Connect with us
pub

Economie

Niger : La BAD accompagne l’assainissement des finances publiques pour renforcer la compétitivité économique

Published

on

Entre 2017 et 2019, la Banque africaine de développement a accompagné le Niger dans l’assainissement de ses finances publiques pour améliorer la compétitivité de son économie, à travers la mise en œuvre du Programme d’appui aux réformes et à la résilience économique au Niger exécuté en deux phases.

La Banque africaine de développement indique que le PARRE 1 a bénéficié d’un prêt de 19,18 millions de dollars américains du Fonds africain de développement, le guichet concessionnel de la Banque et d’un don de 21,92 millions de dollars de la Facilité d’appui à la transition (FAT). Le PARRE 2 a, lui bénéficié du concours financier des deux instruments de la Banque, qui ont apporté respectivement un prêt et un don de 13,7 millions de dollars, totalisant 27,4 millions de dollars.

L’exécution du programme a notamment créé les conditions d’une croissance soutenue au Niger. Durant la période de sa réalisation, la croissance économique du pays est, en effet passée de 4% en 2015 à une moyenne annuelle de 5,9% entre 2017 et 2019, soit légèrement au-dessus de la cible du programme qui tablait sur un taux de croissance de 5,4%. Parallèlement, le taux de pression fiscale a connu une légère progression passant de 13,6 % du produit intérieur brut (Pib) à 14,9%.

En outre, le renforcement de la mobilisation des ressources fiscales s’est accompagné d’une meilleure gestion des marchés publics à travers la baisse, en valeur, de la part des marchés passés par entente directe. Elle a chuté de 51% en 2016 à 9% en 2019. Au plan sectoriel, le taux d’accès à l’électricité de la population nigérienne a connu une évolution positive, passant de 9,83% en 2015 à 13,6% en 2019.

« Les résultats réalisés vers l’atteinte de l’objectif de développement du programme sont satisfaisants, souligne le rapport. Le PARRE a eu un impact significatif sur l’accroissement des recettes fiscales, qui ont atteint 1,4 milliard de dollars en 2018 et 1,5 milliard de dollars en 2019, contre 1,1 milliard de dollars en 2016 », souligne le rapport de la Banque africaine de développement.

À ce jour, le programme bénéficie à l’ensemble de la population, notamment celle exerçant dans le domaine agricole, en particulier les femmes, ainsi que les éleveurs grâce aux mesures menées dans les domaines de l’élevage, de l’hydraulique pastorale et des systèmes irrigués. Les entreprises du secteur privé tirent également profit de la mise en œuvre du PARRE, à travers l’amélioration de l’accès au financement et aux biens de consommation intermédiaire dans le processus de production (eau et électricité).

À long terme, le programme devrait avoir un impact positif sur les conditions de vie des femmes puisqu’il vise à soutenir leur autonomisation par la réduction des inégalités en matière de genre et de l’incidence de la pauvreté. « À cet effet, le PARRE a mis l’accent sur la résilience agricole nutritionnelle, l’accroissement de l’accès à l’électricité et le renforcement de l’entreprenariat féminin, notamment en milieu rural, qui sont de nature à diversifier les sources de revenus des femmes et donc leur intégration dans le circuit économique », conclut le rapport de la Banque.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Sénégal-Dématérialisation-Guichet Unique : GAINDE 2000, leader en Afrique, 5ème à l’échelle mondiale

Published

on

Le guichet unique ORBUS est conçu pour faciliter les formalités du commerce extérieur par des échanges électroniques entre les différents intervenants. Reposant à la fois sur une infrastructure technologique et un dispositif de services, ORBUS permet la réduction significative des délais des formalités de pré dédouanement, la réduction des coûts liés aux formalités, l’amélioration de la qualité du service rendu à la clientèle ainsi que la quasi suppression de l’utilisation du papier.

  • Le rapprochement des intervenants du commerce extérieur ;
  • L’amélioration des conditions de travail ;
  • La simplification et l’harmonisation des procédures
  • La réduction des coûts et délais ;
  • L’introduction et l’impulsion des nouvelles technologies dans l’administration et l’espace du commerce.
  • La réduction des données et des documents utiles pour une transaction commerciale
  • La simplification des procédures
  • L’harmonisation et la standardisation des documents et des données
  • L’automatisation des procédures
Continue Reading

Economie

Afrique du Sud-Ressource extractive : L’hélium, nouvelle pépite prometteuse

Published

on

Des dettes étaient associées à cet actif et les propriétaires voulaient s’en débarrasser, explique M. Marani. Leur idée initiale était d’utiliser le gaz naturel de quatre puits préexistants pour alimenter en combustible une mine d’or voisine. « Ce devait être un petit projet secondaire pour nous », se souvient le PDG.

ls prélèvent des échantillons pour analyser la composition chimique. « C’est là qu’on a compris qu’on était tombés sur quelque chose de spécial », explique Marani: Les tests révèlent des concentrations d’hélium dans le gaz de 2 à 4%, remarquablement élevées par rapport aux normes mondiales. 

Aux États-Unis, l’hélium est extrait à des concentrations de 0,3%.

Des explorations plus poussées sur le site ont depuis permis de trouver des concentrations atteignant 12%, selon Renergen. 

Le marché mondial de l’hélium pesait 10,6 milliards de dollars en 2019, selon le cabinet Research and Markets. 

Renergen estime que ses réserves d’hélium pourraient atteindre 9,74 milliards de mètres cubes, ce qui, selon Marani, représenterait une valeur de plus de 100 milliards de dollars. D’autres estimations plus prudentes restent élevées, à 920 millions m3.

À titre de comparaison, les États-Unis – historiquement le plus grand producteur d’hélium – disposent de 9,54 milliards m3 de réserves prouvées et probables. 

Les autres grands producteurs sont le Qatar et l’Algérie. 

Continue Reading

Economie

La fondation Gates investit 120 millions de dollars pour l’accès à la pilule anti-Covid

Published

on

La fondation Bill et Melinda Gates a annoncé mercredi un investissement de jusqu’à 120 millions de dollars pour faciliter l’accès des pays pauvres à un traitement prometteur contre le Covid-19 sous forme de pilule.

Le laboratoire américain Merck a développé un médicament, le molnupiravir, qui réduit fortement les risques d’hospitalisation et de décès lorsqu’il est pris dans les premiers jours de l’infection.

Ce traitement par comprimés, donc facile à administrer, offre une alternative très attendue aux vaccins, notamment pour les pays connaissant des difficultés d’accès à ces derniers. Son autorisation est actuellement en cours d’évaluation par l’Agence américaine des médicaments (FDA).

L’argent investi par la fondation Gates sera notamment utilisé pour encourager la production de génériques du médicament par des entreprises, notamment indiennes, auxquelles Merck a d’ores et déjà accordé une licence.

Merck prévoit de fabriquer les doses nécessaires pour 10 millions de traitements d’ici la fin de l’année. Mais une grande partie risque de revenir aux pays riches, comme cela a été le cas pour les vaccins.

«L’approvisionnement mondial (de vaccins) a été acheté par les pays riches», a déclaré à l’AFP Trevor Mundel, président de la division santé mondiale de la fondation. «Nous devons empêcher que cela arrive à nouveau.»

Certains fabricants de génériques «ont dit pouvoir facilement produire 10 millions de traitements par mois, mais le problème est qu’ils ne le feront probablement pas avant de voir quelle est la demande et qui paiera», a-t-il expliqué. «C’est ce que nous voulons accélérer, nous ne voulons pas qu’ils attendent.»

La fondation Gates a par ailleurs permis le développement d’une technique «plus simple et plus rentable» pour fabriquer ce médicament, qui a été partagée avec les fabricants de génériques.

Elle prévoit également d’investir une partie de l’argent dans des programmes de communication autour de l’utilisation de ce médicament, afin qu’il soit connu dans ces pays et qu’il y soit fait recours de façon appropriée.

A fin 2020, la fondation employait plus de 1.700 personnes travaillant sur 41 programmes stratégiques. Plus de 2.000 subventions ont été versées à près de 1.400 bénéficiaires.

Continue Reading

Tendance