Connect with us
pub

Non catégorisé

Sénégal-Agriculture : Projet de construction de digues anti-Sel pour le développement de la riziculture

Published

on

Le Projet de développement de la chaîne valeur du riz –Sénégal (PDCVR) ambitionne de construire des digues anti-sel dans le centre du pays afin d’y développer la riziculture, a t-on appris, jeudi, du responsable de son antenne régionale, Mansour Diop. 

’’La zone centre (Kaolack, Fatick et Kaffrine) est menacée par la langue salée. C’est pour cela que le PDCVR vise à intervenir pour pouvoir réduire cette avancée du sel par la mise en place de digues anti-sel dans les différentes vallées’’, a fait savoir le responsable de l’antenne centre PDCVR lors du lancement de l’initiative à Kaolack.

Le PDCVR Il a notamment été officiellement lancé à par l’adjoint du gouverneur chargé du développement, Daouda Séne, en présence des chefs de services, des agriculteurs, entre autres acteurs de développement. 

’’Nous prônons une approche bassin versant qui prend en compte tous les aspects des zones que cela soit des aspects écologiques, anthropiques. Nous avons comme ambition de lutter contre la salinité qui menace non seulement le riz mais aussi toutes les terres agricoles’’, a ajouté Mansour Diop. 

Il a expliqué que le PDCVR venait soutenir les efforts du gouvernement sénégalais pour développer la riziculture dans les différentes zones agro écologiques du pays.


’’Le projet vise aussi à augmenter la production et la productivité du riz dans le pays. Il veut développer la riziculture mais aussi augmenter les revenus des producteurs en particulier des femmes qui occupent une place très importante sur le secteur rizicole notamment dans les zones fluviales’’, a dit M. Diop. 

D’une durée de cinq ans (2020-2025), le PDCVR cible 39.000 ménages dans toutes ses zones d’intervention (centre, sud, nord). Selon Mansour Diop, le PDCVR a pour ambition de créer 20000 emplois d’ici fin 2025. 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Non catégorisé

Sénégal : Mort tragique des nouveaux nés à Tivaouane, deuil national à compter de jeudi, l’Unicef apporte son soutien à l’État

Published

on

« Les meilleures choses qui arrivent dans le monde de l’entreprise ne sont pas le résultat du travail d’un seul homme. C’est le travail de toute une équipe. » Steve Job

Le chef de l’Etat a décrété un deuil national de trois jours, à compter de ce jeudi, suite au drame survenu à l’hôpital Abdelaziz Sy Dabakh de Tivaouane où 11 nouveau-nés sont décédés mercredi dans un incendie, selon un communiqué de la présidence de la République.


 Le Président Macky Sall, actuellement en déplacement va écourter son séjour pour rentrer au Sénégal, selon la RTS. Il est attendu à Dakar, samedi, avant de se rendre à Tivaouane pour y rencontrer des religieux et les familles des victimes de l’incendie de l’hôpital Abdelaziz Sy Dabakh Tivaouane.

L’Unicef via un communiqué se dit être aux côtés des autorités et des partenaires sur place pour apporter son soutien, fournir l’assistance nécessaire pour accompagner ces familles et œuvrer pour prévenir de telles tragédies.

Continue Reading

Non catégorisé

Afrique-Cédéao : Un Sommet se tiendra le 4 juin, le Sommet au coeur des échanges ?

Published

on

« Heureux celui qui joint la santé à l’intelligence. « Ménandre Poète grec

Un sommet extraordinaire de la Cédéao est annoncé pour le 4 juin à Accra. On peut penser que les décideurs vont se pencher sur la situation du Mali.

Des chefs d’États africains, des diplomates et autres autorités d’ici et d’ailleurs tentent de jouer aux médiateurs afin que le Cédéao lève les sanctions contre le Mali. On peut le Président du Togo Faure Gnassingbé, ou encore l’ancien Président Goodluck Jonathan.

Depuis plus de quatre mois, les sanctions économiques et financières imposées par la Cédéao étranglent les finances publiques et les ménages maliens.

Certaines sources politiques et diplomatiques évoquent une possibilité de compromis sur une prolongation de la transition d’encore 16 à 18 mois, assortie de la mise en place d’un gouvernement dit « de mission », dont l’objectif serait principalement d’organiser les futures élections présidentielle et législatives.

Le Mali et la Cédéao peuvent-ils trouver un compromis ?

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) le pense. Pour rappel, le 10 mai, Nassirou Bako-Arifari, envoyé spécial pour l’Afrique de l’OCI, est reçu par le colonel Assimi Goïta, président de la transition au Mali. 

Au cours de cette rencontre, il transmet au colonel un message du secrétaire général de l’OCI. La coopération affirme qu’elle « considère le Mali comme un État pivot, essentiel à l’Islam, à la stabilité et à la sécurité au Sahel et dans l’ensemble de l’espace Cédéao. »

À travers ce message, l’OCI montre sa volonté de voir une meilleure coopération entre le Mali et les autres pays de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

En août 2020, les militaires s’emparent du pouvoir au Mali avec un coût d’État. Depuis, la Cédéao plaide pour l’organisation rapide d’élections afin de rendre le pouvoir au peuple malien.

Cependant, la junte militaire maintient ses positions. Le mois dernier, le Premier ministre malien Choguel Maïga annonce que la transition est prolongée de deux ans. Et ce même si le pays est sous le coup de sanctions économiques et financières de la Cédéao depuis des mois

Continue Reading

Non catégorisé

Burkina Faso-Finances Publiques : le pays a levé 25,550 milliards FCFA sur le marché financier de l’UEMOA

Published

on

“Qui n’a pas d’imagination n’a pas d’ailes.” Mouhamed Ali

Le Burkina Faso, à travers la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique, a levé ce 27 avril 2022 sur le marché financier de l’UEMOA la somme de 25,550 milliards de FCFA à l’issue de son émission simultanée de bons assimilable du trésor (BAT) de 364 jours et d’obligation de relance (ORD) du Trésor de 5 ans.

Après adjudication, la direction de UMOA-Titres a totalisé 34, 050 milliards de FCFA de soumissions globales des investisseurs sur montant mis en adjudication par l’émetteur de 25 milliards de FCFA. Ce qui donne un taux de couverture du montant mis en adjudication de 136,20%.
 
Le montant des soumissions retenues s’élève à 25,550 milliards de FCFA et celui rejeté à 8,50 milliards de FCFA. Ce qui donne un taux d’absorption de 75,04%.
Le remboursement des BAT interviendra le premier jour ouvré suivant la date d’échéance fixée au 26 avril 2023. Par contre, les intérêts sont payables d’avance et précomptés sur la valeur nominale des bons.
 
Concernant les ODR, le remboursement du capital interviendra le premier jour ouvré suivant la date d’échéance fixée au 28 avril 2027. En revanche, le paiement des intérêts se fera annuellement sur la base du taux d’intérêt fixé de 5,80% et ce, dès la fin de la première année.
 
Les investisseurs dont les soumissions ont été retenues, se retrouveront avec un rendement moyen pondéré de 3,51% pour les BAT et 5,84% pour les ODR.
 

Continue Reading

Tendance