Connect with us
pub

Economie

Energie : la demande de charbon encore forte dans un avenir proche, selon l’AIE

Published

on

La demande mondiale de charbon a sans doute atteint son pic en 2013, mais elle reste importante et après un recul historique en 2020, elle ne devrait guère reculer les années suivantes, tirée par l’Asie, estime vendredi l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Deuxième source d’énergie primaire dans le monde, le charbon, utilisé notamment pour produire de l’électricité, est sur une pente descendante depuis plusieurs années. Et en 2020, il a vu sa consommation reculer de 5% sous l’effet de la crise sanitaire, la plus forte baisse enregistrée depuis la Seconde guerre mondiale, selon le rapport Coal 2020.

Sous réserve de reprise économique, un rebond de 2,6% est attendu en 2021, nourri par une demande de la production industrielle et d’électricité accrue mais aussi une hausse des prix du gaz. Cela ne permettra cependant pas de retrouver son niveau de consommation de 2019.

Mais ensuite, «peu de signaux indiquent que la consommation mondiale de charbon puisse décliner substantiellement dans les années à venir, la demande croissante de certaines économies asiatiques compensant le recul ailleurs», souligne l’AIE, relevant là «un défi majeur» dans la lutte contre le changement climatique. Il devrait en être ainsi jusqu’en 2025, avec une demande alors attendue à 7,4 milliards de tonnes, estime-t-on. Cela ferait de 2013, avec ses 8 milliards de tonnes, l’année du pic pour le charbon.

Si la part du charbon diminue dans le bouquet électrique et énergétique, son usage en quantité absolue «n’est pas près de décliner rapidement dans un avenir immédiat», relève l’AIE. «Les renouvelables sont sur la bonne voie pour devenir la première source d’électricité, devant le charbon, d’ici 2025. Et d’ici là le gaz aura sûrement pris la 2e place du charbon comme énergie primaire, après le pétrole», note Keisuke Sadamori, directeur des marchés de l’énergie à l’AIE.

«Mais avec la stagnation ou la hausse de la demande de charbon attendue dans de grandes économies asiatiques, rien ne montre aujourd’hui qu’il disparaîtra rapidement», ajoute-t-il. «Même si le monde travaille en faveur d’une transition vers des énergies propres, il faudra du temps pour sortir de cette dépendance au charbon».

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance