Connect with us
pub

Economie

Hydrocarbure : le baril de pétrole Brent finit au-dessus des 65 dollars

Published

on

Les cours du pétrole ont grimpé lundi à leur plus haut en plus d’un an, stimulés par une offre américaine toujours perturbée par une vague de froid et une étude optimiste d’analystes, dans l’attente du prochain sommet de l’Opep+ le 4 mars.


Le prix du baril de Brent a ainsi dépassé lundi la barre des 65 dollars à la clôture pour la première fois depuis début janvier 2020.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a fini à 65,24 dollars à Londres, prenant 2,33 dollars ou 3,70%, à son plus haut niveau depuis le 9 janvier 2020.

Le baril américain de WTI pour le mois de mars, dont c’est le dernier jour de cotation, a grimpé de 3,80% ou 2,25 dollars à 61,49 dollars, un sommet depuis le 7 janvier de l’année dernière.

Les prix ont continué d’être soutenus par les répercussions sur la production américaine d’une vague de froid arctique qui a frappé la semaine dernière l’Etat du Texas, poumon énergétique américain.

Selon Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank, cet épisode climatique extrême « a entraîné l’arrêt de 40% de la production pétrolière du pays« .

« La vague de froid a probablement impacté la production du Texas d’une façon plus importante que ne s’y attendaient les marchés« , a également indiqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Dans le même temps, une note, publiée par Goldman Sachs dimanche, a attiré l’attention des investisseurs, les rendant optimistes sur les cours de l’or noir.

Les analystes de la banque prévoient que les prix du Brent atteignent 70 dollars et 75 dollars plus vite que prévu, car ils s’attendent à ce que l’OPEP mette du temps à accélérer la production face à la hausse de la demande mondiale.

« Nous prévoyons désormais que les prix du pétrole vont remonter plus tôt et plus fort, soutenus par des stocks moindres et des coûts d’exploitation plus importants pour le démarrage de la production« , estime Goldman Sachs dans une étude transmise à l’AFP.

Les analystes ajoutent qu’en tant que produit d’investissement, le pétrole est « une bonne protection contre l’inflation« , alors que la crainte de l’inflation commence à agiter les investisseurs.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance