Connect with us
pub

entreprenariat

ENTREPRENARIAT-SOMALIE : D’un jardin à un « empire des petites entreprises » au Somaliland

Published

on

Le travail acharné d’Istaahil, soutenu par un projet FAO-PAM, lui a permis de transformer son jardin en entreprise.

Istaahil Mohamed se tient près de la cheminée dans son petit restaurant et ramasse du riz fraîchement cuit d’une casserole sur une assiette. Originaire du village de Ceel Xumo dans le district de Burao, au Somaliland, Istaahil a parcouru un long chemin pour pouvoir servir cette cuillerée de riz dans son propre restaurant. Elle a créé, propriétaire et exploitant le restaurant et le kiosque à côté, s’appuyant sur une entreprise réussie dans l’agriculture il y a trois ans, soutenue par la FAO et le PAM. Aujourd’hui, grâce à cet « empire des petites entreprises » en pleine croissance, comme l’appelle Istaahil, cette femme de 40 ans, mère de quatre enfants, est maintenant en mesure de subvenir aux besoins de sa famille et de payer les frais de scolarité de ses enfants.

Istaahil et sa famille dépendaient du bétail, gardant jusqu’à 20 chèvres. Mais après la mort de toutes ses chèvres à la suite des graves sécheresses de 2016-2017, elle a décidé de se mettre à l’agriculture.

Bien qu’elle ait peu de connaissances sur l’agriculture, Istaahil y voit une occasion de subvenir aux besoins de sa famille, bien qu’elle ne soit pas facile. Elle se souvient encore d’avoir transporté des jerrycans d’eau sur son dos pour irriguer sa petite ferme. Pendant les deux premières années, elle ne pouvait produire assez pour la subsistance de sa famille.

Puis Istaahil est tombé sur une initiative conjointe du Programme alimentaire mondial (PAM) financée par le Canada qui aidait à améliorer la résilience des communautés de la région. Le PAM a offert des transferts d’argent aux personnes pour qu’ils travaillent sur des bassins versants, que la FAO a ensuite améliorés et reliés aux systèmes d’irrigation. « Maintenant, j’utilise des conduites d’eau pour irriguer les cultures », dit-elle avec soulagement.

La FAO a également fourni à Istaahil et aux autres petits exploitants agricoles de son village certaines des principales ressources agricoles nécessaires, telles que les brouettes, les arrosoirs et les semis, pour cultiver leurs fermes.

L’agriculture d’Istaahil a vraiment décollé après une formation agricole de base du PAM, suivie d’une formation agricole plus avancée offerte par la FAO. Grâce à cette formation, ainsi qu’à l’équipement et aux semences fournis par la FAO, Istaahil a pu augmenter la variété et le rendement des cultures qu’elle produit. Travaillant sans relâche dans son petit jardin, à seulement 12 mètres sur 14, elle a pu cultiver différents arbres fruitiers et légumes, dont des épinards, du chou frisé, des oignons et des tomates.

Comme elle a continué à agrandir sa ferme, elle a commencé à produire des surplus pour vendre sur le marché. Maintenant, à partir d’une bonne récolte, elle peut vendre 22 kilogrammes de légumes en moyenne.

Grâce à la formation sur les compétences agricoles ainsi qu’au matériel et aux semences fournis par le projet FAO-PAM, Istaahil a pu augmenter le rendement et la variété des cultures qu’elle produit pour inclure des aliments nutritifs tels que les épinards, le chou frisé, les oignons et les tomates.

Son succès dans l’agriculture lui a permis de penser plus grand et de chercher des moyens de diversifier ses revenus. « Le projet conjoint de la FAO et du PAM nous a aidés à améliorer nos compétences agricoles et à devenir plus productifs. Par conséquent, nos petits potagers nous soutiennent maintenant au-delà de ce que nous aurions pu penser au départ », explique Istaahil. « J’ai ouvert un petit kiosque avec l’argent que j’ai recueilli grâce à la vente de légumes. »

Plus tard, elle s’est lancée dans une entreprise encore plus grande : un restaurant. « Je me demandais pourquoi je ne devrais pas créer un petit restaurant pour pouvoir préparer de la nourriture en tirant le meilleur parti des légumes de mon potager », dit-elle.

Aujourd’hui, Istaahil est une femme d’affaires, utilisant environ 80 pour cent des fruits et légumes cultivés dans le jardin pour fournir de la nourriture pour le restaurant. Elle dit que c’est un moyen plus rapide d’ajouter de la valeur et de les vendre. Les revenus du restaurant, du kiosque et des surplus de ventes de fruits et légumes sont suffisants pour soutenir sa famille, couvrir ses factures et même mettre de côté des économies.

Tout à fait la femme d’affaires, Istaahil diversifié et augmenté ses revenus en commençant un kiosque et un restaurant, en utilisant environ 80 pour cent des produits qu’elle cultive dans son jardin. Son revenu couvre maintenant les besoins de sa famille et lui donne quelques économies.

Avec une ferme et deux entreprises à gérer, Istaahil est plus occupé que jamais. Elle a embauché Abdi, un jeune homme de la communauté, pour s’occuper de la ferme alors qu’elle exploite les deux autres entreprises. Istaahil a transmis à Abdi les connaissances et les compétences qu’elle a acquises de la formation du PAM et de la FAO, et il utilise ce qu’il a appris pour gérer la ferme. Abdi travaille à temps plein, recevant un salaire mensuel plus l’avantage de pouvoir ramener quelques légumes à la maison. Dans le village de Ceel Xumo, cela suffit à le soutenir, lui et sa famille, tout en économisant de l’argent.

Istaahil n’a plus à s’inquiéter des mauvaises récoltes parce qu’elle a réussi à diversifier ses revenus et à accroître sa résilience. Son petit potager a été le point de départ de ce qu’elle appelle maintenant son « empire des petites entreprises » et lui a permis de changer la vie de sa famille.

Le projet va au-delà de l’agriculture pour soutenir d’autres types de moyens de subsistance. La FAO, par exemple, améliore les ruchers pour l’apiculture et travaille sur la régénération des sols et la production de fourrage. Le PAM fournit également aux familles un soutien nutritionnel et une formation pour améliorer les régimes alimentaires, l’alimentation des nourrissons et l’hygiène à la maison.

Istaahil est l’une des 160 femmes qui bénéficient de cette initiative. En offrant l’expertise des deux organisations, la FAO et le PAM contribuent à faire en sorte que les agriculteurs soient mieux placés pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs communautés à long terme, contribuant ainsi à rendre leur agriculture plus efficace et plus durable. La FAO et le PAM travaillent en étroite collaboration, en particulier dans les pays touchés par les conflits, pour veiller à ce que l’aide alimentaire soit liée au soutien agricole, à la sauvegarde de vies humaines, à la protection des moyens de subsistance et au renforcement de la résilience des populations et des communautés.

SOURCE

FAO-PAM

Economie

Cotation : Point de la situation boursière

Published

on

Article réservé aux abonnés de SEN ACTU ECO. CLIQUEZ ICI pour l’abonnement.

Continue Reading

Economie

Usa-Tech : Apple annonce un chiffre d’affaires record

Published

on

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires record de 81,4 milliards de dollars sur ce trimestre (contre 73,3 milliards attendus) en hausse de 36 % par rapport à l’année dernière sur la même période.
Les ventes d’iPhone bondissent de 50% à 39,6 milliards.

Le géant de Cupertino affiche un profit par titre de 1,30 dollar qui explose largement le consensus établi à 1,01 dollar.

« Nous avons généré des flux de trésorerie d’exploitation de 21 milliards de dollars et avons continué de faire d’importants investissements dans l’ensemble de nos activités pour soutenir nos plans de croissance à long terme «  a déclaré Tim Cook, DG d’Apple.

Continue Reading

Economie

Maroc : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021

Published

on

Le taux de croissance de l’économie marocaine pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021, a souligné mardi le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette croissance est portée par les performances d’une campagne agricole exceptionnelle et de la poursuite de la maîtrise du taux d’inflation, qui ne dépassera pas 1%, l’évolution de l’économie nationale demeure positive, a expliqué le ministre, qui présentait les grandes lignes de la loi de finances 2022.

Revenant sur la mise en œuvre de la loi de Finances à fin juin 2021, M. Benchaâboun a affirmé que les recettes ont enregistré une amélioration de 10,8 milliards de dirhams (1 dollar = 8,9 DH) par rapport au premier semestre de 2020.

Ce résultat est dû à une augmentation des recettes fiscales de 8,3 milliards de dirhams et des revenus non fiscaux de 1,5 milliard dirhams, a-t-il révélé. Les dépenses courantes quant à elle ont augmenté d’environ 6,6 milliards de dirhams, et les émissions pour dépenses d’investissement se sont stabilisées à 31,8 milliards de dirhams, indique par ailleurs un communiqué publié à l’issue de la réunion du Conseil. 

Continue Reading

Tendance