Connect with us
pub

Développement personnel

Résumé du livre Confiance illimitée de Franck Nicolas

Published

on

Franck Nicolas a écrit ce livre pour nous permettre de :

Acquérir le pouvoir de confiance immense qui sommeille en chacun de nous et qui peut apporter passion, vitalité et performance dans notre vie.

Ne plus céder au poids de la conformité sociale et redevenir l’enfant “déraisonnable” qui avait des rêves et qui passait à l’action pour vivre ses choix de vie.

Pour écrire ce programme (livres, vidéos, séminaires, coaching personnel), Franck Nicolas s’est basé sur des milliers d’observations et de témoignages de personnes qui réussissent.

La puissance de la confiance en soi.

L’assurance des grands leaders, c’est ce qui fait leur force, leur véritable puissance. Décider vite, aller à l’essentiel, être efficace, agir en maîtrisant leur stress.

Pour Franck Nicolas, la confiance est l’un des piliers de la réussite. C’est une des principales ressources humaines pour parvenir à vivre sa propre vie et surtout pour changer de vie.

D’après une étude de l’Association Française de Sociologie (AFS), trois personnes sur cinq se disent insatisfaites au travail et estiment ne pas être assez reconnues, suffisamment rémunérées, ou libres de leurs choix professionnels.

Cependant, il ne vient pas à l’esprit de ces personnes qu’ils pourraient “renverser la vapeur” et reprendre le contrôle de leur vie en la menant autrement et en développant une estime de soi solide. L’idée que leur vie est contrôlée est trop ancrée dans leur inconscient.

Se sentir bien après une séance de sport nécessite de chausser ses baskets et de transpirer durant une heure, devenir un expert nécessite de passer de longues heures à investir dans des formations et étudier, devenir le partenaire idéal pour l’autre demande de la consistance et de l’altruisme. Tout a un prix.

En fait, il existe deux types de souffrance dans la vie :Celle de la discipline et de l’effort ;celle du regret.

Par manque de rigueur et de stratégie, la plupart des gens préfèrent assumer le deuxième type de souffrance. Pourtant, cette souffrance-là est beaucoup plus grande…

Avoir confiance en soi amène à une puissante conscience de soi, connaissance de soi et de ses talents.

Notre système de croyances

Tout ce que nous avons fait dans la vie de bien ou de mal, nos réussites, nos échecs, nos joies et nos peurs, n’est que l’expression de notre propre expérience de la vie, vue sous le prisme de la pensée qui juge, interprète et souvent déforme.

Nos pensées et nos croyances sont tellement ancrées dans notre inconscient qu’elles font comme partie de nous.

Pourtant, lorsque nous avons des pensées négatives qui génèrent de la peur ou du doute, il suffit, en fait, juste de se dire que nous ne sommes pas obligés de les croire pour changer cela.

Si vous ne pouvez changer le monde en claquant des doigts, vous avez déjà toutes les capacités pour modifier le parcours de votre vie rapidement et ensuite pour changer votre monde.

La règle des 66 jours

Les psychologues ont démontré que :

Il faut maintenir une habitude entre 21 et 66 jours pour acquérir cette nouvelle habitude. Le cap des 21 jours suffit mais la barre des 66 jours rend l’habitude plus certaine.

On a 62 % de chances de ne pas changer d’habitude si les personnes qui nous entourent sont opposées à ce changement.

À partir de là, il n’appartient qu’à nous de chasser les mauvaises habitudes et d’en adopter des bonnes.

La quête intérieure

Pour Franck Nicolas, la confiance que nous recherchons est déjà en nous, la quête est donc intérieure :

Lorsque vous serez libéré de vos fausses croyances, elle apparaîtra d’elle-même, progressivement. Croyez-moi, vous êtes capable de bien plus que vous ne pouvez l’imaginer.

Les cinq étapes de la méthode SPARK

Le leadership, ce n’est pas seulement diriger 5 000 personnes. Le leadership, c’est avant tout savoir diriger sa propre vie et inspirer ses proches.

La méthode SPARK de Franck Nicolas, énoncée dans “Confiance illimitée“:

Est simple, efficace et utile pour améliorer son leadership et gagner en assurance.

S’est construite auprès de chercheurs, de scientifiques, d’experts (psychothérapeutes, entrepreneurs, enseignants en psychologie, gens à succès) et plus globalement en observant les gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent.

Selon l’auteur, cette méthode permet de nous aider à choisir notre vie, à gagner en charisme, en influence auprès des autres, en confiance, à nous aimer nous-même, à atteindre une grande liberté d’expression et d’action, à acquérir une plus grande aisance dans nos relations et nos communications.

La méthode SPARK de Franck Nicolas se compose de cinq étapes. Chacun des chapitres du livre “Confiance illimitée” correspond à une étape :

Première étape : l’analyse

Il est essentiel de comprendre ce qui, en chacun de nous, crée des blocages et nous empêche de nous réaliser pleinement.

Deuxième étape : la compréhension

L’auteur étudie le fonctionnement de la confiance en soi et ses rouages.

Troisième étape : la réaction

C’est la phase au cours de laquelle nous apprenons à réagir positivement face à nos habitudes et à nos croyances négatives.

Quatrième étape : l’action

Il s’agit ici de développer sa confiance en soi en appliquant les conseils de l’auteur.

Cinquième étape : la planification et programmation

C’est la phase où il nous faut impérativement élaborer un plan d’action et ajuster notre progression.

Un engagement à 110 %

Selon Franck Nicolas, pour avoir de bons résultats, la méthode SPARK nécessite un engagement à 110 % de la part de celui ou celle qui la suit. Dès lors, l’auteur nous demande de nous engager fermement à consacrer 15 à 30 minutes par jour pour suivre la méthode du livre “Confiance illimitée” :

Reprendre le contrôle de nos projets et maintenir nos nouvelles habitudes.

Dépasser nos craintes, nos doutes, nos peurs, notre volonté de perfection et nos complexes.

Choisir au lieu de subir, “quitter la tribune des spectateurs pour rejoindre le terrain des joueurs”.

Vivre notre vie et non celle proposée par notre entourage.

Tirer le meilleur de nous-même et améliorer notre leadership.

PREMIÈRE PARTIE – La méthode SPARK et ses stratégies

CHAPITRE 1 – Analyse

1.1 – Évaluer son niveau de confiance

Pour cela, l’auteur conseille de :

Se demander où on en est aujourd’hui : dans quel domaine de notre vie professionnelle sentons-nous que nous manquons d’assurance ? Craignons-nous de ne pas vivre notre vie, de ne pas avoir assez de temps ?

Réfléchir à ce qui est pour nous source de problèmes, ouvrir les yeux sur ce qui n’est plus tolérable dans notre vie et comprendre pourquoi.

S’interroger sur les conséquences de ce manque de confiance en soi.

1.2 – Qu’est-ce que l’estime de soi ?

L’estime de soi est :

L’opinion que l’on a de nous-même : nos opinions, nos pensées, nos croyances et les images que nous avons de nous-même.

Une perception de notre propre valeur : la façon dont nous percevons notre valeur en tant que personne, en particulier en ce qui concerne le travail que l’on fait, notre statut, nos réalisations, nos buts dans la vie, notre position perçue dans l’ordre social, notre potentiel de réussite, nos forces et nos faiblesses, la manière dont les autres nous cernent et notre capacité à tenir à nos principes.

CHAPITRE 2 – Compréhension

2.1 – La mécanique de l’assurance et de la confiance en soi

Vous vous sentez sûr de vous quand vous vous sentez capable d’accomplir la tâche ou d’atteindre votre objectif. Se faire confiance, se sentir sûr de soi, c’est être conscient de ses capacités et les exploiter au mieux. La confiance en soi donne une perception positive et réaliste de soi.

Quelques idées à connaître sur la confiance en soi :

La confiance en soi et en autrui, ainsi qu’une curiosité pour le monde extérieur, sont indissociables.

Les leaders pleins d’assurance ont une foi profonde en l’avenir sans pour autant être naïfs : ils ont le sentiment de contrôler leur vie, car ils possèdent les moyens psychologiques de mener leurs projets jusqu’au bout et d’affronter les obstacles sans céder au découragement.

C’est dans l’épreuve que la détermination des leaders se renforce et que l’énergie et le désir se renouvellent.

2.2 – Trois attitudes de faible estime de soi

Les psychologues distinguent trois attitudes de faible estime de soi :

Les personnes toujours négatives et qui pensent en leur for intérieur : “je ne pouvais pas”, “je ne devrais pas”, “je ne peux pas”, “je n’ai pas le choix”, “je dois”, etc.

Les gens en apparence très confiants et sûrs d’eux-mêmes ; mais il s’agit d’un masque : face aux obstacles ou à une perte éventuelle de contrôle de la situation, le manque d’estime de soi refait surface.

Ceux qui ont tendance à chercher en permanence l’amusement ou le bonheur des autres, en particulier dans le domaine sentimental.

Le manque de confiance en soi est source de souffrance parce qu’il traduit une fragilité. Par ailleurs, les gens qui manquent de confiance ou d’estime de soi sont souvent trop préoccupés par ce que pensent les autres pour passer à l’action.

2.3 – Les points clé de l’assurance

La confiance en soi nous donne une certaine prestance et une aura particulière. Non seulement, on la ressent, mais les autres la perçoivent également. À notre contact, ils se sentent rassurés. La confiance contamine !

Avoir confiance en soi, c’est :

Agir avec indépendance, en prenant des initiatives.

Aller où on veut, quand on veut.

Ne pas avoir peur de dire à haute voix ce qui nous vient à l’esprit.

Agir au lieu de réagir.

Être heureux et ne pas se laisser affecter par l’humeur des autres.

Rester calme, ne pas être impulsif.

Avoir des buts et des passions.

Montrer son assurance par des postures qui stabilisent le corps.

2.4 – La confiance en soi : clé du succès

La confiance, l’estime de soi et l’assurance se cultivent ! Elles ne sont pas acquises une fois pour toutes.

Confiance en soi et succès sont en étroite relation et se renforcent mutuellement.

Les pensées négatives programment le cerveau tout autant que les pensées positives. La meilleure façon de gagner en confiance est donc, pour Franck Nicolas, d’adopter une attitude positive et motivée.

2.5 – Le mental : un outil super puissant

Notre mental est notre outil le plus puissant. Ici, l’auteur cite des exemples de champions sportifs pour qui la préparation mentale a été déterminante dans leur réussite.

Les principales idées énoncées par l’auteur à ce sujet :

La confiance en soi est un ensemble de certitudes à propos de ses compétences. Plus on se sent compétent, plus on a confiance.

La confiance en soi se construit dans les relations avec les autres et les expériences.

Avoir confiance en soi permet de faire face aux échecs sans se dévaloriser et de mener à bien ses projets, même les plus ambitieux.

Le manque de confiance en soi se traduit de différentes façons : il se cache parfois dans le rire, la fausse audace, la provocation.

CHAPITRE 3 – Réaction

3.1 – Les six craintes de base qui entraînent l’auto-sabotage

Changeons nos pensées ; nous changerons nos croyances, nos émotions, notre vision du monde, notre quotidien et notre… vie !

Selon Franck Nicolas, les scientifiques ont établi six types de peurs de base chez les gens. Ces six “petites voix négatives” ont tendance à vouloir contrôler nos pensées et provoquent un monologue intérieur qui produit une puissante autosuggestion. Nos comportements finissent par obéir à leurs ordres.

Il s’agit de la peur de :

La pauvreté : la peur de perdre ou de ne pas recevoir l’argent que l’on veut obtenir.

La vieillesse.

La critique : la peur de l’opinion des autres, qui pousse souvent les gens à vivre en dessous de leurs moyens ou à ne jamais réaliser leurs rêves.

L’abandon affectif : la peur de perdre l’amour des autres.

La maladie : elle peut conduire à une préoccupation excessive, l’hypocondrie (au point que l’hypocondriaque commence à présenter des symptômes de ce qu’il “pense” avoir, la force de l’esprit étant bien réelle).

La mort : elle est étroitement liée à la crainte de la pauvreté, de la vieillesse, de la maladie.

3.2 – Comment se manifestent les croyances limitantes

Il existe de nombreuses croyances limitantes, au-delà de ces six peurs fondamentales. En voici un aperçu :

On estime qu’on n’est pas assez bon pour arriver à quelque chose : cet état d’impuissance nous prive du désir et de la légitimité à nous donner des buts et les atteindre.

On croit que les gens ne nous aiment pas : croyant cela, nous nous sentons très seul face aux difficultés et nous nous privons d’affection, essentielle à tout être humain.

Nous croyons que nous serons rejeté si nous demandons quelque chose.

Nous estimons que certaines tâches sont impossibles à réaliser : pourtant, les grandes inventions ont rendu “possibles” des choses jusqu’alors hors de portée.

On s’accroche à nos barrières mentales.

On pense être voué à l’échec : dans ce cas, on ne se donne pas les moyens de réussir, ou on s’arrête à mi-chemin et on finit donc par échouer.

3.3 – Les répercussions néfastes de nos croyances limitantes

L’échec ne provient pas d’une malédiction, mais résulte d’un programme mental.

Ainsi, croire que l’on est voué à l’échec est, pour l’auteur, un programme mental de perdant. Il est alors impératif de prendre conscience des effets néfastes que ces croyances limitantes peuvent avoir sur nous.

En fait, notre système de croyances possède la capacité soit d’enrichir soit de détruire notre vie. Il peut :

Faire baisser notre moral, notre efficacité et notre motivation.

Mener à la procrastination (qui engendre elle-même un sentiment de culpabilité et d’anxiété) et la paresse.

Nous faire perdre de vue nos buts et nos rêves.

Détruire nos espoirs et nos aspirations.

3.4 – Au–delà de nos croyances limitantes

Si nous ne pouvons changer la plupart des circonstances, nous pouvons choisir de les réinterpréter.

Découvrir ses croyances limitantes et observer leurs effets nous permet de les éliminer ou de les modifier. C’est une première étape incontournable.

Par ailleurs, Franck Nicolas souligne que les croyances limitantes peuvent provoquer de véritables contre-performances commerciales dans le domaine de la vente. En effet, dans la vente, notre capacité à transmettre de la conviction est essentielle. Ainsi, le vendeur qui n’est pas prêt à acheter le produit qu’il vend, par exemple, manquera la plupart du temps de conviction dans ses ventes.

En fait, que ce soit dans notre vie professionnelle ou notre vie privée, les croyances limitantes nous empêchent de donner le maximum de nous-même, d’exprimer tout notre potentiel et d’exploiter toutes nos ressources. Dès lors, le schéma est toujours le même : pas de croyances adaptées = pas de confiance = pas de conviction = pas de performance.

Les croyances peuvent bien nous accompagner dans notre performance, elles sont aussi à l’origine des plus belles débâcles personnelles que professionnelles. Ne laissez pas vos expériences malheureuses précédentes vous dominer. Bougez et trouvez des parades pour reprendre le contrôle. Au lieu de penser problème, pensez solutions. Demandez-vous toujours ce que vous n’avez pas encore fait. Cherchez en permanence de nouvelles solutions. Si vous ne pouvez pas entrer par la porte, entrez par la fenêtre.

CHAPITRE 4 – Action

4.1 – Libérer son esprit et passer à l’action

Les gens qui disposent d’une sereine assurance sont, à bien des égards, fascinants. Tout leur sourit, ils obtiennent ce qu’ils veulent, notamment dans le domaine professionnel. La vie leur paraît belle, pleine de promesses et de défis enthousiasmants.

Pour Franck Nicolas, cela n’est pas de la chance. Pour lui, c’est plutôt une capacité de réaliser sa chance, de savoir saisir les occasions quand elles se présentent.

En fait, selon l’auteur, cette chance est générée par une force extrêmement puissante qu’ont su utiliser tous ceux qui ont réussi : le pouvoir de décision ! À chaque seconde qui passe, nous prenons des décisions. Celles-ci peuvent changer notre qualité de vie et nous remplir de confiance.

Que vous le vouliez ou non, il est rarement possible de modifier l’environnement dans lequel nous vivons. Vous ne changerez pas l’économie mondiale, le temps qu’il fait ou l’attitude de nombreuses personnes autour de vous. Vous pouvez en revanche décider. Décidez de donner un sens différent à la situation, décidez de libérer votre esprit et surtout décidez de passer différemment à l’action pour assurer votre performance et votre progression.

4.2 – Apprendre à s’accepter

Commencez à vous apprécier et à agir dans le respect de soi, et vous verrez changer le regard que les autres portent sur vous.

Selon la méthode de “Confiance illimitée“, s’accepter :

Ne dépend pas de ce que les autres pensent de nous, mais seulement de notre perception de nous-même.

C’est commencer par se connaître et s’apprécier. Et s’apprécier, s’aimer, se considérer avec respect permet de révéler ses immenses potentialités.

Vous êtes la personne la plus importante dans votre vie !

Deux règles d’or à suivre pour cela :

Déterminer ses problèmes avec réalisme : il s’agit de prendre conscience des points que l’on aimerait améliorer pour être plus épanoui, plus efficace au travail ou pour propulser sa carrière.

Préciser ses points forts et les valoriser : à partir du moment où on accepte d’être imparfait, on se sent déjà beaucoup mieux. Dès lors, il s’agit d’identifier :

Nos talents,

Ce qui fait de nous une personne compétente, efficace, appréciée,

Les domaines de notre vie qui nous satisfont.

4.3 – Surmonter ses peurs et ses inquiétudes

Les peurs

Tout être humain a peur de quelque chose. D’ailleurs, selon l’auteur, à partir du moment où elle ne nous enferme pas dans des barrières mentales, mais nous amène plutôt à essayer de la vaincre, la peur est utile.

En dehors de la crainte de ne pas être aimé ou de ne pas être assez important, la peur la plus courante, selon Franck Nicolas, est celle de prendre la parole en public.

En fait, la prise de parole revient à se soumettre au regard et au jugement des autres. C’est pourquoi, peu de personnes sont capables d’assumer avec assurance cette prise de risque. Pour ces personnes, la peur de prendre la parole en public constitue alors une véritable entrave à la vie professionnelle et sociale.

Passons à l’action !

La meilleure façon de lutter contre un manque de confiance en soi, c’est par l’action.

Dans son livre “Confiance illimitée“, Franck Nicolas nous encourage à être proactif et à combattre nos peurs.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Tremblez mais osez

Quel que soit le domaine où nous manquons de confiance, selon lui, une fois l’expérience surmontée, nous nous sentons soulagé et réalisons aussi que ce n’était pas aussi terrible que nous l’imaginions : ce qui semblait très pénible au départ engendre plus de stress que la situation ne le veut réellement. En réalité, 80 à 90 % de ce qui nous inquiète est construit, anticipé, imaginé ; la peur est, la plupart du temps, basée sur une interprétation erronée.

Ainsi, Franck Nicolas nous invite à contrôler nos pensées : chaque fois qu’une pensée négative entraînant de la peur surgit, nous pouvons stopper son élan, la modifier et, par notre questionnement, en extraire le potentiel positif.

Pour nous aider, nous pouvons juste avant de nous lancer et lorsque que nous ressentons ce stress, réaliser un petit exercice de visualisation : appuyer mentalement sur le bouton “stop” de notre esprit, prendre la diapositive de la peur (l’image et le sentiment qui nous paralysent) et la jeter en l’air, comme si elle était vraiment entre nos mains.

Sortons de notre zone de confort

Lorsqu’il s’agit d’affronter une situation qu’ils jugent déstabilisante, les gens ont tendance à se figer. En plus de la peur qui peut les paralyser, l’auteur explique cette attitude par deux principales raisons :

La notion de plaisir/douleur

Les gens qui souffrent d’un manque de confiance en eux n’osent souvent pas affronter leurs peurs. En fait, ils associent plus de plaisir à ne pas s’exposer, à sortir de leur zone de connaissance qu’à vivre de nouvelles expériences.

L’effort sans récompense immédiate

Il y a cette frénésie de consommation qui nous incite à tout vouloir tout de suite et facilement. Dès lors, la plupart des gens n’ont plus pour habitude de s’imposer rigueur et autodiscipline.

D’ailleurs, des statistiques concernant les grandes résolutions de début d’année montrent que :

7 jours après avoir pris ces résolutions, il n’y a plus que 71 % des gens qui ont maintenu leur résolution.

1 an plus tard, 12 % des personnes seulement continuent de tenir leur résolution.

Or, sortir de sa zone de connaissance est un prérequis pour augmenter sa confiance en soi. Par ailleurs, tout changement d’habitude de comportement nécessite du temps et de la volonté.

Le coaching, le mentorat et un environnement positif seront nos meilleurs alliés, notamment dans les premières semaines, période pendant laquelle tout se joue.

Augmentez votre niveau de vie, votre bien-être, vos finances, vos relations et vos affaires. Ne cessez jamais d’enrichir votre esprit. Lisez plusieurs livres par année, participez à des séminaires, à des formations, écoutez des programmes audio ou Internet, sachez vous entourer de personnes positives. Sortez de votre zone de connaissance pour découvrir, progresser et augmenter chaque jour, par les résultats, votre confiance en vous.

Soyons curieux !

Changez l’objet de votre attention, lâchez prise, et vous serez surpris de voir vos émotions se transformer au sujet de ce blocage qui vous hantait.

La curiosité est une habitude. Plus on est curieux, plus on le devient. Et au fil du temps, cela devient spontané. La curiosité est porteuse d’enthousiasme. C’est aussi une manière très efficace de dédramatiser ses peurs et ses blocages.

4.4 – Penser positif

Les pensées positives ou négatives circulent dans notre corps et sont libérées via nos expressions, nos gestes et nos actions.

Lorsque l’attitude est positive, nous entretenons des sensations agréables et des images constructives. Visualiser, dans notre esprit, ce que nous voulons vraiment obtenir, fait généralement venir le succès. Un esprit positif est source d’harmonie, de plus d’éclat, de santé plus stimulée, d’énergie et de bonheur.

Pour faire évoluer nos attitudes, il est essentiel de :

Intégrer des messages positifs dans nos conversations intérieures.

Se féliciter régulièrement, rêver de succès, se montrer enthousiaste.

Garder son esprit concentré sur des éléments importants, en se fixant des objectifs et des priorités.

Visualiser et mettre en pratique ses actions.

Élaborer une stratégie pour faire face aux problèmes.

Apprendre à se détendre, à lâcher prise.

Être honnête avec soi-même.

Être courageux et progresser chaque jour.

Faire de son mieux et ne pas regarder en arrière.

Envisager l’apprentissage et le changement comme des opportunités. Essayer de nouvelles choses, tenter de nouvelles expériences.

Être optimiste.

Pratiquer la pensée positive : cela fonctionne à condition de répéter des phrases avec lesquelles on est pleinement d’accord.

Quelle est la personne qui vous parle et vous influence le plus chaque jour ? Avez-vous une petite idée ? Évidemment, c’est vous !

CHAPITRE 5 – Planification et programmation

5.1 –  Redonner du sens à l’échec

Quand on en comprend le sens, l’échec est la voie de la réussite. En effet, selon l’auteur, les apprentissages sont basés sur l’essai et l’erreur ; si on ne se trompe jamais, on n’apprend rien.

Ainsi, l’auteur nous explique que, même si l’échec est une blessure pour notre orgueil, on peut en réduire l’impact émotionnel quand on le comprend comme une façon de s’améliorer, comme un apprentissage. Redéfinir l’échec de cette façon, nous fait gagner en assurance.

En fait, pour Franck Nicolas, la différence entre les gagnants et les perdants réside dans cela : les gagnants persévèrent, se relèvent après une chute et recommencent en changeant de stratégie pour parvenir à leurs fins.

L’erreur n’est pas de tomber ; l’erreur, c’est de ne pas se relever rapidement.

5.2 – Se donner un but

Se fixer des buts et célébrer ses victoires

“La plupart des gens meurent à vingt ans et sont enterrés à quatre-vingts ans”. Auteur anonyme

Certaines personnes sont tellement accaparées par leur quotidien qu’elles ne pensent quasiment jamais à ce qu’elles souhaitent faire de leur vie. Pourtant, pour Franck Nicolas, se fixer des buts favorise grandement la motivation.

Ici, l’auteur souligne la différence entre les mots “objectif” et “but” :

Les objectifs sont généraux et demandent à être définis et précisés.

Les buts sont précis, quantifiables et mesurables.

Par ailleurs, l’une des clés pour augmenter son leadership et sa confiance en soi, c’est de savoir célébrer ses victoires (et chaque petit progrès est une victoire).

Se fixer des buts, c’est une démarche, un exercice qui ne regarde que soi ; on ne le fait pas pour plaire aux autres. […] Parvenir à un but peut demander du temps. Rendez-le donc ludique, agréable et plein de sens !

Écouter son coeur pour pouvoir écouter son vrai moi

Pour savoir ce que l’on veut vraiment, on doit se reconnecter avec son propre moi, c’est-à-dire son vrai soi, authentique.

La passion nous permet de résister, de tenir, de ne pas voir passer les heures. Quand on a envie d’abandonner, il est alors judicieux de se rappeler quelle est notre passion et pourquoi on s’est engagé.

DEUXIÈME PARTIE – Les défis, les listes, les tests et les questionnaires de “Confiance illimitée“

Dans cette partie très pratique de “Confiance illimitée“, Franck Nicolas nous propose 21 défis pour passer à l’action !

Il nous invite à prendre un cahier pour effectuer une série d’exercices et répondre à ses questions. L’idée est qu’en relevant un défi par jour (15 à 20 minutes quotidiennement), on va notamment répéter certaines actions jusqu’au cap des 21 jours pour instaurer un changement.

Parmi les actions à répéter, Franck Nicolas nous demande, chaque jour, de :

Choisir une pensée positive dans une liste qu’il propose en fin d’ouvrage ;

Se dire cette pensée positive souvent dans la journée ;

Entreprendre trois actions pour concrétiser cette pensée ;

Noter ce qu’on a appris des exercices et des mises en pratique.

Les 21 défis de la méthode de “Confiance illimitée“

N’oubliez pas, tout commence par une décision ferme.

Pour Franck Nicolas, les 21 défis de “Confiance illimitée” constituent notre programme d’entraînement personnel, et donc notre contrat d’engagement : un contrat d’engagement entre nous et nous !

Défi n°1 et 2 : J’évalue mes points de départ : mon niveau de confiance et d’estime de moi

L’auteur propose ici plusieurs actions à réaliser avec des exercices qui vont établir un score pour définir son niveau de confiance en soi.

Défi n°3 : Je me donne des objectifs de progression

L’auteur invite ici à plusieurs actions comme celle de lister ses buts à travers les cinq qualités de leader que nous voudrions développer et cinq aspects de notre vie que nous aimerions améliorer.

Défi n°4 : Je me donne des ressources pour les atteindre

Il s’agit de se donner des ressources pour atteindre ses buts. L’auteur suggère de noter 5 :

Choses positives que les autres disent de nous ;

Choses positives qu’on se dit à propos des gens en qui on a confiance ;

Reproches que les autres nous font ;

Reproches que nous faisons le plus souvent aux autres.

Défi n°5 : Je formule clairement mes difficultés

Il s’agit notamment de décrire avec précision les situations qui nous font perdre confiance ou nous mettent mal à l’aise.

Défi n°6 : J’explore mon dialogue intérieur

Il s’agit de repérer les failles dans notre monologue intérieur en repérant les phrases négatives les plus fréquentes et en y associant des phrases positives.

Défi n° 7 : Je repère les situations où je suis plein d’assurance

L’auteur nous propose d’identifier cinq situations où l’on se sent parfaitement confiant, plein d’assurance sereine, puis d’indiquer, pour chacune de ces situations, ce qui pourrait nous déstabiliser.

Défi n° 8 : Je me pose les bonnes questions

Il s’agit de se poser les questions qui vont nous permettre de prendre les bonnes décisions et de renforcer notre confiance.

Défi n° 9 : Je traque mes croyances limitantes

L’auteur suggère de repérer trois de nos croyances limitantes puis de voir leurs effets sur notre vie.

Défi n° 10 : Je casse mes mauvaises habitudes

Il est primordial, pour ce défi, de décider de renoncer à ses habitudes pour en prendre de nouvelles, mieux adaptées. L’exercice ici consiste à sélectionner nos trois habitudes les plus contraignantes puis à compléter une série de phrases commençant par “je cesse de…” pour y remédier.

Défi n°11 : J’utilise positivement mes doutes.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Développement personnel

Développement Personnel : résumé du livre l’ego est l’ennemi de Ryan Holiday

Published

on

Dans L’ego est l’ennemi, Ryan Holiday affirme que souvent nos problèmes sont causés non pas par des facteurs externes mais par notre propre ego.
Le livre est divisé en trois parties : l’aspiration, le succès et l’échec.



“Le premier principe est que vous ne devez pas vous tromper vous-même et vous êtes la personne la plus facile à tromper”.  Richard Feynman

 
Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, votre pire ennemi vit déjà en vous : votre ego.
L’ego est une croyance malsaine en notre propre importance.

Aujourd’hui plus que jamais, notre culture attise les flammes de l’ego.
Il n’a jamais été aussi facile de parler, de se gonfler.


Nous attribuons une relation de cause à effet qui n’existe pas.
Nous supposons que les symptômes du succès sont les mêmes que le succès lui-même

– et dans notre naïveté, nous confondons le sous-produit avec la cause.

L’ego est l’ennemi de la construction, de l’entretien et de la récupération.
Votre ego n’est pas un pouvoir que vous êtes obligé de satisfaire à chaque instant.
Il peut être géré. Il peut être dirigé.

Partie I : Aspirer

Le talent n’est qu’un point de départ.
La question est de savoir si vous serez en mesure d’en tirer le meilleur parti.
Ou serez-vous votre propre pire ennemi ?
Entraînez-vous à vous voir avec un peu de distance.
Cultivez la capacité à sortir de votre propre tête.

Le détachement est une sorte d’antidote naturel de l’ego.
Bien que nous voyions grand, nous devons agir petit pour atteindre ce que nous cherchons.

Nous semblons penser que le silence est un signe de faiblesse.
Mais le silence est une force, en particulier au début de tout voyage.


La plus grande œuvre et le plus grand art consiste à lutter contre le vide, à lui faire face au lieu de se battre pour le faire disparaître.

Il ne s’agit pas de se demander “qui je veux être dans la vie”, mais “qu’est-ce que je veux accomplir dans la vie ?
Vous ne pouvez pas apprendre si vous pensez que vous le savez déjà.


L’ego nous donne un mauvais feedback, déconnecté de la réalité.
Il nous empêche de nous améliorer en nous disant que nous n’avons pas besoin de nous améliorer.

Comment quelqu’un peut-il être occupé et ne rien accomplir ?
C’est le paradoxe de la passion.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une passion ciblée, avec des limites.
Le but consiste à poursuivre quelque chose en dehors de soi-même plutôt que de se faire plaisir.
Attachez-vous à des personnes et à des organisations qui ont déjà réussi.

Immergez votre identité dans la leur et faites avancer les deux simultanément.
La grandeur vient des humbles débuts, elle vient du travail de fond.

Cela signifie que vous êtes la personne la moins importante dans la pièce
– jusqu’à ce que vous changiez cela avec des résultats.
Soyez moins important, faites plus.


Aidez-vous vous-même en aidant les autres.
Faites un effort concerté pour échanger votre satisfaction à court terme contre un gain à plus long terme.


Nous devons nous préparer à la fierté et l’éliminer rapidement, sinon elle tuera ce à quoi nous aspirons.
Que ce que je pourrais manquer de percevoir en ce moment qu’une personne plus humble aurait vu ?

Qu’est-ce que j’évite ou que je fuis ?
“On ne peut pas se construire une réputation sur ce qu’on va faire”, Henry Ford.
Il n’y a pas de zone de fin.

Penser à un nombre, c’est vivre dans un futur conditionnel. Nous parlons pendant des heures.
Alors que pour arriver là où nous voulons aller, il ne s’agit pas de briller dès le début, mais de fournir un effort continu.


C’est l’endroit où nous décidons de mettre notre énergie qui décide de ce que nous allons finalement accomplir.
Le travail se réalise, malgré le vent contraire.


Deuxième partie : le succès

Lorsque le succès arrive, l’ego commence à jouer avec notre esprit et à affaiblir la volonté qui nous a fait réussir en premier lieu.
Sans les bonnes valeurs, le succès est bref.
Peu importe ce que vous avez fait jusqu’à présent, vous feriez mieux d’être encore un étudiant.
Si vous n’apprenez pas encore, vous êtes déjà en train de mourir.

