Connect with us
pub

Economie

Agriculture-Côte d’Ivoire: la campagne café s’ouvre lundi, le prix garanti fixé à 550 Fcfa/Kg

Published

on

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, a annoncé mercredi l’ouverture de la campagne de commercialisation 2020-2021 du café pour le 28 décembre 2020, avec un prix garanti aux producteurs de 550 Fcfa le Kg, à l’issue d’un Conseil des ministres.

« La campagne caféière 2020-2021 est prévue pour s’ouvrir le 28 décembre 2020. Pour cette campagne, le prix garanti aux producteurs est fixé à 550 Fcfa le Kg, compte tenu de la persistance de la baisse des cours du café et de la pandémie de la Covid-19 », a dit M. Sidi Touré, devant la presse.  

Cette décision intervient après l’adoption en Conseil des ministres d’une communication relative à la commercialisation du café. Et pour le strict respect de ce prix, le gouvernement a instruit le Conseil café-cacao, organe de régulation, à l’effet de prendre toutes les dispositions opérationnelles.

Au 30 novembre 2020, fera-t-il savoir, la Côte d’Ivoire a produit 83.003 tonnes sur l’ensemble de la campagne débutée en décembre 2019 contre 94.258 tonnes à la même période de la campagne précédente, soit une baisse de 11,94%.

Le niveau des exportations de la campagne 2019-2020, quant à lui, se situe à 80.974 tonnes contre 121.822 tonnes enregistrées sur la même période de la campagne 2018-2019, soit un fléchissement de 33,5%.  

Le prix garanti aux producteurs de 700 Fcfa le Kg la campagne précédente, avait été reconduit pour la campagne 2019-2020 en dépit de la chute des cours mondiaux du café, selon M. Touré, indiquant que « le gouvernement a consenti un effort de 32 milliards Fcfa pour offrir ce niveau de prix ».  

Le revenu brut perçu par les producteurs de café sur la campagne 2019-2020 en Côte d’Ivoire s’est établi à environ 58 milliards Fcfa contre 66 milliards Fcfa sur la campagne précédente, soit une baisse de 12%, imputable à la chute des cours de la campagne 2019-2020.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

France-Cotation-Nouveau variant du Covid : La Bourse de Paris plonge de plus de 4%

Published

on

La Bourse de Paris craquait en début de séance vendredi, chutant de plus de 4,03%, rattrapée comme d’autres places mondiales par l’émergence d’un nouveau variant particulièrement contagieux en Afrique du Sud. L’indice vedette CAC 40 chutait de 285,26 points à 6.790,61 points vers 9H30, annulant ses gains depuis le début du mois. «Le Black Friday se transforme en Red Friday», résume Christian Parisot, du courtier Aurel BGC.

Ailleurs en Europe, la tendance était similaire avec des pertes de plus de 3% à Londres ou Francfort. Le mouvement, visible sur toutes les places financières dans le monde, a été déclenché après l’annonce de la détection d’un nouveau variant du Covid-19 en Afrique du Sud, appelé pour le moment B.1.1.529. Il présente un potentiel de propagation très rapide, selon les scientifiques, qui ignorent à ce stade si les vaccins actuellement disponibles sont efficaces contre lui.

Jeudi soir, le Royaume-Uni a annoncé qu’il allait interdire à 12H00 GMT l’entrée aux voyageurs en provenance de six pays du sud de l’Afrique. L’Allemagne a annoncé de son côté refuser à partir de vendredi soir l’entrée sur son territoire aux voyageurs étrangers en provenance d’Afrique du Sud, l’Italie étendant cette interdiction à un total de sept pays d’Afrique australe. «Depuis deux semaines, les préoccupations sanitaires sont revenues sur le marché. Dans l’état d’esprit des derniers jours, on sentait une forme de défiance, sans aller jusqu’au stress, avec par exemple une hausse de la volatilité», explique à l’AFP Alexandre Baradez, analyste d’IG France.

Malgré les restrictions sanitaires déjà durcies dans nombre de pays d’Europe, allant jusqu’à des reconfinements, les inquiétudes macroéconomiques sur l’inflation, ou encore la baisse annoncée des mesures de soutien des banques centrales aux marchés, les investisseurs «pouvaient attendre un moment un peu plus marquant pour prendre des bénéfices», et l’annonce d’un nouveau variant a finalement été le déclencheur, estime-t-il. D’autant plus que l’indice parisien évolue depuis plusieurs semaines à des niveaux historiques, ayant atteint les 7.183 points mi-novembre.

Continue Reading

Economie

Afrique du Sud-Santé-Covid : Ce que l’on sait du nouveau variant

Published

on

Selon les premières analyses des autorités sanitaires d’Afrique du Sud, ce nouveau variant, baptisé « B.1.1.529 », se propage très rapidement et a connu un nombre important de mutations qui pourrait le rendre plus résistant aux vaccins. Moins d’une trentaine de cas ont, pour l’heure, été officiellement détectés.

Un nouveau variant du Covid-19 a été détecté en Afrique du Sud, pays africain officiellement le plus touché par la pandémie. Baptisé « B.1.1.529 », il présente un nombre « extrêmement élevé » de mutations, selon les scientifiques sud-africains : pas moins de dix, alors que le variant Delta n’en comptait que deux.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de convoquer, ce vendredi, une réunion d’urgence pour discuter de ce nouveau variant. Par précaution, de nombreux pays, d’ores et déjà confrontés à une nouvelle vague de contamination à l’image de la France , ont pris des mesures de contrôle sévère des voyageurs venant d’Afrique du Sud.

Pour l’heure, environ une trentaine de cas ont été détectés dans le monde. Outre les 22 cas officiellement recensés en Afrique du Sud, ce nouveau variant a d’ores et déjà été identifié officiellement dans un nombre limité de pays. Au Botswana voisin, quatre cas ont été détectés.

A Hong Kong, deux cas ont été identifiés. L’un d’eux revenait d’Afrique du Sud, tandis que l’autre a été contaminé dans des circonstances qui restent à définir mais était en quarantaine dans le même hôtel. Les deux hommes étaient vaccinés. Un autre cas a été identifié en Israël chez une personne revenant du Malawi.

Face à son nombre important de mutations, les scientifiques s’inquiètent d’une potentielle résistance au vaccin. Mais ils n’ont pas plus d’informations à ce sujet pour l’instant. Le variant Delta , qui avait connu moins de mutations, n’a par exemple pas remis en cause l’efficacité des vaccins.

Les scientifiques constatent que « le nombre de cas détectés et le pourcentage de tests positifs augmentent rapidement », sans pouvoir toutefois attribuer officiellement cette hausse des contaminations à ce nouveau variant pour le moment. L’un des membres du Centre de contrôle et de prévention des maladies de l’Union africaine a tenté de tempérer l’inquiétude, rappelant qu’il « existe de nombreux variants mais certains n’ont pas de conséquence sur la progression de l’épidémie ».

Continue Reading

Economie

Côte d’Ivoire : Les producteurs de noix de cajou s’inquiètent de la concurrence étrangère

Published

on

Leader mondial de la production d’anacarde, la Côte d’Ivoire affiche de grandes ambitions pour la transformation locale de l’anacarde, au même moment, les transformateurs ivoiriens craignent pour la survie de leur activité, en raison de la concurrence des sociétés étrangères, principalement celles originaires d’Asie. Ils demandent à l’État de mettre en place des mesures incitatives fortes d’ici à la fin de l’année.

Dans un mémo rendu public jeudi 25 novembre, le Groupement des industriels de cajou déplore que la Côte ďIvoire ne « capte qu’une infime partie des richesses générées par le marché » de l’anacarde. Car malgré son statut de premier producteur mondial, le pays transforme à peine 10 % de sa noix de cajou.

Début novembre, le Conseil Coton Anacarde a pourtant annoncé vouloir tripler la transformation locale de sa production dès l’an prochain, avec un objectif de la moitié sa noix de cajou transformée sur place d’ici à 2025.

Les ambitions affichées pour ce secteur ont poussé de nombreux industriels nationaux à se lancer dans l’aventure. Mais la force de frappe de leurs concurrents asiatiques, notamment vietnamiens, plus expérimentés et aux prix plus compétitifs, pèse lourdement sur les transformateurs ivoiriens. Plusieurs usines ayant déjà mis la clé sous la porte, d’autres se contentant de survivre.

Les industriels espèrent que le gouvernement lancera des mesures beaucoup plus incitatives, comme un fonds de garantie pour motiver les banques à débloquer les financements.

Continue Reading

Tendance