Connect with us
pub

Economie

L’économie américaine retrouve son niveau d’avant-crise

Published

on

L’économie américaine a retrouvé au deuxième trimestre son niveau d’avant-crise, malgré une croissance décevante du PIB, tandis que les prix ont, eux, continué à grimper, à leur rythme le plus rapide depuis près de 40 ans.

Le montant total des biens et services vendus aux États-Unis a dépassé celui d’avant la pandémie, pour la première fois, mais de justesse (+0,8%), selon la première estimation du département du Commerce publiée jeudi.

« L’Amérique est de nouveau en marche, et les nouveaux chiffres du PIB ramènent notre économie aux niveaux d’avant la pandémie », a réagi, sur Twitter, le président américain Joe Biden.

Le produit intérieur brut (PIB) est en effet plus élevé qu’il ne l’était au quatrième trimestre 2019 – le dernier à ne pas avoir été touché par la crise provoquée par le Covid-19.

Il a cependant progressé moins qu’attendu d’avril à juin, avec une croissance de 6,5% en rythme annualisé – qui compare au trimestre précédent puis projette l’évolution sur l’année entière.

C’est un peu plus rapide que les 6,3% du premier trimestre, mais bien moins que les 8,5% attendus par les analystes.

Et la hausse est de 1,6% par rapport au trimestre précédent, mode de calcul utilisé par d’autres pays. A titre de comparaison, la croissance française au deuxième trimestre sera publiée vendredi, elle est attendue entre 0,7 et 1,0%; elle a été de 1,3% pour la Chine, grand rival des États-Unis.

La reprise de l’activité grâce à la vaccination, et les milliards de dollars distribués aux ménages depuis le début de l’année, ont stimulé la consommation des Américains, qui ont notamment dépensé leur argent au restaurant, ou dans des nuits d’hôtel, mais aussi pour acheter des médicaments.

La croissance est de 12,2% par rapport au deuxième trimestre 2020. L’économie américaine enregistrait alors un recul historique de 31,2%.

« Il y a des raisons de penser que la croissance va nettement ralentir », tempère cependant l’économiste Joel Naroff.

En effet, souligne-t-il, « nous avons connu quatre trimestres consécutifs de croissance économique forte à spectaculaire. Mais cela était dû à la réouverture de l’économie et aux aides massives du gouvernement ».

Et le variant Delta, qui a fait repartir les cas de Covid-19 dans de nombreuses régions du monde, menace également la croissance américaine.

« Notre travail est (…) de continuer à bâtir une économie plus juste, plus forte et plus résiliente où les travailleurs américains peuvent rivaliser et gagner sur la scène mondiale », a commenté dans un tweet la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

Joe Biden compte en effet sur un programme pharaonique de dépenses sociales et environnementales, de 3.500 milliards de dollars, pour assurer la croissance du pays sur plusieurs années.

La croissance des États-Unis devrait être de 6,7% cette année et 5% en 2022, selon les services du budget du Congrès (CBO). Le Fonds monétaire international (FMI) et la Fed tablent sur +7,0% en 2021.

Le premier trimestre avait été marqué par deux salves de chèques envoyés aux ménages, dans le cadre des plans de relance de Donald Trump, puis Joe Biden. Cela avait fait bondir de 56,8% le revenu des ménages qui a, par conséquent, reculé de 22% entre avril et juin.

Portés par la forte demande et par les difficultés mondiales d’approvisionnement, les prix ont continué à grimper, à leur rythme le plus rapide depuis 1982: l’inflation s’est accélérée à 6,4% sur le deuxième trimestre par rapport au premier trimestre, selon l’indice PCE. Hors alimentation et énergie, les prix ont connu leur plus forte hausse depuis 1975, à 6,1%.

Sur un an, la hausse des prix s’élève à 3,8%.

L’inflation devrait ralentir en 2022, selon la Fed et le FMI, mais des risques existent qu’elle soit plus forte et durable que prévu, ont-ils averti cette semaine.

Joe Biden assure par ailleurs que ses programmes d’investissement feront ralentir l’inflation, réfutant les critiques de l’opposition qui craignent que cela ne contribue au contraire à la flambée des prix.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Sénégal : La croissance revue à la hausse !

Published

on

 Les autorités sénégalaises tablent désormais sur un taux de croissance de 5%. Une annonce faite par Le Mnistre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, qui a fait savoir, vendredi, que le pays était dans une dynamique d’atteindre une croissance de 5 % de son Produit intérieur brut en 2021, contre une projection initiale de 3, 7 %.

« Le taux de croissance du PIB réel est projeté, pour 2021 à 5%, contre une projection initiale de 3,7%, à la faveur des efforts d’exécution d’investissements structurants et à la reprise de l’économie mondiale », a-t-il déclaré lors d’une revue annuelle conjointe (RAC) de la politique économique et sociale.

Il avait à ses côtés le ministre auprès du président de la République en charge du Plan Sénégal émergent (PSE), Abdou Karim Fofana et l’ambassadrice de l’Union européenne au Sénégal, Irène Mingasson. Pour Amadou Hott l’économie sénégalaise est résiliente surfe sur une dynamique qui augure des perspectives positives en dépit de la persistance de la pandémie du Covid-19.


 ’’Cela conforte la pertinence des options du PAP2A (Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré) », a-t-il déclaré. Évoquant la baisse du rythme de croissance enregistré par le Sénégal en 2020 (1, 5 % contre 4, 2 en 2019), le ministre de l’Economie a fait remarquer qu’il s’agissait d’une performance en raison d’un contexte international marqué par la récession.

Il souligné que les résultats et les perspectives positives de l’économie sénégalaise illustraient le bons résultats de la riposte à la pandémie à travers le mise en place du Fonds de FORCE Covid-19 qui avait été doté d’un financement de 1.000 milliards de francs Cfa.

Continue Reading

Economie

Cameroun-Pêche : les importations de poissons et crustacés chutent de 16% au premier semestre 2021

Published

on

Selon l’Institut national de la statistique (INS), qui vient de rendre publiques les données sur le commerce extérieur du Cameroun, au premier semestre 2021, les importations de poissons et autres crustacés effectuées par le Cameroun au cours de la période sous revue, ont chuté de 18 505 tonnes (-16%) en glissement annuel. Dans le détail, elles ont culminé à 97 203 tonnes pour des dépenses globales d’un peu plus de 64 milliards de FCFA à fin juin 2021, contre 115 708 tonnes pour 77,8 milliards de FCFA de dépenses au 30 juin 2020.

L’INS ne donne pas de détails sur les causes de cette baisse des importations du poisson notamment, qui est avec le riz parmi les produits alimentaires qui grèvent le plus la balance commerciale du Cameroun, selon les données officielles. Mais, l’on peut observer que cette baisse des importations des poissons et crustacés survient dans un contexte de persistance de la pandémie du coronavirus, dont l’une des conséquences a été la perturbation de la chaîne logistique mondiale et la hausse exponentielle des tarifs du transport.

Dans la sous-région Cemac, à laquelle appartient le Cameroun, les importateurs ont également eu beaucoup de difficultés à effectuer des transferts d’argent à l’étranger, en raison de la rigidité de la nouvelle règlementation de change. Toute chose qui a eu pour incidence des retards dans la livraison de certaines commandes passées aux fournisseurs à l’étranger. L’on se souvient d’ailleurs qu’en mai 2021, l’Union des patronats d’Afrique centrale (Unipace), dirigée par le Camerounais Célestin Tawamba, tirait déjà la sonnette d’alarme.

Continue Reading

Economie

Maroc-Aviation : Les aéroports enregistrent un volume de trafic commercial international de plus de 3,5 millions de passagers

Published

on

Les aéroports du Maroc ont enregistré durant la période du 15 juin au 31 août 2021, un volume de trafic commercial international de 3.560.526 passagers, ce qui représente un taux de récupération de 65% par rapport à la même période de l’année 2019, indique l’Office national des Aéroports.

L’ONDA précise que durant la même période, les aéroports du Maroc ont accueilli 31.202 vols internationaux. Ce volume représente un taux de récupération de 77% par rapport à la même période de l’année 2019, précise l’ONDA dans son dernier bilan du trafic aérien commercial.

·      L’aéroport Mohammed V de Casablanca a accueilli 1.457.154 passagers internationaux.

·      L’aéroport de Marrakech, avec 565.680 passagers, a enregistré un taux de récupération de 46%, indique la même source.

·      Durant le seul mois d’août 2021, le trafic international commercial des aéroports du Maroc a récupéré 82% du trafic passagers de 2019

Cette performance s’explique, selon l’Office, par l’évolution importante du trafic aérien, suite aux instructions royales qui ont accompagné le lancement de l’opération Marhaba 2021.

Continue Reading

Tendance