés par le parquet par la «grande transparence avec les enquêteurs et la justice» dont avait fait preuve Marc Cherqui. Il était le seul des huit prévenus jugés en mai à reconnaître et assumer les faits. Le groupe Bourbon emploie aujourd’hui plus de 5900 personnes dans 38 pays.

Continue Reading

Economie

Côte d’Ivoire : Les exportateurs de café et cacao toucheront une subvention

Published

on

Le gouvernement ivoirien a décidé d’une subvention pour les exportateurs nationaux de cacao et de café, afin de stimuler l’émergence de champions dans ces secteurs.

Une subvention sera attribuée aux exportateurs ivoiriens de café et cacao pour les quatre prochaines saisons, soit de 2023 à 2027, rapporte un compte-rendu du conseil des ministres ivoirien.

« Cette mesure vise à promouvoir l’émergence de champions nationaux dans les différents secteurs de l’économie du café et du cacao, et à assurer durablement leur compétitivité sur le marché national et international », explique le document.

Continue Reading

Economie

Le Togo se dote d’une Stratégie nationale de la consommation locale

Published

on

Au Togo, le ministère du commerce, de l’artisanat et de la consommation locale, ainsi que des représentants des administrations publiques et des opérateurs économiques, ont validé à Lomé le mercredi 10 juillet 2024, la Stratégie nationale de la consommation locale. Ce qui marque une étape importante vers la redynamisation de son économie locale.

Cette stratégie s’articule autour de trois axes principaux. Premièrement, renforcer la compétitivité des biens et services locaux. Deuxièmement, accroître la visibilité et l’accessibilité des produits locaux afin de stimuler davantage leur consommation. Troisièmement, améliorer la gouvernance de la consommation locale dans le pays.

Selon le Secrétaire général du ministère, Koffi Vinyo Mensah, cet outil de pilotage est indispensable car la consommation locale constitue un levier incontournable pour relever les défis économiques auxquels le Togo est confronté. En effet, elle permet de soutenir et de booster l’économie nationale, en valorisant le savoir-faire des artisans, des très petites et moyennes entreprises, ainsi que d’autres promoteurs de biens et services locaux.

Au surplus, la consommation locale est une source de création d’emplois et de richesse, notamment pour les jeunes et les femmes.

Notons que cette initiative du ministère du commerce, de l’artisanat et de la consommation locale, bénéficie par ailleurs du soutien du Groupe de la Banque mondiale. Elle s’inscrit dans l’axe 2 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025, visant à donner un nouvel élan à la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie.

Continue Reading

Tendance