Connect with us
pub

Chronique

Chronique : Le Mariage, engagement pour la vie, amour, mirage ou désillusion ?

Published

on

« Dieu laisse tout arriver pour une raison. C’est tout un processus d’apprentissage, et vous devez monter d’un niveau à un autre. » Mike Tyson

De nos jours, force est de constater que notre époque est marquée par des taux de divorce très élevés, des mariages éclairs, des tromperies…Socratis, jeune penseur sénégalais s’est penché sur le complexe sujet qui est le mariage. Il a répondu à nos questions.

Différence entre Amour et désir ?

Je penses qu’il y’a une confusion entre aimer et désirer, l’un rejoindrait l’âme et l’autre le corps ou le physique pour la plupart du temps…

La plupart des gens de nôtre génération sont plus obnubilés par cette envie de faire ce que les mariés font sans pour autant comprendre le principe du mariage lui même… Si le désir est imminent, il se peut que l’on le confonde avec l’amour, une fois le mariage fait, et que le désir soit comblé, la plupart des gens de cette génération se rende compte qu’ils n’ont pas vraiment été amoureux, et d’autres sentiments négatifs se créent lorsqu’on voit l’autre…

Cependant c’est pas la seule raison, contextuellement il peut avoir des problèmes de familles, de castes, de vision mais aussi souvent avant de se marier les gens ne prennent pas le temps de se connaître, de parler sur le long terme, de parler sur les sujets importants tels l’argent, les enfants, la religion, et tous les sujets qu’ils jugent pertinent… car il arrivent que certains divorces soient causés par le manque de communication et de compréhension mais surtout par la diversité d’opinion.

Est-ce que l’amour seul suffit pour que deux personnes se marient ?

Non…

Je penses que c’est comme demander si le moteur à lui seul peut faite rouler la voiture. On sait tous que non, mais sans le moteur la voiture ne roule pas, cependant il faut aussi le volant pour directionner, il faut les roues, il faut il faut l’essence pour alimenter le moteur et un tas d’ensemble qui lorsqu’on les combine fait que la voiture roule.

L’amour est pareil et est indispensable dans le cadre du mariage, il faut au moins qu’il y ait de l’amour, cependant le degré dépend des gens…

Il faut en plus de l’amour , la complicité et elle émane du fait de pouvoir se livrer à l’autre et d’être compris (émotionnellement) mais aussi de rire ensemble, de jouer souvent bref d’être les meilleurs amis, la communication, parler de toute chose avec son ou sa conjoint(e), la confiance, le sincérité etc…

Les gens oublient que le mariage est plus un partenariat sur le long terme que autre chose, et donc pour qu’un partenariat fonctionne sur le long terme il faut veiller à respecter les règles.

Le secret d’un mariage heureux et pérenne : Responsabilités de la conjointe et du conjoint ?

Je penses que cela commence par soi, avant de se poser la question à savoir : quel genre de femme ou mari je cherche, il faut se poser d’abord la question: 

Comment je peux faire pour être constamment meilleur afin d’être le conjoint idéal 

Et à partir de ce moment tout change, parce que tu n’attends pas de trouver la bonne personne mais tu fais en sorte d’être la bonne personne d’abord… et donc tu commenceras à travailler sur tes micro habitudes, si tu es désagréable tu feras tout pour ne plus l’être, si tu es paresseux tu essaieras de ne plus l’être, et donc finalement tu essayes constamment de te perfectionner dans les domaines essentiels de la vie (business, religion, habitudes etc…) lorsque tu te maries avec la bonne personne et que des deux côtés chacun fait constamment des efforts pour rendre la relation plus magique, ça devient illimité…

Je penses que ce qui rend un mariage heureux c’est le fait d’aimer l’autre pour ce qu’il/elle est, c’est d’essayer de le/la rendre heureux(se), de s’occuper de lui/elle, de tout le temps communiquer sur ce que nous allons faire, d’être présent et de montrer son amour.

Et comme responsabilité le mari doit chérir sa femme, s’occuper d’elle, la réconforter, la rassurer, prendre soin d’elle, tout faire pour qu’elle soit vraiment heureuse…

La femme doit s’occuper de son mari, prendre en considération ce qu’il dit, faire de lui son complice… et pleins d’autres choses aussi des deux sens.

Il n’ya pas de COMPORTEMENT EXACTE à appliquer pour l’autre mais si la relation est vraiment fluide vous serez naturellement heureux juste parceque chacun aime l’autre and want the best to the best part.

Donnez une citation inspirante sur le mariage

Ce n’est pas tellement le mariage qui est merveilleux. C’est après! Henry Salvador

Socratis

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chronique

Contribution-Sénégal-Nouvel attelage gouvernemental : La restructuration des départements ministériels primordiale sur la technostructure

Published

on

« La haine c’est un poison. » Aminata Sow Fall

A la manière dont se dresse actuellement l’attelage gouvernemental, le changement des hommes aussi ingénieux qu’il puisse être n’apportera pas plus d’efficacité. Tout simplement parce que cet attelage est en déphasage avec les réalités actuelles et les objectifs réels que le Sénégal d’aujourd’hui devrait se fixer pour l’efficience des immenses efforts infrastructurels (plus que structurels) consentis depuis 2012  par le Président Macky Sall. 

Pendant que les Sénégalais se préoccupent de la technostructure devant composer le prochain gouvernement, moi mon inquiétude est ailleurs. Je cogite depuis novembre 2020 sur la meilleure architecture gouvernementale qui intègre les réalités démographiques et socioéconomiques actuelles du Sénégal. Avec la nouvelle structuration démographique, le contexte de morosité dû à la récurrence des chocs exogènes et engrenage endogène, l’Etat ne peut plus et ne devrait plus fonctionner de la même manière. 

L’architecture gouvernementale doit prendre forme en fonction des « nouvelles » attentes plus complexes et plus pressantes qui ont un impact direct sur les performances multidimensionnelles de l’Exécutif et pour la stabilité du pays.

A titre d’exemple, le difficile point de jonction sur la question du département de la Jeunesse émane d’ailleurs de ce déphasage entre la nouvelle réalité du Ministère en question et la perception des Sénégalais qui, de facto et à tort, assimile la gestion de la jeunesse à celle de l’emploi. Et ce, même si le ministère de l’emploi existe parallèlement. 

La jeunesse, l’emploi mais surtout l’entrepreneuriat doivent être attelés pour amorcer l’impératif virage entrepreneurial générationnel, lequel est avec une bonne politique industrielle, un des passages obligés de la résorption du chômage.

L’attelage gouvernemental, de manière générale, doit aujourd’hui aller vers le sens d’une solution avec comme objectifs majeurs la résorption du chômage et l’amélioration des conditions de vie des Sénégalais. 

Malgré tous les énormes efforts, le régime actuel est évalué sur trois principaux domaines : la jeunesse, le pouvoir d’achat ou conditions de vie des Sénégalais et la gouvernance (du peuple, des ressources et des deniers publics).

Plusieurs projets sont en théorie salutaires, mais souffrent de tares corrigibles ou d’une absence de considération intégrée. Pourtant, il suffit de peu et les compétences et les envies ne manquent pas. Mais encore faudrait-il il accéder au Président de la République pour lui signifier cela.

Le premier défi du Président de la République ou du prochain Premier Ministre doit se mener à ce niveau, avant le choix des hommes. Celui-ci doit être moins politique pour mettre le maximum de sénégalais à l’aise par le sentiment que seuls la compétence et l’engagement doivent être pris en compte.

Si ces deux conditions sont ratées, il sera difficile voire impossible de parler de rupture. Paroles d’un consultant qui a travaillé pendant 17 ans sur une douzaine de projets de jeunesse diverses en Afrique du Nord (Injaz Al Maghrib, Fondation du Jeune Entrepreneur, Fondation de l’éducation pour l’emploi, Hub Africa, CJD International, Bourses L’Oréal-Unesco pour la Recherche scientifique…).

Cheikh Mbacké SENE

Expert en communication et intelligence économique

Continue Reading

Chronique

Réflexion-Sénégal : L’impératif de l’édification d’une génération entrepreneuriale pour réduire sensiblement le taux de chômage des jeunes

Published

on

“La fatigue, l’inconfort et le découragement sont simplement des symptômes de l’effort”.Morgan Freeman

Dans la réflexion sur les nouvelles orientations stratégiques du prochain gouvernement, il en ressort un impératif de recadrage de la stratégie industrielle par le positionnement sur des niches et filières à fort valeur ajoutée pour la création d’emplois durables. Mais pas que, parallèlement à cette stratégie que je développe dans un autre article à faire paraitre, l’Etat devra aussi travailler à faire émerger de bonnes crues d’entrepreneurs sur les cinq voir dix prochaines années au moins.

Affiner le cadre, pour permettre à plus de jeunes à s’orienter vers l’entrepreneuriat et l’auto entrepreneuriat. Tel est l’objectif majeur que l’Etat du Sénégal devra se fixer avec le nouveau gouvernement.

Pour ce, il faut non seulement doper et réorienter certains financements, mais changer de mode d’appréciation des jeunes entrepreneurs et auto-entrepreneurs pris en charge, renforcer l’accès aux marchés pour la viabilité des startup nationales en émergence, les encadrer, les orienter davantage vers l’export et stimuler la R&D à leur échelle. 

Le toilettage législatif pour intégrer dans les dispositifs juridiques tous les nouveaux modes de financement (crowdfunding, Business Angel…) permettrait d’élargir l’assiette pour plus d’éclosion de jeunes pouces. Cela permettrait l’émergence de plateformes de financement privées pouvant épauler l’Etat (qu’il faut aussi naturellement contrôler car cela peut aussi être pour les bandits au col blanc une opportunité de blanchiment).

Pour ce qui de la question liée à l’accès aux marchés, il faut rompre avec le mode d’analyse du nombre de jeunes pouces financés, mais de start-ups viables sur une durée avec à la clé des études périodiques pour comprendre les difficultés et échecs des uns et des autres et corriger. 

Et pour espérer des résultats reluisants sur ce volet, à la considération des réalités du marché, il faut deux choses : premièrement encadrer les jeunes entrepreneurs à aller vers des secteurs porteurs, innovants, et deuxièmement attribuer aux startup sénégalaises des quotas ou les privilégier dans les attributions des marchés de l’Etat, non sans exclure des joint-ventures avec des non-nationaux. Il est aussi stimulant d’être en binôme car la double culture peut être un élément intéressant dans la culture entrepreneuriale à développer.Justement cette culture entrepreneuriale est le plus gros chantier pour réussir la transition d’une génération exclusive de fonctionnaires, de chômeurs et d’opérateurs informels à celle plus entrepreneuriale et plus formelle. 

Le système de « junior entrepreneur » dont j’ai eu la chance d’expérimenter à travers le programme « Injaz al Maghrib » aux côtes de plusieurs fondations internationales (MasterCard, Attiaririwafa Bank, Accenture, Microsoft…), en Afrique du Nord serait parfait pour le Sénégal. Intégrer l’entrepreneuriat dans les modules scolaires ou le positionner dans les activités périscolaires va doter les jeunes collégiens d’un outil supplémentaire de réussite dans la vie, mais surtout leur offrirait l’opportunité d’effectuer déjà un pas vers la vie active.

Par Cheikh Mbacké SENE

Expert en intelligence économique, veille et communication

 

Continue Reading

Chronique

Comment éviter l’essoufflement de nos économies face à la récurrence et le rapprochement des chocs exogènes ?

Published

on

«Mettez votre pied sur le cou de la peur de la critique en prenant la décision de ne plus vous soucier de ce que les autres pensent, font ou disent. » Napoleon Hill

Depuis 2008, les économies du monde subissent des chocs d’origines diverses récurrents et rapprochés. De la crise des subprimes à la guerre en Ukraine en passant par la maladie à virus Ebola ou encore la pandémie du Covid 19, l’échiquier économique mondial dans son ensemble a subi des dérèglements récurrents inattendus qui se sont répercutés sur les micro économies à l’échelle planétaire.

Si la question qui préoccupe au premier plan demeure celle de faire face à chaque choc ou à la limite de les anticiper un à un, celle de l’essoufflement économique du fait de la prolifération et du rapprochement des crises semble être reléguée au second plan. Pourtant, aussi outillé et prévenant qu’on puisse être, cette récurrence laisse forcément des séquelles même aux économies les plus fortes, à plus forte raison celles les plus faibles.  

L’économie, une équation aux inconnus relatifs

 
Si un changement de paradigme a pu se produire aux lendemains de la crise des subprimes sur fond de réorganisation économique avec des fondamentaux à la fois plus éthiques et plus sécuritaires, force est de reconnaître que les « nouvelles approches économiques » n’ont pas eu la largesse de se consolider au point d’être inébranlables et même de résister à des chocs de moindre envergure, si ces derniers sont récurrents et rapprochés. 

La pandémie du Covid a mis à nu une vulnérabilité jusque-là insoupçonnée de nos pays et de nos économies, plongeant tous les gouvernements du monde (Pékin et Washington en premiers) dans une prise de conscience des limites humaines face à certains aléas endogènes et exogènes. La lame de fond qui est partie de la Chine a ébranlé la grande puissance asiatique la plongeant dans une profonde dépression économique et structurelle, eu égard à la chute des commandes extérieures, l’inactivité durable, les immenses pertes en ressources humaines… 


Des plus puissants aux plus faibles, le Covid a mis a nu la vulnérabilité d’un système économique international qui sonne peut-être aussi le glas de ses interdépendances. mais encore faudrait-il que les gouvernements en prennent véritablement conscience pour changer – encore une fois – de paradigme. L’intégration de l’éthique pour humaniser l’économie et réparer les erreurs qui ont conduit à la crise des subprimes  n’a pas suffit à sauvegarder nos économies face aux velléités à caractères divers. 

Le Covid et la guerre en Ukraine ont mis à rude épreuve les économies et modes de vies des populations à échelle planétaire, remettant à l’ordre du jour les questions de la digitalisation, de la souveraineté alimentaire, de la souveraineté économique. Si l’interdépendance pouvait avoir ses vertus solidaires, force est de reconnaître aussi qu’elle a ses inconvénients. 

Changement de paradigme comme maître-mot

Le monde change, les Etats et les populations doivent s’en accommoder en usant de nouvelles stratégies sociétales, de nouveaux modes de vie et de nouvelles approches économiques pour résister aux multiples engrenages, de surcroît répétitifs.

Réformer et réinventer les économies par les technostructures et par les politiques d’exploitation industrielle, investir des pans et segments entiers sur les chaînes de valeur des secteurs clefs créateur de valeurs et porteurs d’emplois, faire une intelligence économique de ses besoins pour des stratégies de production et de productivité propres et les plus indépendants possibles.

Les questions énergétiques doivent être bien posées pour migrer vers des alternatives propres et surtout moins coûteuses, les technologies convenablement exploitées pour en faire de leviers accélérateurs de croissance et l’industrialisation de nos pays doivent poser leur regard sur celle 4.0 de par des raccourcis intelligents qui ne relèguent pas forcément les ressources humaines au second plan (sauvegarde des emplois), sous une alchimie qui répond à la fois au nouveau paradigme.

Celui-là même qui s’impose pour nous permettre d’atténuer les impacts de l’essoufflement de nos économies face à la récurrence et le rapprochement des chocs exogènes.


Cheikh Mbacké SENE

Expert en Communication stratégique, Veilles & intelligence économique

Continue Reading

Tendance