Connect with us
pub

Economie

Hydraulique-Algérie : les ressources en eau estimées à 23 milliards m3 par an

Published

on

Le ministre des Ressources en Eau, Arezki Berraki a indiqué, que le potentiel national en ressources hydriques ne dépasse pas 23,2 milliards de mètres cubes par an.

Ce volume jugé insuffisant donne une moyenne annuelle de 540 mètres cubes par an et par habitant alors que la moyenne mondiale fixée par les Nations Unis est de 1000 mètres cubes, selon de Ministre des eaux. Cette moyenne classe l’Algérie 29e pays au monde souffrant le plus du stress hydrique. Un classement de World Ressources Institute (Organisation mondiale de recherche).

Par ailleurs, à une question sur le taux de remplissage actuel des barrages au niveau national, il a affirmé qu’il était 39%. Parmi ces barrage replis, il en existe 22 qui ont connu un taux de remplissage allant de 50 %jusqu’à 100%, a précisé M. Baraki. Par ailleurs, le taux des autres barrages variait entre 50 % et 25 % voire même moins pour certains.

Les dernières précipitations enregistrées dans plusieurs wilaya ces deux derniers jours (le 29 et 30 novembre) ont permis de compenser le manque induit par le tresse hydrique et de reconstituer les réserves du pays en ressources hydriques. Cette augmentation des volumes d’eau au niveau des barrages a été enregistrée après les pluies abondantes enregistrées ces deux derniers jours dans plusieurs wilayas.

La production en eau de l’année hydrique 2019/2020 avait atteint 11,96 milliards de mètres cubes, a indiqué le ministre. Sur ce volume global, 34% ont été destinés pour l’alimentation en eau potable, 64% pour l’irrigation des terres agricoles et 2% au secteur de l’industrie, a-t-il fait savoir.

Continue Reading
8 Comments

8 Comments

  1. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 10, 2021 at 2:28

    I simply couldn’t go away your web site before suggesting that I really enjoyed the standard info a
    person provide on your visitors? Is going to be back continuously to check out
    new posts asmr 0mniartist

  2. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 11, 2021 at 2:04

    Great delivery. Outstanding arguments. Keep up the great effort.
    0mniartist asmr

  3. 0mniartist

    avril 12, 2021 at 2:35

    Thanks for one’s marvelous posting! I truly enjoyed reading it, you
    might be a great author. I will make certain to bookmark your blog and definitely will come
    back at some point. I want to encourage one to continue
    your great posts, have a nice evening! asmr 0mniartist

  4. 0mniartist

    avril 12, 2021 at 10:58

    I know this if off topic but I’m looking into starting my own blog and was curious what all
    is required to get set up? I’m assuming having a blog like yours would cost
    a pretty penny? I’m not very internet smart so I’m not 100% positive.
    Any recommendations or advice would be greatly appreciated.
    Appreciate it 0mniartist asmr

  5. signup.com

    avril 14, 2021 at 11:22

    Hi there colleagues, good piece of writing and good urging commented
    here, I am really enjoying by these. 0mniartist asmr

  6. bit.ly

    avril 16, 2021 at 6:49

    Post writing is also a excitement, if you know after that you can write otherwise
    it is complicated to write. 0mniartist asmr

  7. our free dating sites

    juin 1, 2021 at 7:19

    I’m gone to say to my little brother, that he should also visit this website on regular basis to obtain updated
    from latest information.

  8. http://tinyurl.com/y49bjbfn

    juin 1, 2021 at 3:29

    hello!,I like your writing so much! proportion we keep up a correspondence more approximately
    your post on AOL? I need an expert on this area to resolve my problem.
    Maybe that is you! Having a look ahead to look you.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

France-Pétrole : TotalEnergies voit son pic de production atteint en cours de décennie

Published

on

La production de pétrole de TotalEnergies continuera à croître pour atteindre son maximum au cours de la décennie, avant de diminuer, a annoncé mardi le groupe, qui continuera à investir dans les hydrocarbures tout en visant le top 5 mondial des producteurs d’électricité renouvelable.

La production d’hydrocarbures du groupe français devrait progresser d’environ 3% par an d’ici 2026, tirée par le gaz naturel liquéfié (GNL) qui grimperait de 6% par an. Sa production de pétrole «atteindra son pic au cours de la décennie avant de décroître» avant 2030, suivant ses projections de progression de la demande mondiale, ajoute TotalEnergies, qui a présenté sa stratégie lors de sa journée investisseurs.

À l’horizon 2030, ses ventes devraient être composées à 30% de produits pétroliers, à 50% de gaz, à 15% d’électricité et à 5% de biomasse et hydrogène. Dans un marché du gaz naturel liquéfié en croissance moyenne de 5% à 7% par an à l’échelle mondiale, sa production de GNL devrait augmenter de 30% d’ici 2025 et les ventes atteindre alors 50 Mt/an, soit 10% du marché mondial.

TotalEnergies, sous la pression d’investisseurs et du public pour agir plus en faveur du climat, souligne aussi son «ambition de devenir un des 5 premiers producteurs mondiaux d’électricité renouvelable», avec pour objectif 100 GW de capacité brute installée d’ici 2030. La compagnie devrait afficher un portefeuille de plus de 10 GW en opération à fin 2021. Sa capacité augmentera d’environ 6 GW par an de 2022 à 2025, pour atteindre 35 GW d’ici 2025, estime-t-elle.

