Connect with us
pub

Economie

La Banque islamique de développement émet le plus grand sukuk  durable de son histoire

Published

on

La Banque islamique de développement (BID) a levé 2,5 milliards de dollars américains à travers son Sukuk durable, qui est également, à ce jour, sa plus grande émission publique en dollars américains.


La Banque, notée Aaa / AAA / AAA par Moody’s, S&P et Fitch (toutes perspectives stables), a réussi à fixer le prix des Certificats de confiance à 5 ans dans le cadre de son programme d’émission de Certificats de confiance de 25 milliards de dollars américains. Le taux de profit de sa valeur nominale est de 1,262%, payable chaque semestre. Il s’agit de la première émission publique de la Banque en 2021.

 
Les co- chefs de file et les teneurs de livre associés pour cette émission sont Citi, HSBC, Goldman Sachs International, NATIXIS, Société Générale, Standard Chartered Bank et Warba Bank. La Kuwait International Bank était le co-gestionnaire.


Le produit du Sukuk durable sera alloué au financement / refinancement de projets de développement vert (10%) et social (90%) qui sont éligibles dans le cadre du financement durable de la BID, qui a été créé conformément aux Normes d’obligations vertes, Normes d’obligations sociales et des lignes directrices sur les obligations durables publiées par l’Association Internationale du marché des capitaux (ICMA).

 
L’émission est le deuxième Sukuk durable noté AAA sur les marchés financiers mondiaux et complète les initiatives prises par la BID dans le cadre de sa vaste réponse au COVID-19 pour ses pays membres. Il s’agit de la troisième opération de la Banque entrant dans le cadre de son financement durable . L ’émission a attiré une forte demande de la part des investisseurs en argent réel à la recherche de valeur, conséquence de la solide position financière et de crédit de la BID et réaffirmé par ses notations AAA. En raison de la forte demande, la Banque a pu resserrer les prix de plus de 15% entre l’annonce et la clôture.

 
La transaction a été annoncée le lundi 22 mars avec des prix initiaux fixés dans la zone Mid Swap (MS) plus 39 (points de base) et publiés le lendemain. Avec une forte demande des investisseurs, l’accord a finalement été évalué à MS plus 33 points de base, se resserrant de 6 points de base, avec un taux de profit global de 1,262% par rapport à la précédente plus grande émission de dollars américains, en février 2020, qui avait un taux de profit de 1,809%. Il s’agit de l’un des taux de profit les plus bas obtenus par la Banque pour un Sukuk public en dollars américains.



Au niveau de l’allocation finale, la distribution a été bien diversifiée avec 61% alloués au Moyen-Orient et Afrique du Nord, 24% à l’Asie, 13% à l’Europe et 2% à d’autres, dont US Offshore. Dans l’ensemble, l’accord a vu une forte participation de la part des comptes en argent réel et des institutions officielles, ainsi que d’un certain nombre d’investisseurs dont c’était la première participation, ce qui témoigne de la solidité du crédit de la BID, 78% étant alloué aux banques centrales et aux institutions officielles, 18% aux trésors bancaires et 4% aux gestionnaires de fonds, aux banques privées et autres.

 

Les certificats de confiance seront cotés sur Euronext Dublin et NASDAQ Dubaï.

 

Après le succès de la tarification, le président de la BID, Dr Bandar Hajjar, a déclaré: «Alors que le monde continue de trouver de meilleurs moyens de répondre à la pandémie en cours, la BID est fière de poursuivre son rôle dans la mobilisation des ressources indispensables à faible coût pour ses états membres, afin de financer une reprise verte et résiliente. Il s’agit de notre deuxième Sukuk durable et aussi de notre plus grande émission jamais réalisée, réaffirmant encore la demande de financement viable, dans un monde frappé par une urgence climatique et une pandémie qui fait rage. Cela démontre également la forte confiance que la communauté des investisseurs place en la BID et à sa mission, et nous en sommes très reconnaissants. J’appelle à nouveau toutes les parties prenantes du secteur de la finance islamique à promouvoir le marché des Sukuk verts et durables en tant que solutions innovantes pour relever les défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, pour un avenir meilleur ».

 

Dr Zamir Iqbal,  Vice-président (finances) et directeur financier de la BID, a déclaré: «Nous sommes ravis d’avoir réalisé une nouvelle transaction historique à travers ce Sukuk, pendant que nous continuons à soutenir les efforts de réponse de la Banque au COVID-19. La gamme d’investisseurs a une fois de plus placé sa confiance en notre AAA notation, qui offre les meilleurs rendements ajustés au risque de sa catégorie. Le coût de financement minimal permettra à la BID de fournir de meilleures conditions de financement à ses pays membres pour répondre à leurs besoins critiques pendant et après la pandémie. Nous sommes également très heureux de voir de nouveaux investisseurs participer au Sukuk et nous leur souhaitons la bienvenue, en tant que partenaires de développement. »

 

Dr Yasser Gado, Trésorier de la BID, a déclaré: «La plus grande émission de Sukuk jamais réalisée par la BID, depuis qu’elle est devenue un émetteur fréquent en 2009, constitue un important pas dans la réalisation de l’ambitieux plan de financement de la banque pour 2021. La taille de la transaction, le faible écart de crédit et la robustesse du carnet de commandes reflètent la confiance des investisseurs dans le crédit de la BID. Nous sommes ravis de voir les transactions de la BID acquérir rapidement de nouveaux investisseurs institutionnels . La BID poursuivra son engagement à promouvoir la notoriété du Sukuk, en tant que célèbre instrument de dette conforme à la charia, sur les marchés financiers. Nous visons à tirer parti de l’élan de l’histoire de la finance durable de la BID pour les projets de développement climatique et social dans nos pays membres. Je tiens à féliciter les membres de l’équipe de la Trésorerie de la BID et les chefs de file conjoints pour leurs efforts visant à mener à bien une transaction efficace. »



Maud Le Moine, Responsable des marchés de capitaux de la dette SSA chez Goldman Sachs International, a déclaré: «Une transaction vraiment remarquable de la BID, aujourd’hui, atteignant sa plus grande taille de référence jamais réalisée à 2,5 milliards de dollars, et la plus grande sukuk durable à ce jour, garantissant ainsi des ressources inestimables pour
soutenir ses pays membres. La qualité du carnet de commandes et la demande générale des investisseurs justifiaient un mouvement de 6 points de base pour se stabiliser à MS + 33 points de base, l’une de leurs impressions historiques les plus serrées. Félicitations à l’équipe de la BID pour une transaction réussie quel que soit le paramètre – demande, prix, calendrier et résultat de dimensionnement. »


La BID est une institution financière multilatérale de développement comprenant 57 pays membres et un mandat de développement social et économique dans ses pays membres et les communautés musulmanes du monde entier.

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance