Connect with us
pub

Economie

Etude approfondie sur l’écosystème des FinTech pour placer les technologies financières au cœur du développement des politiques et stratégies de l’Afrique

Published

on

AFF, Deloitte et MSC unissent leurs forces pour construire un réseau multidimensionnel de l’écosystème des FinTech en Afrique francophone.

Aujourd’hui MicroSave Consulting (MSC), en partenariat avec la Fondation Mastercard, Deloitte et l’Africa Fintech Forum (AFF), ont annoncé qu’ils travaillaient au développement du premier réseau multidimensionnel de l’écosystème des FinTech en Afrique francophone.

Les technologies émergentes créent des opportunités d’emplois et offrent la possibilité de réduire les coûts de distribution de produits et services adaptés pour faire avancer l’inclusion financière. En créant des produits et des solutions technologiques, tels que l’argent mobile, le traitement des paiements en ligne, les prêts et les investissements, les FinTech comblent d’importantes lacunes qui existent dans les industries locales de services financiers. Sur l’ensemble du continent africain, les entreprises FinTech ont levé 320 millions de dollars de fonds depuis le début de l’année 2015. La croissance de l’écosystème a fait un bond de 60 % au cours des deux dernières années et le nombre de centres technologiques a doublé au cours des deux dernières années.

Selon la Banque mondiale, d’ici 2021, 62,5 % des économies africaines à croissance rapide se trouveront en Afrique francophone où la population jeune est importante. Stimulée par les FinTech, l’inclusion financière reste le principal domaine d’intervention des investisseurs en capital-risque spécialisés dans la technologie et le numérique au sein du continent, attirant 54,5 % du montant total des financements. Des FinTech dirigées ou cofondées par des femmes ont vu le jour, mais dans plusieurs pays, elles n’ont pas encore réussi à se faire une place dans le secteur. Le marché est mûr pour l’innovation, mais il faudra un effort collectif pour remédier aux lacunes actuelles : contraintes réglementaires, faiblesse des systèmes juridiques, manque de connaissances financières et numériques et absence d’antécédents de crédit.

C’est dans ce cadre que MicroSave Consulting (MSC), et ses partenaires Mastercard Foundation, Deloitte et l’Africa Fintech Forum (AFF), ont décidé de créer une cartographie de l’ensemble de l’écosystème des FinTech en Afrique francophone.

Africa Fintech Forum se fixe comme objectif de promouvoir la FinTech, l’insurtech, l’intelligence artificielle, le Big Data… et de positionner les technologies financières au cœur des politiques et stratégies de développement de l’Afrique. L’AFF veut démontrer que la FinTech est un puissant levier de développement économique et social et de gouvernance en Afrique. Les cabinets de conseils Deloitte et MSC croient en la puissance de l’écosystème pour créer des projets à impact, et souhaitent accompagner les acteurs clés dans cette démarche en mettant les technologies financières au cœur des politiques et stratégies de développement de l’Afrique.

Ensemble, ils ont lancé la cartographie de l’industrie FinTech de 24 pays d’Afrique francophone. L’ambition est de faire de cette première, pour toute l’industrie FinTech africaine, une étude collaborative et inclusive portée par la communauté FinTech en zone francophone.
Ainsi, MSC et ses partenaires souhaitent impliquer tous les acteurs locaux dans la cartographie de leur écosystème.

Cette cartographie sera accessible sur le Hub de la Finance Digitale, un site plus largement dédié à l’écosystème de la finance digitale qui fédère l’ensemble des informations francophones qui existent sur le secteur. Ce site Internet, www.lafinancedigitale.com, fournit des informations qui permettent de mieux connaître le paysage de cet écosystème en Afrique francophone y compris les incubateurs, mentors et investisseurs et tous les acteurs évoluant dans le secteur de l’inclusion financière et des solutions innovantes. Il donne aussi des outils pour accompagner le développement de projets et assurer un meilleur impact, permettant ainsi une meilleure inclusion financière.

En Afrique, la moitié des start-up créées au cours de la dernière décennie n’existent plus, selon une enquête réalisée par Weetracker et publiée dans le rapport « The Better Africa ». Cependant, si l’Afrique enregistre un taux d’échec de plus de 50 %, ces statistiques sont relativement faibles par rapport à celles des États-Unis avec un taux d’échec de 67 % sur deux ans, et l’Inde avec un taux d’échec de 90 % sur cinq ans. Si le jeu de démarrage porte sur la survie du plus fort, c’est aussi un jeu où la communauté est le pouvoir. Le site internet du Hub de la Finance Digitale propose, par ailleurs, une mine d’informations sur le secteur de la finance digitale, des études, des vidéos, des offres d’emplois, un calendrier des événements du secteur en Afrique. Il se singularise par des formations spéciales dispensées aux individus comme aux organisations.


Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Usa : la startup américaine Holberton annonce une nouvelle levée de fonds de 20 millions de dollars pour accélérer son développement en Afrique

Published

on

Ce financement permettra à la startup californienne d’étendre ses offres de solutions de formation aux universités, aux centres de formation et aux entreprises sur le continent africain.

Holberton, qui concourt à rendre la formation des développeurs en informatique abordable et accessible à tous dans le monde entier, a annoncé avoir levé 20 millions de dollars en série B. Une opération menée par Redpoint eventures avec un nouvel investisseur Pearson Ventures et la participation des investisseurs existants Daphni, Imaginable Futures, Reach Capital et Trinity Ventures.

Créé dans la Silicon Valley en 2015, Holberton est présente sur le continent africain à travers plusieurs instituts dans différents pays, tels que la Tunisie, Madagascar et le Maroc. Ceux-ci ont déjà formé des milliers d’étudiants, grâce aux solutions d’Holberton. L’ambition de cette start-up est d’aider plus de 500 000 personnes en Afrique à accéder à une éducation de haut niveau d’ici 2030, directement via son réseau d’écoles Holberton School, ou indirectement, via des établissements d’enseignement et des centres de formation. Pour atteindre cet objectif, Holberton ne cesse d’innover afin de proposer des programmes d’enseignement performants et adaptables à grande échelle.

« Nous avons développé des technologies, des outils et des méthodes d’enseignement pour compléter et étendre les formations initiales ou encore combler les lacunes des étudiants et des employés. Nos solutions ont été conçues et créées pour former les apprenants du monde entier, qu’ils soient débutants ou familiers avec les langages informatiques », déclare Julien Barbier, PDG et cofondateur de Holberton.

Avec ses partenaires, Holberton a déjà formé des milliers de développeurs logiciel partout dans le monde. Les apprenants qui ont suivi les programmes d’Holberton ont par la suite réussi à accéder à des emplois bien rémunérés dans des entreprises technologiques de premier plan, telles qu’Amazon, Apple, Google, LinkedIn, Tesla, etc.

« L’Afrique est un continent qui dispose d’une pépinière considérable de jeunes talents. Avec nos solutions, nous accompagnons les institutions publiques et privées dans la mise en place d’un enseignement moderne et adapté aux besoins du marché de l’emploi sur le continent », a ajouté Julien Barbier.

Les offres de service proposées par Holberton comprennent un modèle complet de franchise, ou alors des outils des formations à intégrer à un cursus : projets de cas concrets et des outils d’automatisation de la notation. La startup californienne propose également des programmes sur mesure, grâce à son nouveau concept appelé « système d’exploitation de l’éducation ». Ses clients peuvent désormais utiliser tout ce dont ils ont besoin pour compléter leur offre éducative ou pour développer de nouvelles écoles. En effet, ils sont mieux à même de comprendre les besoins de leurs étudiants, les exigences du marché du travail. Et contribuent ainsi à alimenter un vivier national d’ingénieurs en informatique hautement qualifiés.


« Le concept d’OS of Education d’Holberton permet à l’entreprise de proposer des outils, testés et approuvés par leurs partenaires, sur un marché plus large », a déclaré Manoel Lemos, associé directeur chez Redpoint eventures. « Ils ont prouvé leur capacité à faire tomber les barrières liées au coût et à l’accessibilité de l’éducation, tout en offrant un programme d’études de haute qualité. Les clients peuvent être des investisseurs d’impact à but non lucratif qui veulent participer au développement des économies locales, des établissements d’enseignement voulant moderniser leurs méthodes d’enseignement ou des entreprises souhaitant fournir la meilleure formation possible pour combler les lacunes de ses employés. »

 

 

Continue Reading

Economie

Afrique du Sud-Aviculture : épidémie de grippe aviaire dans le Gauteng

Published

on

Le ministère sud-africain de l’Agriculture a signalé le 13 avril dernier un foyer de grippe aviaire dans une ferme avicole commerciale localisée à Ekurhuleni dans la province du Gauteng. Elle est liée à la souche H5 du virus et a déjà fait succomber environ 300 oiseaux.  

Dans un communiqué, les autorités indiquent que les services vétérinaires de la région ont mis l’exploitation en quarantaine afin de limiter la propagation de la maladie virale et travaillent actuellement pour déterminer l’ampleur de l’épidémie.

En réponse à cette situation, le Botswana, 4e destination à l’export pour la viande de volaille sud-africaine a déjà interdit le 14 avril avec effet immédiat, les importations de volailles vivantes et de produits avicoles (viande, œuf et plumes) en provenance du pays.

Continue Reading

Economie

Sénégal-Logistique: Remboursement de dettes, le Port Autonome de Dakar va verser 1,980 milliard de FCFA le 19 avril

Published

on

Selon le Dépositaire central Banque de Règlement, le Port Autonome de Dakar procédera, le 19 avril, au paiement des intérêts semestriels de l’emprunt obligataire dénommé « PAD 6,60% 2020-2027 » .

Il s’agit d’un montant global net d’impôt de 1.980.000.000 (Un milliard neuf cent quatre-vingt millions de FCFA).

Pour rappel, le Port autonome de Dakar, avait émis un emprunt obligataire d’u montant de 60 milliards de fcfa en octobre 2020. Cette opération visait à financer les premiers investissements de mise en valeur de la nouvelle plateforme portuaire de Ndayane, un port en eau profonde.

Continue Reading

Tendance