Il ne suffit pas d’être étudiant simplement au début.
C’est une position que l’on doit assumer toute sa vie.

Un amateur est sur la défensive.

Le professionnel trouve qu’apprendre est agréable.
Il aime être mis au défi et être remis à sa place,
et s’engage dans l’éducation comme un processus continu et sans fin.


Créer des histoires à partir d’événements passés est dangereux.
Écrire son propre récit conduit à l’arrogance.

Ces récits ne changent pas le passé, mais ils ont le pouvoir d’avoir un impact négatif sur notre avenir.
Au lieu de prétendre que nous vivons une grande histoire,

nous devons rester concentrés sur l’exécution – et sur l’exécution avec excellence.


Bien trop souvent, nous regardons les autres et faisons de leur approbation la norme que nous nous sentons obligés d’atteindre, et par conséquent, nous dilapidons notre potentiel et notre but même.


Le succès, et en particulier le pouvoir, s’accompagne de certaines des plus grandes et des plus dangereuses illusions :

le droit, le contrôle et la paranoïa.



Lorsque vous aurez réussi dans votre propre domaine,
vos journées seront moins axées sur l’action et plus sur la prise de décisions.
Cette transition exige de réévaluer et d’actualiser votre identité.


La créativité est une question de réceptivité et de reconnaissance.
Cela ne peut pas se produire si vous êtes convaincu que le monde tourne autour de vous.


En mettant l’ego de côté, même temporairement,  nous pouvons accéder à ce qui reste en relief.
En élargissant notre perspective, nous en voyons davantage.

 
La sobriété est le contrepoids qui doit contrebalancer le succès.
Surtout si les choses s’améliorent sans cesse.


Partie III : L’échec

L’échec arrive toujours sans qu’il y soit invité,
mais à cause de notre ego, nous sommes beaucoup trop nombreux à le laisser s’installer.

Ce qui importe, c’est que nous puissions répondre à ce que la vie nous propose.
Moins nous sommes attachés aux résultats, mieux c’est.

Lorsque nous remplissons nos propres normes, c’est ce qui nous remplit de fierté et de respect de soi.
Lorsque l’effort est là- et non les résultats, qu’ils soient bons ou mauvais – cela suffit très souvent.


Faites votre travail. Faites-le bien.

La reconnaissance et les récompenses – c’est un plus.
Toucher le fond est aussi brutal qu’il y paraît.
Mais le sentiment qui suit est l’une des perspectives les plus puissantes au monde.


La plupart des problèmes sont temporaires, à moins que vous ne fassiez en sorte qu’il n’en soit pas ainsi.
Le rétablissement ne se fait pas en une fois, c’est un pas devant l’autre.

A moins que votre remède ne soit davantage la maladie.
Lorsque le succès commence à vous échapper,

comprenez que vous devez vous remettre au travail et revenir à la phase d’aspiration.
Vous devez revenir aux premiers principes et aux meilleures pratiques.


Si votre réputation ne peut pas absorber quelques coups, elle ne valait rien dès le départ.
Les grands hommes s’en tiennent à une norme qui dépasse ce que la société pourrait considérer comme une réussite objective.

C’est pourquoi ils ne se soucient guère de ce que pensent les autres, ils se soucient de savoir s’ils respectent leurs propres normes.

Et ces normes sont bien plus élevées que celles de tout le monde.
“Le mieux que vous soyez capable de faire, c’est la mesure à laquelle vous devez vous mesurer.”


“Il ne suffit pas de gagner. Tout le monde peut gagner.
Mais tout le monde n’est pas la meilleure version possible de lui-même.”


-L’aspiration mène au succès (et à l’adversité).
-Le succès crée sa propre adversité (et, espérons-le, de nouvelles ambitions).

-Et l’adversité mène à l’aspiration et à plus de succès.


 

 

Continue Reading

Développement personnel

Développement Personnel : l’histoire inspirante de Soprano, rappeur d’origine comorienne né en France

Published

on

Soprano, de son vrai nom Saïd M’Roumbaba est né le 14 janvier 1979, à Marseille dans les Bouches-du-Rhône, dans une famille comorienne de confession musulmane. Son père est homme à tout faire sur des pétroliers et sa mère, femme de ménage.

Il grandit dans les quartiers Nord de Marseille, d’abord au Plan D’Aou puis aux Balustres2. Il débute dans le rap français avec le groupe Psy 4 de la rime. Echec au bac, tentative de suicide, pauvreté, galère, aujourd’hui, Soprano est une icone du Rap Français. Il est resté humble, courtois, simple. Découvrez le secret de sa reussite à travers cette vidéo.

Continue Reading

Développement personnel

Minutes coaching : comment lâcher prise ?

Published

on

Dans votre capsule en Développement personnel, votre coach Mariame Wone, coach certifiée depuis 11 ans vous parle de lâcher prise.

Continue Reading

Tendance