Connect with us
pub

Non catégorisé

Sénégal : une croissance de 8,6 % attendue sur la période 2022-2024 selon la DPBEP

Published

on

Le Sénégal devrait enregistrer une croissance de 8,6 % sur la période 2022-2024 avec un pic de 11,3 % en 2023, indique le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2022-2024 rendu public, jeudi soir….Cet article est réservé aux abonnés. Cliquez ici SEN ACTU ECO – Droit dans ses bottes pour l’abonnement.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Non catégorisé

Haïti : des inondations font des dizaines de morts et des milliers de déplacés

Published

on

« Ne croupissons pas dans la vallée du désespoir. » Martin Luther King

Une catastrophe naturelle vient une nouvelle fois endeuiller Haïti. De fortes pluies se sont abattues sur le pays durant le week-end, et ont fait au moins 42 morts et 11 disparus selon le bilan lundi de la protection civile. Selon l’ONU, les pluies durant le week-end ont affecté 37.000 personnes et causé 13.400 déplacés.

Les intempéries ont causé d’importantes inondations et glissements de terrain dans sept des dix départements du pays, déjà plongé dans une crise humanitaire alimentée par la violence des gangs. Selon l’ONU qui dénombre pour sa part 15 morts et 8 disparus, les pluies ont affecté 37.000 personnes et causé 13.400 déplacés.

La ville de Léogane, située à 40 km au sud-ouest de la capitale Port-au-Prince, a été particulièrement touchée, les dégâts ayant été provoqués par trois rivières en crue. Au moins 20 personnes y sont mortes, d’après le premier bilan des secours.

« Les habitants sont aux abois. Ils ont tout perdu. Les eaux ont ravagé leurs champs, emporté leur bétail », a décrit le maire de Léogane, Ernson Henry.

Des milliers de familles sont sinistrées dans sa commune a-t-il aussi indiqué, soulignant que la population avait besoin de nourriture, d’eau potable et de médicaments en urgence.

Continue Reading

Non catégorisé

Football: Le PSG répond au CUP en bloquant 450 billets pour le match à Troyes

Published

on

A la cour, mon fils, l’art le plus nécessaire, n’est pas de bien parler, mais de savoir se taire.Voltaire

L’atmosphère reste tendue entre le Paris Saint-Germain et ses ultras depuis l’action du Collectif Ultras Paris (CUP) devant la Factory, mercredi, et un autre regroupement improvisé à Bougival, devant le domicile de Neymar.

En réaction à la manifestation peu cordiale chez la star brésilienne, le PSG a pris la liberté de sanctionner le CUP en bloquant la moitié des 900 billets des supporters parisiens se rendant au stade de l’Aube pour le match de la 34e journée de Ligue 1, contre Troyes.

Des membres du CUP (Collectif ultras Paris) ont été reconnus parmi la centaine de personnes vêtues de noir qui s’est rassemblée mercredi vers 20h00 devant le domicile de Neymar, blessé jusqu’à la fin de la saison, à Bougival (Yvelines), entonnant des chants hostiles.

Les billets seront remboursés

Le PSG avait condamné « avec la plus grande fermeté les agissements intolérables et insultants d’un petit groupe d’individus ». Romain Mabille, président du CUP, avait également condamné le rassemblement devant le domicile de Neymar, qui n’était pas à l’initiative du CUP : « C’est nul. Il y a d’autres moyens que de faire peur ».

Continue Reading

Non catégorisé

Sénégal-Justice : affaire du faux médecin «Dr Sophie Gaye», que dévoilent les des auditions

Published

on

 Construisez votre succès à partir de vos échecs. Le découragement et l’échec sont les étapes les plus sûres pour parvenir au succès. » Dale Carnegie

Sophie Gaye et Mariama Sall ont été déférées au parquet ce mardi. Elles sont poursuivies pour exercice illégale des professions de pharmacien et de médecin ainsi que mise en danger de la vie d’autrui. Elles ont été arrêtées par la Sûreté urbaine (SU) dans une clinique à la Cité Keur Gorgui d’où elles se présentaient sur Tik Tok comme des professionnels de santé.

À partir du compte Tik Tok «Gaye Sophie», la première, avec sa blouse médicale et son calot chirurgical, effectuait des consultations gynécologiques à distance et prescrivait des médicaments aux personnes qui la contactaient en ligne.

La seconde, pour sa part, dispensait au sein de la clinique une formation en gynécologie alors qu’elle n’en a pas la qualification, selon l’enquête de la SU.

D’après Libération, qui est revenu ce mercredi sur l’audition des deux mises en cause, Sophie Gaye a révélé avoir suivi les cours de gynécologie de Mariama Sall. Et que son rôle dans la clinique se limitait à faire le marketing de l’enseigne et la promotion des produits et services commercialisés par cette dernière. Elle a nié avoir effectué des actes médicaux. Lesquels, a-t-elle souligné, étaient du ressort exclusif de Mariama Sall.

Face aux enquêteurs, cette dernière a révélé avoir recruté Sophie Gaye pour la vente de ses produits et services moyennant un salaire mensuel de 60 000 francs CFA. Cependant, elle dégage sa responsabilité quant au fait que son employée se présente comme une gynécologue ou une sage-femme, effectuant des consultations aussi bien en ligne qu’au niveau de la clinique, et prescrivant des médicaments.

Mariama Sall a précisé que Sophie Gaye recevait à la clinique dix patientes par jour et qu’elle leur faisait payer individuellement 3000 francs CFA.

Une perquisition effectuée à la clinique où officiaient les deux mises en cause a permis aux policiers de mettre la main sur des médicaments contre le diabète et de traitement de l’infertilité masculine, des pommades, des appareils de test de grossesse, des carnets de facture…
Libération rapporte que certaines patientes ont été également entendues. Ces dernières ont confié avoir subi dans la clinique des consultations et des tests médicaux avant de recevoir une prescription de médicaments.

Avec Sénéweb

Continue Reading

Tendance