Connect with us
pub

Economie

Finance: la BCE devrait conforter ses mesures de soutien monétaire à l’économie

Published

on

La Banque centrale européenne devrait réaffirmer sa disposition à ajuster tous ses outils si nécessaire. De nouvelles annonces sont cependant peu probables après celles faites en décembre.

La Banque centrale européenne (BCE) devrait conforter jeudi ses mesures de soutien monétaire à l’économie avant un nouvel oral délicat pour évaluer les risques que font peser la poursuite des restrictions contre le Covid-19 et l’appréciation de l’euro. Six semaines ont passé depuis la dernière réunion de décembre et, selon Florian Hense, économiste chez Berenberg, la BCE «en reste à analyser l’impact de sa décision» qui a consisté à muscler son dispositif monétaire pour affronter la crise provoquée par la pandémie.

Sa principale arme, le programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP) déclenché en mars pour maintenir des conditions de financement favorables, a été recalibrée à 1.850 milliards d’euros et prolongée jusqu’en mars 2022.

L’autre programme traditionnel de rachats d’actifs, le «QE», doit continuer au rythme de 20 milliards par mois sans horizon de temps. De même l’institution va accorder aux banques de nouvelles vagues de prêts bon marché, tandis que les taux d’intérêt naviguent à leur plus bas historique. Une partie des liquidités déposées auprès de la BCE au lieu d’être distribuées via des crédits sont taxées à -0,5% depuis septembre 2019. Cet arsenal qui permet aux États, entreprises et ménages d’emprunter à bas coût pour stimuler l’investissement et l’emploi, sera selon toute attente confirmé jeudi.

L’institution, qui joue les pompiers de la zone euro depuis le début de la crise sanitaire, n’est pas sous pression pour gonfler à nouveau ses interventions, s’accordent les observateurs. Mais face à la presse, à partir de 14h30, «les capacités de communication de Christine Lagarde seront à nouveau mises à l’épreuve», souligne Carsten Brzesko, économiste chez ING. Car le regain de la pandémie en fin d’année, avec son cortège de nouvelles restrictions en Europe, a douché les espoirs de reprise rapide. La BCE devait juger que les risques sur l’activité sont «davantage orientés à la baisse qu’en décembre», souligne Carsten Brzesko.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance