Connect with us
pub

Développement personnel

Dév Personnel-Légende : Fatou Diome écrivaine sénégalaise vous parle…

Published

on

Fatou Diome est une écrivaine sénégalaise, née à Niodior en 1968. Après la parution d’un recueil de nouvelles en 2001, son premier roman, Le Ventre de l’Atlantique, lui vaut une notoriété internationale.
Fatou Diome est née en 1968 sur la petite île de Niodior, dans le delta du Saloum, au sud-ouest du Sénégal. Elle est élevée par sa grand-mère.

Contrairement à ce qu’exigent les traditions de sa terre natale, elle côtoie les hommes plutôt que d’aller aider les femmes à préparer les repas et assurer les tâches ménagères. Toujours en décalage avec le microcosme de l’île, elle décide d’aller à l’école et apprend le français. Sa grand-mère met un certain temps à accepter le fait qu’elle puisse être éduquée : la petite Fatou doit aller à l’école en cachette jusqu’à ce que son instituteur parvienne à convaincre son aïeule de la laisser poursuivre. Elle se passionne alors pour la littérature francophone.

A treize ans, elle quitte son village pour aller poursuivre ses études dans d’autres villes du Sénégal tout en finançant cette vie nomade par de petits boulots : elle va au lycée de M’bour, travaille comme bonne en Gambie et finit par entamer des études universitaires à Dakar. A ce moment, elle songe à devenir professeur de français, loin de l’idée de quitter son pays natal.

Continue Reading
5 Comments

5 Comments

  1. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 10, 2021 at 5:00

    Thanks very nice blog! asmr 0mniartist

  2. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 11, 2021 at 9:10

    Great work! That is the type of information that are supposed to be shared across the web.
    Shame on Google for now not positioning this publish upper!
    Come on over and seek advice from my website .
    Thank you =) 0mniartist asmr

  3. 0mniartist

    avril 12, 2021 at 1:24

    As the admin of this web page is working, no uncertainty
    very shortly it will be renowned, due to its feature contents.

    asmr 0mniartist

  4. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 13, 2021 at 2:12

    Its such as you learn my mind! You seem
    to understand so much approximately this, like you wrote the e-book in it or something.
    I feel that you just could do with a few p.c. to drive the message
    house a bit, but other than that, this is wonderful blog.
    An excellent read. I will definitely be back. asmr 0mniartist

  5. tinyurl.com

    avril 14, 2021 at 3:45

    hello!,I like your writing so so much! share we communicate extra about your post on AOL?
    I need a specialist in this space to resolve my problem.
    Maybe that is you! Looking forward to peer you. 0mniartist asmr

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Développement personnel

Développement Personnel : résumé du livre l’ego est l’ennemi de Ryan Holiday

Published

on

Dans L’ego est l’ennemi, Ryan Holiday affirme que souvent nos problèmes sont causés non pas par des facteurs externes mais par notre propre ego.
Le livre est divisé en trois parties : l’aspiration, le succès et l’échec.



“Le premier principe est que vous ne devez pas vous tromper vous-même et vous êtes la personne la plus facile à tromper”.  Richard Feynman

 
Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, votre pire ennemi vit déjà en vous : votre ego.
L’ego est une croyance malsaine en notre propre importance.

Aujourd’hui plus que jamais, notre culture attise les flammes de l’ego.
Il n’a jamais été aussi facile de parler, de se gonfler.


Nous attribuons une relation de cause à effet qui n’existe pas.
Nous supposons que les symptômes du succès sont les mêmes que le succès lui-même

– et dans notre naïveté, nous confondons le sous-produit avec la cause.

L’ego est l’ennemi de la construction, de l’entretien et de la récupération.
Votre ego n’est pas un pouvoir que vous êtes obligé de satisfaire à chaque instant.
Il peut être géré. Il peut être dirigé.

Partie I : Aspirer

Le talent n’est qu’un point de départ.
La question est de savoir si vous serez en mesure d’en tirer le meilleur parti.
Ou serez-vous votre propre pire ennemi ?
Entraînez-vous à vous voir avec un peu de distance.
Cultivez la capacité à sortir de votre propre tête.

Le détachement est une sorte d’antidote naturel de l’ego.
Bien que nous voyions grand, nous devons agir petit pour atteindre ce que nous cherchons.

Nous semblons penser que le silence est un signe de faiblesse.
Mais le silence est une force, en particulier au début de tout voyage.


La plus grande œuvre et le plus grand art consiste à lutter contre le vide, à lui faire face au lieu de se battre pour le faire disparaître.

Il ne s’agit pas de se demander “qui je veux être dans la vie”, mais “qu’est-ce que je veux accomplir dans la vie ?
Vous ne pouvez pas apprendre si vous pensez que vous le savez déjà.


L’ego nous donne un mauvais feedback, déconnecté de la réalité.
Il nous empêche de nous améliorer en nous disant que nous n’avons pas besoin de nous améliorer.

Comment quelqu’un peut-il être occupé et ne rien accomplir ?
C’est le paradoxe de la passion.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une passion ciblée, avec des limites.
Le but consiste à poursuivre quelque chose en dehors de soi-même plutôt que de se faire plaisir.
Attachez-vous à des personnes et à des organisations qui ont déjà réussi.

Immergez votre identité dans la leur et faites avancer les deux simultanément.
La grandeur vient des humbles débuts, elle vient du travail de fond.

Cela signifie que vous êtes la personne la moins importante dans la pièce
– jusqu’à ce que vous changiez cela avec des résultats.
Soyez moins important, faites plus.


Aidez-vous vous-même en aidant les autres.
Faites un effort concerté pour échanger votre satisfaction à court terme contre un gain à plus long terme.


Nous devons nous préparer à la fierté et l’éliminer rapidement, sinon elle tuera ce à quoi nous aspirons.
Que ce que je pourrais manquer de percevoir en ce moment qu’une personne plus humble aurait vu ?

Qu’est-ce que j’évite ou que je fuis ?
“On ne peut pas se construire une réputation sur ce qu’on va faire”, Henry Ford.
Il n’y a pas de zone de fin.

Penser à un nombre, c’est vivre dans un futur conditionnel. Nous parlons pendant des heures.
Alors que pour arriver là où nous voulons aller, il ne s’agit pas de briller dès le début, mais de fournir un effort continu.


C’est l’endroit où nous décidons de mettre notre énergie qui décide de ce que nous allons finalement accomplir.
Le travail se réalise, malgré le vent contraire.


Deuxième partie : le succès

Lorsque le succès arrive, l’ego commence à jouer avec notre esprit et à affaiblir la volonté qui nous a fait réussir en premier lieu.
Sans les bonnes valeurs, le succès est bref.
Peu importe ce que vous avez fait jusqu’à présent, vous feriez mieux d’être encore un étudiant.
Si vous n’apprenez pas encore, vous êtes déjà en train de mourir.

Il ne suffit pas d’être étudiant simplement au début.
C’est une position que l’on doit assumer toute sa vie.

Un amateur est sur la défensive.

Le professionnel trouve qu’apprendre est agréable.
Il aime être mis au défi et être remis à sa place,
et s’engage dans l’éducation comme un processus continu et sans fin.


Créer des histoires à partir d’événements passés est dangereux.
Écrire son propre récit conduit à l’arrogance.

Ces récits ne changent pas le passé, mais ils ont le pouvoir d’avoir un impact négatif sur notre avenir.
Au lieu de prétendre que nous vivons une grande histoire,

nous devons rester concentrés sur l’exécution – et sur l’exécution avec excellence.


Bien trop souvent, nous regardons les autres et faisons de leur approbation la norme que nous nous sentons obligés d’atteindre, et par conséquent, nous dilapidons notre potentiel et notre but même.


Le succès, et en particulier le pouvoir, s’accompagne de certaines des plus grandes et des plus dangereuses illusions :

le droit, le contrôle et la paranoïa.



Lorsque vous aurez réussi dans votre propre domaine,
vos journées seront moins axées sur l’action et plus sur la prise de décisions.
Cette transition exige de réévaluer et d’actualiser votre identité.


La créativité est une question de réceptivité et de reconnaissance.
Cela ne peut pas se produire si vous êtes convaincu que le monde tourne autour de vous.


En mettant l’ego de côté, même temporairement,  nous pouvons accéder à ce qui reste en relief.
En élargissant notre perspective, nous en voyons davantage.

 
La sobriété est le contrepoids qui doit contrebalancer le succès.
Surtout si les choses s’améliorent sans cesse.


Partie III : L’échec

L’échec arrive toujours sans qu’il y soit invité,
mais à cause de notre ego, nous sommes beaucoup trop nombreux à le laisser s’installer.

Ce qui importe, c’est que nous puissions répondre à ce que la vie nous propose.
Moins nous sommes attachés aux résultats, mieux c’est.

Lorsque nous remplissons nos propres normes, c’est ce qui nous remplit de fierté et de respect de soi.
Lorsque l’effort est là- et non les résultats, qu’ils soient bons ou mauvais – cela suffit très souvent.


Faites votre travail. Faites-le bien.

La reconnaissance et les récompenses – c’est un plus.
Toucher le fond est aussi brutal qu’il y paraît.
Mais le sentiment qui suit est l’une des perspectives les plus puissantes au monde.


La plupart des problèmes sont temporaires, à moins que vous ne fassiez en sorte qu’il n’en soit pas ainsi.
Le rétablissement ne se fait pas en une fois, c’est un pas devant l’autre.

A moins que votre remède ne soit davantage la maladie.
Lorsque le succès commence à vous échapper,

comprenez que vous devez vous remettre au travail et revenir à la phase d’aspiration.
Vous devez revenir aux premiers principes et aux meilleures pratiques.


Si votre réputation ne peut pas absorber quelques coups, elle ne valait rien dès le départ.
Les grands hommes s’en tiennent à une norme qui dépasse ce que la société pourrait considérer comme une réussite objective.

C’est pourquoi ils ne se soucient guère de ce que pensent les autres, ils se soucient de savoir s’ils respectent leurs propres normes.

Et ces normes sont bien plus élevées que celles de tout le monde.
“Le mieux que vous soyez capable de faire, c’est la mesure à laquelle vous devez vous mesurer.”


“Il ne suffit pas de gagner. Tout le monde peut gagner.
Mais tout le monde n’est pas la meilleure version possible de lui-même.”


-L’aspiration mène au succès (et à l’adversité).
-Le succès crée sa propre adversité (et, espérons-le, de nouvelles ambitions).

-Et l’adversité mène à l’aspiration et à plus de succès.


 

 

Continue Reading

Développement personnel

Développement Personnel : l’histoire inspirante de Soprano, rappeur d’origine comorienne né en France

Published

on

Soprano, de son vrai nom Saïd M’Roumbaba est né le 14 janvier 1979, à Marseille dans les Bouches-du-Rhône, dans une famille comorienne de confession musulmane. Son père est homme à tout faire sur des pétroliers et sa mère, femme de ménage.

Il grandit dans les quartiers Nord de Marseille, d’abord au Plan D’Aou puis aux Balustres2. Il débute dans le rap français avec le groupe Psy 4 de la rime. Echec au bac, tentative de suicide, pauvreté, galère, aujourd’hui, Soprano est une icone du Rap Français. Il est resté humble, courtois, simple. Découvrez le secret de sa reussite à travers cette vidéo.

Continue Reading

Développement personnel

Minutes coaching : comment lâcher prise ?

Published

on

Dans votre capsule en Développement personnel, votre coach Mariame Wone, coach certifiée depuis 11 ans vous parle de lâcher prise.

Continue Reading

Tendance