Continue Reading

Economie

Pétrole : L’Opep croit toujours à l’avenir de la demande pétrolière

Published

on

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pense que la demande pétrolière mondiale va continuer à progresser d’ici à 2045, tout en estimant que l’essentiel de cette hausse sera concentrée sur la décennie actuelle.

Dans son rapport annuel sur les perspectives de la demande pétrolière mondiale publié mardi, elle anticipe une demande accrue de 17,6 millions de barils par jour (mb/j) entre 2020 et 2045, pour atteindre 108,2 mb/j à cet horizon. C’est légèrement moins que ce que prévoyait le cartel basé à Vienne l’an dernier.

En prenant pour référence 2019, avant la crise du Covid-19 et l’effondrement de la demande enregistré l’an dernier, la croissance apparaît toutefois moins importante, autour de 8,2 mb/j d’ici 2045.

«Les demandes pour l’énergie et le pétrole ont rebondi de manière significative en 2021, après la chute énorme enregistrée en 2020, et une expansion continue est prévue pour le long terme», souligne le secrétaire général du cartel, Mohammed Barkindo, dans son introduction à ce rapport à 2045.

Pour l’Opep, la demande sera tirée par les pays en développement, tandis qu’elle déclinera dès 2023 dans les pays riches appartenant à l’OCDE. Au niveau mondial, la croissance de la demande devrait être importante les premières années, avant de ralentir progressivement pour finir par atteindre un quasi-plateau après 2035.

Après 100 mb/j en 2019, puis 90,6 mb/j l’an dernier pendant la crise, la demande devrait ainsi remonter à 103,6 mb/j en 2025, 106,6 mb/j en 2030, puis 107,9 mb/j en 2035. La croissance est ensuite quasi nulle jusqu’aux 108,2 mb/j attendus en 2045, prévoit l’Opep.

Cette trajectoire apparaît en contradiction avec celle que prône l’Agence internationale de l’énergie (AIE) pour permettre au monde d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et limiter le réchauffement climatique de la planète proche de 1,5°C, par rapport à la seconde moitié du 19e siècle.

Dans un rapport choc publié au printemps, l’AIE dessine un scénario dans lequel, si le monde veut juguler le réchauffement, l’électricité répond à un nombre croissant d’usages et le pétrole ne revient jamais à son pic de 2019 pour décliner à 72 mb/j en 2030 puis seulement 24 mb/j en 2050. Elle invite également à abandonner dès maintenant tout nouveau projet d’exploration d’hydrocarbures.

Mohammed Barkindo assure pour par sa part que des «investissements énormes» seront nécessaires pour répondre à la demande. «Sans les investissements nécessaires, de nouveaux épisodes de volatilité et un manque d’énergie à l’avenir sont possibles, ce qui n’est pas dans l’intérêt des producteurs ou des consommateurs», juge-t-il.

Continue Reading

Economie

Russie-Énergie : Le gaz russe au cœur d’une dispute entre Kiev et Budapest

Published

on

L’Ukraine et la Hongrie ont annoncé mardi la convocation de leurs ambassadeurs respectifs, Kiev reprochant à Budapest des accords gaziers avec Moscou qui menaceraient sa «sécurité énergétique». Budapest a en premier convoqué le représentant ukrainien, l’Ukraine lui rendant la pareille.

«Nous considérons comme une violation de notre souveraineté le fait que l’Ukraine veuille empêcher l’approvisionnement» de la Hongrie en gaz, a fulminé mardi sur Facebook le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto. «Transporter du gaz en contournant l’Ukraine sape la sécurité énergétique de notre pays et celle de l’Europe», a répliqué auprès de l’AFP le porte-parole de la diplomatie ukrainienne Oleg Nikolenko.

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé lundi avoir signé deux contrats prévoyant la livraison de jusqu’à 4,5 milliards de mètres cubes de gaz russe annuels pendant 15 ans vers la Hongrie, contournant l’Ukraine qui était jusqu’ici la principale voie de transit. La diplomatie ukrainienne s’était déclarée lundi «surprise» et «déçue par cette décision» de Budapest «prise pour plaire au Kremlin».

Moscou a pour sa part souligné que l’Ukraine n’avait pas «le droit de s’ingérer» dans les relations entre la Russie et la Hongrie, selon le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov. L’Ukraine tire des revenus significatifs du transit du gaz russe vers le reste de l’Europe et voit donc comme une menace tout accord court-circuitant son territoire. D’autant que dans les mois à venir le gazoduc Nord Stream-2, reliant la Russie à l’Allemagne, devrait entrer en service.

Ce tube pourrait à terme priver l’Ukraine, pays parmi les plus pauvres d’Europe, d’au moins 1,5 milliard de dollars par an. Alliée de l’Occident face à la Russie, cette ex-république soviétique, est depuis 2014 le théâtre d’une guerre séparatiste pro-russe dans l’Est, déclenchée dans la foulée de l’annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Continue Reading

Tendance