Connect with us
pub

Economie

Finance : Report d’échéances aux entreprises sénégalaises

Published

on

Comprendre les derniers chiffres publiés par la BCEAO

Au Sénégal, les banques ont accordé 7451 reports d’échéances aux entreprises, aux particuliers et aux systèmes financiers décentralisés, à la date du 30 septembre 2020. Ce chiffre a été donné, par le directeur national de la BCEAO/Sénégal, Ahmadou Al Amine Lô, lors d’une rencontre entre la direction nationale de la BCEAO et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef).

Ces reports d’échéances sont répartis ainsi:

1156 aux entreprises,

6292 aux particuliers,

3 aux systèmes financiers décentralisés

Ces échéances reportées ont été évaluées à 73,7 milliards de FCFA, dont 64,7 milliards de FCfa déclarés en faveur des entreprises (87,7 % du total des encours), contre 430 millions de FCfa en faveur des institutions de microfinances et 8,6 milliards de FCfa pour les particuliers. S’agissant des encours des créances reportées, montant global restant dû, ils sont évalués à 337,1 milliards de FCfa, dont 305,1 milliards de FCfa déclarés en faveur des entreprises, contre 2,6 milliards de FCfa au profit des institutions de microfinances et 29,38 milliards de FCfa pour les particuliers.

Les principaux secteurs d’activités ayant bénéficié de ces reports d’échéances de crédits sont les transports, entrepôts et communication (21,5 %), agriculture, sylviculture et pêche (16 %), électricité-gaz-eau (11,52 %), activités financières (11,03 %), commerce de gros et détail (7,94 %), industrie manufacturière (7,81 %) et restaurants hôtels (4,69 %).

Pour ce qui est des mutuelles de crédits, l’analyse du reporting des Systèmes financiers décentralisés, à fin juillet 2020, a fait ressortir un montant d’échéances reportées à 65,7 milliards de FCfa. L’encours des crédits ayant bénéficié de reports d’échéances s’établit à 85,8 milliards de FCfa, soit 29,8 % du montant total des crédits arrêtés à 287,6 milliards de FCfa. Ces reports ont été accordés, en majorité, à des clients « particuliers » ou « groupements solidaires » intervenant dans les secteurs d’activités comme le commerce de gros et détail, restaurants, hôtel (63,4 %) et transports, entrepôts et communication (17,3 %).

Par Abdou DIAW, Journaliste économique 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance