Connect with us
pub

Economie

Hydrocarbure: le pétrole marque le pas face à la prudence de l’AIE

Published

on

Les cours du pétrole ont marqué le pas ce jeudi après une hausse continue depuis le début de la semaine dernière, rafraîchis par des perspectives économiques en demi-teinte d’un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a perdu 33 cents ou 0,53% par rapport à la clôture de mercredi, à 61,14 dollars, après avoir touché la veille 61,69 dollars, au plus haut depuis le 24 janvier 2020. Le baril américain de WTI pour le mois de mars a reculé dans le même temps de 0,75% ou 44 cents, à 58,24 dollars, après avoir touché 58,91 dollars mercredi, une première depuis le 17 janvier 2020.

Le Brent a signé mercredi sa neuvième séance consécutive de hausse, le WTI bouclant quant à lui sa huitième. Les deux contrats de référence en Europe et aux Etats-Unis se sont appréciés d’environ 20% depuis le début de l’année.

«Les marchés se sont demandés si, à ces hauts prix du brut, on ne va pas commencer à voir davantage de production venir de l’Opep+ dès le mois d’avril», a estimé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. «On a eu une forte hausse des cours tous ces derniers mois, mais maintenant que ces prix ont pris de la hauteur avec un Brent au-dessus de 60 dollars le baril, le sentiment des investisseurs est que cela va encourager davantage de production à venir sur le marché», ce qui pourrait faire baisser les cours à nouveau.

L’autre cause de la pause dans les cours réside dans le rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), paru jeudi, qui a révisé en baisse ses perspectives de la demande de brut pour 2021, a souligné Andy Lipow.

L’AIE a jugé que le rééquilibrage du marché pétrolier restait «fragile» en début d’année face à la propagation des nouveaux variants du virus du Covid-19. Enfin, les investisseurs relèvent que le temps froid qui sévit aux Etats-Unis va impacter la demande de fioul domestique, «ce qui pourrait conduire à davantage de stocks», encore un facteur à la baisse pour les cours, a souligné l’expert de Lipow Oil Associates.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance