Connect with us
pub

Economie

Mine-Or : l’activité informel et l’activité illicite excluent le Cameroun du fichier officiel des producteurs d’or dans la zone Cemac

Published

on

La BEAC dans son rapport intitulé « l’évolution des cours des principaux produits de base exportés par les pays de la Cemac au 3e trimestre 2020 », a fait un focus sur le marché de l’or en Afrique. Dans la zone Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, RCA, Tchad et Guinée équatoriale), seuls la République centrafricaine et le Gabon produisent et exportent de l’or .  

Selon l’institut d’émission des six États de la Cemac, le Cameroun n’est reconnu de manière officielle ni comme producteur ni comme exportateur d’or. Pourtant, le pays a agréé de nombreuses sociétés minières qui exploitent de l’or dans la région de l’Est, aux côtés des milliers d’orpailleurs artisanaux.  

D’après le ministère en charge des Mines, au premier semestre 2019, le Cameroun a produit 224,6 kg d’or, en baisse de 30,4% en glissement annuel. Cette production était de 448,2 kg en 2018, en baisse de 37,1% par rapport à 2017, selon la même source.  

Les autorités camerounaises confessent que le commerce de l’or dans le pays est très ancré dans l’informel. Officiellement, à peine 5% de la production aurifère nationale est écoulée dans les canaux formels, ce qui peut justifier l’absence du pays du fichier officiel des producteurs et exportateurs d’or dans la zone Cemac.  

Afin d’inverser cette tendance aux trafics divers et à la vente informelle dans le secteur de l’or, le Cameroun a créé depuis plusieurs années le Cadre d’appui à l’artisanat minier (Capam), programme gouvernemental permettant de sortir des circuits informels l’or produit sur le territoire national.

BRM    

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Sénégal : l’ancien Ministre du budget Abdoulaye Diop nommé Président de la commission de l’UEMOA

Published

on

L’ancien ministre sénégalais du Budget, Abdoulaye Diop, a été nommé président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), annonce un communique de l’institution. 

Le document indique que les actes de nomination du président et des membres de la commission instruite par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, réunie par visioconférence le 25 mars dernier ont été signés mercredi par le chef de l’Etat burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice de la Conférence. 

La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA avait pris acte de l’expiration des mandats du président et des membres de la Commission de l’UEMOA à compter du 08 mai 2021, et de confier la Présidence de la Commission de l’UEMOA au candidat proposé par le Sénégal.

 Sur proposition des chefs d’Etat et de gouvernement, devait intervenir ‘’au plus tard le 1er mai 2021’’, signale le communiqué. 

Continue Reading

Economie

Sénégal-Pêche : l’écloserie de Fatick table sur une production de 600 000 à 1 600 000 alevins

Published

on

L’Agence nationale de l’aquaculture travaille à porter la production annuelle de l’écloserie de Fatick de 600 000 à 1 600 000 alevins pour satisfaire la forte demande des fermes aquacoles, a annoncé mercredi, son chef d’antenne régionale, Abdoulaye Diallo. 

L’augmentation de la capacité de production annuelle de l’écloserie lieu où l’on procède à la reproduction des poissons en aquaculture  estimée de 600 000 à 1 600 000 alevins ( un saumon ou une truite nouvellement frayé portant encore le jaune ) va se faire en partenariat avec le Projet de valorisation des eaux pour le développement des chaînes de valeur. 

Il s’entretenait avec l’APS au cours de la dernière visite de la directrice générale de l’ANA, Tening Sène, sur le site de l’écloserie de Fatick créée depuis 2012 en partenariat avec la commune. 

Cette initiative vise à répondre à la forte demande d’alevins d’une soixantaine de fermes aquacoles privées et communautaires des régions de Thiès, de Kaolack, de Fatick, de Diourbel et de Kaffrine. Les producteurs de cette zone centre-ouest du pays, couverte par l’écloserie de Fatick, s’intéressent de plus en plus à la pisciculture, a ajouté Diallo. 

Pour lui, l’ANA doit s’adapter pour pouvoir répondre à la demande qui devient de plus en plus importante. Il a par ailleurs évoqué les « difficultés majeures » de l’écloserie, notamment la production en quantité suffisante d’alevins pour satisfaire la forte demande et la disponibilité de l’aliment aquacole. 

 

Continue Reading

Economie

Cameroun-Logistique : le port de Kribi doté d’une grue mobile

Published

on

Le concessionnaire du terminal à conteneurs du Port de Kribi renforce ses capacités de manutention à quai. Il dispose d’une grue mobile. L’appareil est destiné aux opérations de manutention des navires.

De marque « Gottwald 8412 » sur pneus et d’une capacité de levage de 100 tonnes, cette grue est capable de manutentionner 02 conteneurs 20 pieds à la fois. Elle a une capacité de projection à la 20ème rangée des conteneurs à bord des navires où elle peut soulever 41 tonnes, rapporte un communiqué de Bolloré Transport et Logistics.

Cette grue mobile offre une productivité de +/- 25 mouvements de conteneurs. Elle va permettre de réduire de 30 à 35% le temps d’escale des navires en améliorant la qualité du service rendu aux armateurs et aux opérateurs économiques du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique.

L’acquisition de cette grue mobile participe du plan d’investissement de Kribi Conteneurs Terminal qui prévoit en outre l’arrivée en 2021 de cinq nouveaux portiques de parc (RTG).

« Malgré le contexte de la pandémie de Covid-19, KCT poursuit son programme d’investissements et continue à œuvrer aux côtés de l’autorité portuaire pour renforcer la compétitivité du Port Autonome de Kribi. Grâce à ce nouvel investissement, nous allons renforcer notre contribution à la compétitivité de l’économie et au dynamisme des échanges régionaux dans la région », a indiqué Eric Lavenu, Directeur général de Kribi Conteneurs Terminal.

Continue Reading

Tendance