Connect with us
pub

Economie

Sénégal-Horticulture : Les maraîchers de la commune de Notto Gouye Diama peinent à écouler leur production

Published

on

Les maraîchers de la commune de Notto Gouye Diama confrontés à une mévente rare de leur production de légumes. Ils peinent en même temps à conserver leur production faute d’équipements adéquats, des difficultés aggravées, selon eux, par la forte concurrence d’une société indienne. 

Les producteurs ont dit à des journalistes en visite dans la commune qu’ils ne trouvent pas assez de clients à cause des mesures de restriction des déplacements prises par les autorités pour réduire la propagation du Covid-19 dans la région de Thiès, dont fait partie leur collectivité territoriale. Les cultures maraîchères ont atteint le stade de maturité, et le marché aux légumes de Notto Gouye Diama est inondé de légumes, au moment où la clientèle se fait désirer, selon les producteurs.

Notto Gouye Diama est réputé pour ses légumes verts, qui font courir des commerçants venant même de la Gambie et de la Mauritanie. La rareté des clients a entraîné la chute des prix des légumes. Le sac de pomme de terre de 25 kilos, vendu habituellement à 7.000 francs CFA, est cédé maintenant à 5.000 francs, selon Mamadou Laye Ndiaye, l’un des maraîchers. Des sacs d’oignon, de pommes de terre, de courge, d’aubergine, de navet, de carotte, de piment vert, des cageots de tomate et d’autres produits maraîchers sont stockés sur terrain de football du village chef-lieu de commune, transformé en marché. Les maraîchers déplorent l’absence de chambres froides pour conserver les récoltes en cette période de mévente.

Ils font recours aux moyens du bord pour conserver les fruits de trois à quatre mois de dur labeur, couvrant par exemple les légumes d’herbes fraîches, pour en ralentir la détérioration. Selon les producteurs, cela n’empêche pas les légumes de pourrir, s’ils ne sont pas simplement emportés par des voleurs !  Mamadou Laye Ndiaye, comme beaucoup de producteurs, sollicite l’aide des pouvoirs publics pour la distribution de chambres froides à Notto Gouye Diama. De tels équipements aideraient à conserver la production pendant longtemps et à l’écouler progressivement.

A cause de la mévente de la récolte, les quelque 1.000 producteurs maraîchers de la commune risquent de ne pas pouvoir rembourser les prêts bancaires qui leur ont été octroyés au début de la saison maraîchère, ont dit certains d’entre eux aux journalistes. Pour les soulager financièrement, le maire de Notto Gouye Diama a renoncé momentanément à la taxe de 100 francs CFA prélevée sur chaque sac de légumes. Une exonération concernant surtout les légumes les plus touchés par la mévente, dont le piment et le poivron.

Selon le président de l’Union maraîchère de Nottto Gouye Diama, constituée de huit groupements d’intérêt économique, la commune peut produire au moins 200 tonnes de pomme de terre par jour, et ce pendant trois mois à quatre mois, selon le maire, Maguèye Ndiaye, qui a emblavé seul 16 hectares pour cette denrée très prisée des Sénégalais.  

Le président de l’Union maraîchère dit avoir dépensé 30 millions francs CFA empruntés auprès des banques, en plus de 20 millions provenant de fonds propres, pour la production de quelque 60 tonnes de pomme de terre. Il a vendu 40 tonnes à raison de 200 francs le kilo. ‘’Aujourd’hui, je ne sais pas à combien je vais vendre. Je n’ai pas de chambre froide’’, se désole-t-il, craignant que la récolte pourrisse dans ses mains.

Pour amortir le coût des intrants et de la main-d’œuvre, Maguèye Ndiaye doit vendre le kilo de pomme de terre à 250 francs au moins, selon ses dires. Pour la seconde étape de la récolte, il a fait recours à plus de 80 femmes payées 2.000 à 3.000 francs la journée de travail. Ces employées sont chargées ainsi de déterrer la pomme de terre, aux côtés des sept ouvriers employés par le maire doublé d’un producteur maraîcher. Il dit payer 100.000 francs CFA par jour pour le carburant utilisé dans l’exploitation de ses champs.  Les maraîchers disent être confrontés à la forte concurrence de la société indienne Senindia, qui s’active dans la production de légumes à Notto Gouye Diama. Madièye Ndiaye souhaite que le ministère sénégalais du Commerce, via l’Agence de régulation des marchés, tienne la promesse de suspendre l’écoulement de la production de Senindia, à partir du 20 mars, pour permettre aux ‘’petits producteurs’’ de mieux vendre leurs légumes. En plus d’une importante capacité de production, la société indienne dispose d’équipements adéquats pour une longue conservation de ses récoltes, selon le maire. ‘’Senindia est en train d’inonder le marché’’ des légumes, se plaint-il, estimant avoir fait de son mieux en mettant ‘’à temps’’ les intrants à la disposition des producteurs. Fatou Mbengue, une maraîchère, craint que la mévente de la production mette en péril l’activité de maraîchage. La réduction de la durée du couvre-feu – de minuit à 5 heures, au lieu de 21 heures à 5 heures – ne résoudra que partiellement le problème de la mévente, selon Mme Mbengue.

Continue Reading
2 Comments

2 Comments

  1. Diogal Diagne

    mars 17, 2021 at 9:27

    Très beau texte, je suis témoins des faits relatés car mon agence se trouve dans la zone indiquée, les producteurs peinent à nous rembourser leur crédit à cause des cette mévente de production constatée.

    • Oumou Kalsoum BA

      mars 17, 2021 at 9:58

      Hello Djogal merci de l’intérêt que vous portez à notre travail. Notre mission vous informez. Nous sommes ravis de savoir que vous êtes natif de la zone. Nous ne manquerons pas de faire des reportages vidéo de cette magnifique zone.
      🤗

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Environnement : Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, impossible sans mesures radicales selon l’ONU

Published

on

Limiter le réchauffement climatique mondial à 1,5°C est impossible sans une réduction immédiate et massive des émissions de gaz à effet de serre, selon un nouveau rapport sur le sujet diffusé jeudi par l’ONU.

Ce rapport annuel, « United in Science 2021 », élaboré par plusieurs agences de l’ONU et des scientifiques associés, est diffusé quelques semaines avant la COP26, un nouveau sommet mondial sur le climat. 

Selon le document, le changement climatique et ses conséquences ne cessent de s’aggraver, et la réduction temporaire des émissions de CO2 dans l’atmosphère entraînée par la pandémie de Covid-19 n’a pas ralenti le processus.

L’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, signé lors de la COP21, appelait à limiter le réchauffement planétaire à moins de 2°C au-dessus du niveau pré-industriel, et dans l’idéal à 1,5°C.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres estime que le rapport est « un diagnostic alarmant montrant à quel point nous avons dévié de la trajectoire » conduisant aux objectifs de l’Accord de Paris.

« Cette année, les émissions d’énergies fossiles ont rebondi, les concentrations de gaz à effet de serre continuent de monter, et des événements météorologiques graves dus à l’activité humaine ont affecté la santé, la vie et les moyens de subsistance sur tous les continents », écrit-il dans l’avant-propos du rapport.

Continue Reading

Economie

Suisse-Agro-alimentaire : Nestlé va investir 1,1 milliard d’euros dans l’agriculture régénératrice

Published

on

Dans un communiqué paru ce jeudi, le groupe a dévoilé un programme destiné à encourager une agriculture plus durable dans sa chaîne de production. À l’approche d’un sommet des Nations unies à New York sur les systèmes alimentaires, le géant suisse de l’alimentation a indiqué vouloir favoriser une agriculture visant à «protéger et restaurer l’environnement, améliorer le niveau de vie des agriculteurs et renforcer le bien-être des communautés agricoles».

À cette fin, il compte investir 1,2 milliard de francs suisses (1,1 milliard d’euros) au cours des cinq prochaines années dans l’agriculture régénératrice, a-t-il annoncé jeudi.

Le programme s’articule autour de trois axes, comprenant un volant d’assistance technique aux agriculteurs, un volant de soutien aux investissements et un volant de primes pour les matières premières issues de l’agriculture régénératrice. Le groupe suisse entend ainsi contribuer à améliorer la biodiversité, préserver les sols, régénérer les cycles de l’eau et intégrer l’élevage.

Parmi ses projets pour réduire ces émissions dans sa chaîne d’approvisionnement, Nestlé compte notamment travailler avec 30 fermes laitières dans 12 pays pour tester les pratiques d’agriculture régénératrice qui peuvent être mises en œuvre à plus grande échelle, a-t-il pris en exemple. Il compte également travailler avec les agriculteurs pour sélectionner et cultiver les variétés de légumineuses qui peuvent être utilisées dans les alternatives au lait.

L’agriculture représente près des deux tiers des émissions totales de gaz à effet de serre de Nestlé, a reconnu le groupe suisse. Les produits laitiers et l’élevage représentent à eux seuls environ la moitié de ces émissions.

Les grands noms de l’alimentation tels qu’Unilever, Danone ou General Mills mais aussi du luxe et de la mode ont tour à tour adopté ce terme méconnu du grand public d’agriculture régénératrice dans leurs communications sur leurs engagements environnementaux. Toutes visent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre dans leurs approvisionnements en matières premières agricoles.

Mais il n’existe pas de charte commune, et chaque société définit ses propres critères.

Continue Reading

Economie

Sénégal-Mine : Accroissement du chiffre d’affaires des industries extractives

Published

on

Relativement à celui de la période correspondante de 2020, le chiffre d’affaires dans les industries extractives est ressorti en hausse de 17,5% au deuxième trimestre 2021.

Cette augmentation est essentiellement expliquée par les ventes de minerais métalliques qui ont progressé de 33,5% sur la période sous revue. En revanche, les ventes des autres produits des industries extractives se sont repliées de 2,3% sur la même période.

En cumul sur le premier semestre 2021, le chiffre d’affaires dans les industries extractives s’est accru de 14,8%, comparativement à celui de la période correspondante de 2020.

Continue Reading

Tendance