Connect with us
pub

Economie

La Banque islamique de développement émet le plus grand sukuk  durable de son histoire

Published

on

La Banque islamique de développement (BID) a levé 2,5 milliards de dollars américains à travers son Sukuk durable, qui est également, à ce jour, sa plus grande émission publique en dollars américains.


La Banque, notée Aaa / AAA / AAA par Moody’s, S&P et Fitch (toutes perspectives stables), a réussi à fixer le prix des Certificats de confiance à 5 ans dans le cadre de son programme d’émission de Certificats de confiance de 25 milliards de dollars américains. Le taux de profit de sa valeur nominale est de 1,262%, payable chaque semestre. Il s’agit de la première émission publique de la Banque en 2021.

 
Les co- chefs de file et les teneurs de livre associés pour cette émission sont Citi, HSBC, Goldman Sachs International, NATIXIS, Société Générale, Standard Chartered Bank et Warba Bank. La Kuwait International Bank était le co-gestionnaire.


Le produit du Sukuk durable sera alloué au financement / refinancement de projets de développement vert (10%) et social (90%) qui sont éligibles dans le cadre du financement durable de la BID, qui a été créé conformément aux Normes d’obligations vertes, Normes d’obligations sociales et des lignes directrices sur les obligations durables publiées par l’Association Internationale du marché des capitaux (ICMA).

 
L’émission est le deuxième Sukuk durable noté AAA sur les marchés financiers mondiaux et complète les initiatives prises par la BID dans le cadre de sa vaste réponse au COVID-19 pour ses pays membres. Il s’agit de la troisième opération de la Banque entrant dans le cadre de son financement durable . L ’émission a attiré une forte demande de la part des investisseurs en argent réel à la recherche de valeur, conséquence de la solide position financière et de crédit de la BID et réaffirmé par ses notations AAA. En raison de la forte demande, la Banque a pu resserrer les prix de plus de 15% entre l’annonce et la clôture.

 
La transaction a été annoncée le lundi 22 mars avec des prix initiaux fixés dans la zone Mid Swap (MS) plus 39 (points de base) et publiés le lendemain. Avec une forte demande des investisseurs, l’accord a finalement été évalué à MS plus 33 points de base, se resserrant de 6 points de base, avec un taux de profit global de 1,262% par rapport à la précédente plus grande émission de dollars américains, en février 2020, qui avait un taux de profit de 1,809%. Il s’agit de l’un des taux de profit les plus bas obtenus par la Banque pour un Sukuk public en dollars américains.



Au niveau de l’allocation finale, la distribution a été bien diversifiée avec 61% alloués au Moyen-Orient et Afrique du Nord, 24% à l’Asie, 13% à l’Europe et 2% à d’autres, dont US Offshore. Dans l’ensemble, l’accord a vu une forte participation de la part des comptes en argent réel et des institutions officielles, ainsi que d’un certain nombre d’investisseurs dont c’était la première participation, ce qui témoigne de la solidité du crédit de la BID, 78% étant alloué aux banques centrales et aux institutions officielles, 18% aux trésors bancaires et 4% aux gestionnaires de fonds, aux banques privées et autres.

 

Les certificats de confiance seront cotés sur Euronext Dublin et NASDAQ Dubaï.

 

Après le succès de la tarification, le président de la BID, Dr Bandar Hajjar, a déclaré: «Alors que le monde continue de trouver de meilleurs moyens de répondre à la pandémie en cours, la BID est fière de poursuivre son rôle dans la mobilisation des ressources indispensables à faible coût pour ses états membres, afin de financer une reprise verte et résiliente. Il s’agit de notre deuxième Sukuk durable et aussi de notre plus grande émission jamais réalisée, réaffirmant encore la demande de financement viable, dans un monde frappé par une urgence climatique et une pandémie qui fait rage. Cela démontre également la forte confiance que la communauté des investisseurs place en la BID et à sa mission, et nous en sommes très reconnaissants. J’appelle à nouveau toutes les parties prenantes du secteur de la finance islamique à promouvoir le marché des Sukuk verts et durables en tant que solutions innovantes pour relever les défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, pour un avenir meilleur ».

 

Dr Zamir Iqbal,  Vice-président (finances) et directeur financier de la BID, a déclaré: «Nous sommes ravis d’avoir réalisé une nouvelle transaction historique à travers ce Sukuk, pendant que nous continuons à soutenir les efforts de réponse de la Banque au COVID-19. La gamme d’investisseurs a une fois de plus placé sa confiance en notre AAA notation, qui offre les meilleurs rendements ajustés au risque de sa catégorie. Le coût de financement minimal permettra à la BID de fournir de meilleures conditions de financement à ses pays membres pour répondre à leurs besoins critiques pendant et après la pandémie. Nous sommes également très heureux de voir de nouveaux investisseurs participer au Sukuk et nous leur souhaitons la bienvenue, en tant que partenaires de développement. »

 

Dr Yasser Gado, Trésorier de la BID, a déclaré: «La plus grande émission de Sukuk jamais réalisée par la BID, depuis qu’elle est devenue un émetteur fréquent en 2009, constitue un important pas dans la réalisation de l’ambitieux plan de financement de la banque pour 2021. La taille de la transaction, le faible écart de crédit et la robustesse du carnet de commandes reflètent la confiance des investisseurs dans le crédit de la BID. Nous sommes ravis de voir les transactions de la BID acquérir rapidement de nouveaux investisseurs institutionnels . La BID poursuivra son engagement à promouvoir la notoriété du Sukuk, en tant que célèbre instrument de dette conforme à la charia, sur les marchés financiers. Nous visons à tirer parti de l’élan de l’histoire de la finance durable de la BID pour les projets de développement climatique et social dans nos pays membres. Je tiens à féliciter les membres de l’équipe de la Trésorerie de la BID et les chefs de file conjoints pour leurs efforts visant à mener à bien une transaction efficace. »



Maud Le Moine, Responsable des marchés de capitaux de la dette SSA chez Goldman Sachs International, a déclaré: «Une transaction vraiment remarquable de la BID, aujourd’hui, atteignant sa plus grande taille de référence jamais réalisée à 2,5 milliards de dollars, et la plus grande sukuk durable à ce jour, garantissant ainsi des ressources inestimables pour
soutenir ses pays membres. La qualité du carnet de commandes et la demande générale des investisseurs justifiaient un mouvement de 6 points de base pour se stabiliser à MS + 33 points de base, l’une de leurs impressions historiques les plus serrées. Félicitations à l’équipe de la BID pour une transaction réussie quel que soit le paramètre – demande, prix, calendrier et résultat de dimensionnement. »


La BID est une institution financière multilatérale de développement comprenant 57 pays membres et un mandat de développement social et économique dans ses pays membres et les communautés musulmanes du monde entier.

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Usa : la startup américaine Holberton annonce une nouvelle levée de fonds de 20 millions de dollars pour accélérer son développement en Afrique

Published

on

Ce financement permettra à la startup californienne d’étendre ses offres de solutions de formation aux universités, aux centres de formation et aux entreprises sur le continent africain.

Holberton, qui concourt à rendre la formation des développeurs en informatique abordable et accessible à tous dans le monde entier, a annoncé avoir levé 20 millions de dollars en série B. Une opération menée par Redpoint eventures avec un nouvel investisseur Pearson Ventures et la participation des investisseurs existants Daphni, Imaginable Futures, Reach Capital et Trinity Ventures.

Créé dans la Silicon Valley en 2015, Holberton est présente sur le continent africain à travers plusieurs instituts dans différents pays, tels que la Tunisie, Madagascar et le Maroc. Ceux-ci ont déjà formé des milliers d’étudiants, grâce aux solutions d’Holberton. L’ambition de cette start-up est d’aider plus de 500 000 personnes en Afrique à accéder à une éducation de haut niveau d’ici 2030, directement via son réseau d’écoles Holberton School, ou indirectement, via des établissements d’enseignement et des centres de formation. Pour atteindre cet objectif, Holberton ne cesse d’innover afin de proposer des programmes d’enseignement performants et adaptables à grande échelle.

« Nous avons développé des technologies, des outils et des méthodes d’enseignement pour compléter et étendre les formations initiales ou encore combler les lacunes des étudiants et des employés. Nos solutions ont été conçues et créées pour former les apprenants du monde entier, qu’ils soient débutants ou familiers avec les langages informatiques », déclare Julien Barbier, PDG et cofondateur de Holberton.

Avec ses partenaires, Holberton a déjà formé des milliers de développeurs logiciel partout dans le monde. Les apprenants qui ont suivi les programmes d’Holberton ont par la suite réussi à accéder à des emplois bien rémunérés dans des entreprises technologiques de premier plan, telles qu’Amazon, Apple, Google, LinkedIn, Tesla, etc.

« L’Afrique est un continent qui dispose d’une pépinière considérable de jeunes talents. Avec nos solutions, nous accompagnons les institutions publiques et privées dans la mise en place d’un enseignement moderne et adapté aux besoins du marché de l’emploi sur le continent », a ajouté Julien Barbier.

Les offres de service proposées par Holberton comprennent un modèle complet de franchise, ou alors des outils des formations à intégrer à un cursus : projets de cas concrets et des outils d’automatisation de la notation. La startup californienne propose également des programmes sur mesure, grâce à son nouveau concept appelé « système d’exploitation de l’éducation ». Ses clients peuvent désormais utiliser tout ce dont ils ont besoin pour compléter leur offre éducative ou pour développer de nouvelles écoles. En effet, ils sont mieux à même de comprendre les besoins de leurs étudiants, les exigences du marché du travail. Et contribuent ainsi à alimenter un vivier national d’ingénieurs en informatique hautement qualifiés.


« Le concept d’OS of Education d’Holberton permet à l’entreprise de proposer des outils, testés et approuvés par leurs partenaires, sur un marché plus large », a déclaré Manoel Lemos, associé directeur chez Redpoint eventures. « Ils ont prouvé leur capacité à faire tomber les barrières liées au coût et à l’accessibilité de l’éducation, tout en offrant un programme d’études de haute qualité. Les clients peuvent être des investisseurs d’impact à but non lucratif qui veulent participer au développement des économies locales, des établissements d’enseignement voulant moderniser leurs méthodes d’enseignement ou des entreprises souhaitant fournir la meilleure formation possible pour combler les lacunes de ses employés. »

 

 

Continue Reading

Economie

Afrique du Sud-Aviculture : épidémie de grippe aviaire dans le Gauteng

Published

on

Le ministère sud-africain de l’Agriculture a signalé le 13 avril dernier un foyer de grippe aviaire dans une ferme avicole commerciale localisée à Ekurhuleni dans la province du Gauteng. Elle est liée à la souche H5 du virus et a déjà fait succomber environ 300 oiseaux.  

Dans un communiqué, les autorités indiquent que les services vétérinaires de la région ont mis l’exploitation en quarantaine afin de limiter la propagation de la maladie virale et travaillent actuellement pour déterminer l’ampleur de l’épidémie.

En réponse à cette situation, le Botswana, 4e destination à l’export pour la viande de volaille sud-africaine a déjà interdit le 14 avril avec effet immédiat, les importations de volailles vivantes et de produits avicoles (viande, œuf et plumes) en provenance du pays.

Continue Reading

Economie

Sénégal-Logistique: Remboursement de dettes, le Port Autonome de Dakar va verser 1,980 milliard de FCFA le 19 avril

Published

on

Selon le Dépositaire central Banque de Règlement, le Port Autonome de Dakar procédera, le 19 avril, au paiement des intérêts semestriels de l’emprunt obligataire dénommé « PAD 6,60% 2020-2027 » .

Il s’agit d’un montant global net d’impôt de 1.980.000.000 (Un milliard neuf cent quatre-vingt millions de FCFA).

Pour rappel, le Port autonome de Dakar, avait émis un emprunt obligataire d’u montant de 60 milliards de fcfa en octobre 2020. Cette opération visait à financer les premiers investissements de mise en valeur de la nouvelle plateforme portuaire de Ndayane, un port en eau profonde.

Continue Reading

Tendance