Connect with us
pub

Economie

Finance-Afrique: le private equity sera dominé en 2021 par l’éducation, les technologies et la Finance

Published

on

L’éducation, les technologies et la finance sont perçues par des spécialistes, comme les secteurs qui continueront à dominer les transactions de private equity en Afrique au cours de l’année 2021. « Nous y prévoyons plus d’investissements. La pandémie a illustré l’efficacité de la technologie pour améliorer la résilience et la capacité du continent à gérer les chocs et les risques extérieurs », a fait savoir Dara Oweyemi, l’actuel directrice par intérim de l’association africaine de private equity et de capital risque (AVCA) interrogée par l’Agence Ecofin.

Déjà en marge des AVCA Live, un récent événement de l’organisation qui a permis de faire le bilan du secteur en Afrique, cette responsable rappelait déjà qu’au-delà des défis et conséquences négatives, la pandémie de Covid-19 a généré plusieurs opportunités. « L’économie numérique a un impact sur le développement du continent en favorisant la création de nouveaux emplois et en fournissant de nouvelles solutions grâce à l’innovation dans les soins de santé, l’éducation et la technologie » faisait déjà savoir Mme Oweni en cette circonstance.

Avec le coronavirus, les entreprises qui font partie du portefeuille des sociétés des firmes de private equity ont affiché des besoins différents. Certaines par exemple ont besoin d’une amélioration de l’efficacité de leurs processus d’exploitation. Cette transformation passe par une meilleure digitalisation et la formation des ressources humaines. D’autre en revanche, ont principalement besoin de liquidités. De nouvelles solutions de financement seront nécessaires pour y apporter des réponses.

Les perspectives 2021 du capital investissement dans la région restent cependant incertaines. En 2020, certaines firmes et institutionnels de l’investissement en capital ciblant l’Afrique ont accru leurs ressources disponibles. Toutefois, les nouvelles transactions prendront en compte les politiques de reprises des pays, tout autant que l’évolution de la situation au niveau global. Il est déjà admis que sur le continent noir, les opportunités d’une digitalisation des activités, continueront d’aller de pair avec les besoins de financement des projets.

Source agence Ecofin

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance