Connect with us
pub

Economie

Sénégal-Transport : Le Train express régional sur les rails !

Published

on

Le chef de l’État Macky Sall va donner lancement officiel de l’exploitation commerciale du Train express régional (Ter). Le Ter est un système de transport de masse de dernière génération. Dans un document, le Bureau d’information gouvernementale (Big) évoque en détaille, les chiffres clés du Ter.

« D’un coût de 780 milliards FCFA hors taxes dont 76 milliards pour la libération des emprises et 10 milliards d’accompagnement pour les projets sociaux, le Train express régional est le fruit d’un montage financier innovant sur la base d’un crédit à taux confessionnel de 2% étalé sur 25 ans », renseigne le Big. Le financement provient de : Banque islamique de développement (BID) : 197 milliards FCFA ; Banque africaine de développement (Bad) : 120 milliards ; France Total : 196,6 milliards FCFA ; Agence française de développement (Afd) : 65 milliards FCFA ; Trésor public :  53,6 milliards FCFA ; Appui budgétaire : 65 milliards FCFA ; Banque publique d’investissement (Bpifrance) : 13 milliards FCFA et l’Etat du Sénégal qui a fourni le complément.

Du point de vue des caractéristiques techniques, précises le Big, le Ter qui fonctionne en bi-mode, électrique et thermique, est doté d’une vitesse de 160km/h, circule sur deux voies standards et une voie métrique de 36 km pour chacune, soit 108 km. Quatorze (14) gares seront desservies sur son itinéraire qui se présente comme suit : Gare de Dakar-Ville de Diamniadio, soit un trajet de 45 minutes. A terme, l’itinéraire sera prolongé jusqu’aux villes de Mbour et de Thiès. Une convention signée avec le Petit train bleu permettra aux voyageurs, à partir de Diamniadio, de se rendre à Thiès par voie ferroviaire.  Selon la même source, la 2ème phase du Ter, soit 19 km de voies supplémentaires, reliera Diamniadio à l’aéroport Aibd en fin 2023.
 
Pour la première phase, le Ter pourra transporter chaque jour, pas moins de 115 000 voyageurs. Les tarifs sont fixés comme suit : Dakar-Thiaroye : 500 FCfa ; Dakar-Rufisque : 1000 FCfa ; Dakar-Diamniadio : 1 500 FCfa. Pour la première classe, il faut débourser 2 500 FCfa. Chaque train possède 4 wagons ayant une capacité maximale de 565 passagers avec deux niveaux de confort. Un train s’ébranle toutes les 20 minutes jusqu’à 22h ainsi que le dimanche.
 
Pour les commodités, Wifi, tablettes de pose d’ordinateur, liseuses et prises de 220 volts à la disposition des voyageurs de la 1ère classe et climatisation pour l’ensemble des voyageurs.

Le Big révèle que 8 500 Sénégalais ont travaillé dans la phase construction du Ter. En plus, 1 000 employés directs ont été recrutés pour l’exploitation du Ter dans le cadre d’une sélection rigoureuse, découlant d’une mise en compétition de 68 500 curriculum-vitae (CV). 2 000 employés indirects ont travaillé pour les services annexes et hors trafic
 
 Par ailleurs, l’Etat du Sénégal a confié l’exploitation à la Société Seter, dans le cadre d’un contrat d’exploitation et de maintenance, pour une durée permettant un transfert effectif de compétences pour que la société nationale prenne le relais. Toutes les infrastructures du Ter appartiennent à l’Etat et sont gérées par la Société nationale de patrimoine Seter.

La Société Senter a signé un contrat de gestion (sous-traitance de l’exploitation et de la maintenance) avec la Société Seter. A Seter, l’Etat sénégalais est actionnaire à 34% au capital (les actions de l’Etat du Sénégal sont portées par le Fonsis avec trois administrateurs au Conseil d’administration de Seter. A Senter, précise-t-on, l’Etat sénégalais est actionnaire à 100 % au capital.

La même source signale que sur les 1000 employés, 984 sont des Sénégalais et les 16 autres, des expatriés.
Sur un total de 16 029 personnes affectées par le projet (Pap) identifiées, 16 022 (99,96%) ont été conciliées et 15 231 (95,02%) ont été payées.   

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Ghana : 200 millions de dollars de la BIDC pour le financement de projet de développement

Published

on

Selon un communiqué de presse, c’est ce qui ressort d’un protocole d’accord signé par Dr George Agyekum Donkor, Président de la Bidc et de son Conseil d’administration et  Mohammed Amin Adam, ministre des Finances de la République du Ghana, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au siège de la Bidc à Lomé, au Togo.

La même source informe que la cérémonie de signature s’est déroulée en présence des principales parties prenantes, notamment Lawrence Agyinsam, Directeur général de Gexim, et Samuel Aidoo, Directeur exécutif, Commerce en gros et Banque d’investissement chez Gcb Bank PLC, entre autres.

«L’accord incarne l’engagement inébranlable de la BidcC à favoriser la croissance économique et à renforcer la résilience dans les États membres de la Cedeao », lit-on dans le document.

«L’injection de 200 millions de dollars est destinée à stimuler la croissance des petites et moyennes entreprises (Pme) dans des secteurs critiques de l’économie, à favoriser la création d’emplois, l’innovation et le développement durable. Cette injection portera le total des engagements de la Bidc au Ghana à 600 millions Usd », détaille le communiqué.

Dans son allocution d’ouverture, Dr Donkor a félicité le Ghana pour son soutien indéfectible à travers le paiement de sa part souscrite du capital et d’autres engagements envers la Banque. Il a souligné que l’alliance tripartite entre la Bidc, Gexim et Gcb Bank PLC illustre l’orientation stratégique de la Bidc visant à renforcer le programme de relance et de transformation des États membres en canalisant les ressources vitales vers des secteurs clés de leurs économies.

Selon lui, cette collaboration souligne l’engagement de la Bidc à forger des synergies de partenariat dans le domaine de la finance et de l’investissement, servant de modèle pionnier pour les futures collaborations et investissements régionaux.

En retour, Dr Amin Adam a souligné l’importance d’organisations telles que la Bidc dans la conduite d’une transformation durable, en particulier dans le contexte des défis mondiaux actuels. Il a salué l’impact profond de la Bidc sous la direction de Dr Donkor et a exprimé un optimisme inébranlable quant au rôle continu de la Banque dans l’élaboration du programme de développement de la région.

Continue Reading

Economie

Gabon : Vers la création de la direction  Générale de l’Exploitation des Mines 

Published

on

Ce projet de décret vise à créer la Direction  Générale de l’Exploitation des Mines (DGEM) afin  de mieux encadrer les activités minières en  République Gabonaise, notamment la  transformation, la valorisation et la promotion des  minerais.

La DGEM peut recevoir d’autres missions en lien  avec son domaine d’activité. Elle est composée de  services d’appui, de directions et de services  territoriaux.

Continue Reading

Economie

Togo : les élections à la Chambre de Commerce et d’Industrie sont prévues pour le 30 juin 2024

Published

on

Au Togo, l’élection des nouveaux dirigeants de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCI-Togo) aura lieu le 30 juin 2024, selon le calendrier établi par la Commission Électorale Consulaire (CEC).

Cette élection marquera la fin de la délégation consulaire mise en place en 2020 pour conduire le processus de restructuration de la Chambre.

Selon l’agenda communiqué par le président de la CEC, Dindangue Kominte, la campagne électorale pour les élections des membres de l’assemblée consulaire de la Chambre débutera le samedi 15 juin à 0h et se clôturera le 28 juin à 23h59. Pendant cette période, les candidats auront l’opportunité de présenter leurs programmes aux électeurs, essentiellement des opérateurs économiques.

Dans le cadre de la campagne, chaque candidat devrait préalablement déclarer à la mairie du territoire où il souhaite présenter son projet, au moins 48 heures à l’avance, selon le règlement prévu par la CEC. Ces mesures visent, indique-t-on, à assurer la transparence et l’organisation des élections, “tout en offrant aux candidats un cadre équitable pour présenter leurs projets aux électeurs”.

L’ensemble de ces processus, assure-t-on, vise à garantir des élections démocratiques et représentatives, permettant aux acteurs du secteur commercial et industriel au Togo de choisir les dirigeants qui les représenteront auprès de l’Etat.

Continue Reading

Tendance