Connect with us
pub

Economie

Le producteur d’engrais Yara veut prendre le tournant de l’hydrogène

Published

on

Le fabricant norvégien d’engrais minéraux Yara International a annoncé mardi mettre un pied dans les énergies propres en misant sur l’ammoniac pour faciliter la problématique distribution de l’hydrogène. Le groupe a créé une division «Clean Ammonia» pour «saisir les opportunités de croissance dans les solutions alimentaires décarbonées, le carburant des navires et d’autres applications de l’ammoniac propre».

Matière de base des engrais azotés, ce composé d’azote et d’hydrogène est un vecteur efficace de stockage et de distribution de l’énergie: il peut être transformé en hydrogène mais aussi être utilisé directement comme combustible ne dégageant pas d’émissions de CO2 dans des centrales électriques thermiques et des fours industriels.

Yara planche notamment sur un projet-pilote de production d’ammoniac «propre» dans son usine de Porsgrunn (sud-est de la Norvège). Actuellement alimentée en gaz naturel, le groupe voudrait basculer vers une méthode utilisant le réseau électrique (quasi exclusivement d’origine hydraulique) norvégien à condition de décrocher des aides publiques.

Le producteur d’engrais a fait ces annonces lors de la publication de ses résultats financiers qui ont globalement bien résisté à la crise sanitaire due au Covid-19. En 2020, le bénéfice net s’est établi à 691 millions de dollars contre 599 millions un an plus tôt en dépit d’un repli de 9,3% du chiffre d’affaires, à 11,73 milliards. Hors exceptionnels, le résultat brut d’exploitation (EBITDA) ressort quasiment inchangé, à 2,16 milliards de dollars.

La baisse des prix du gaz, l’augmentation des livraisons de produits hauts de gamme et le renforcement du dollar ont compensé la baisse des prix et l’augmentation légère des coûts, a expliqué le groupe. Yara a proposé un dividende de 20 couronnes (2,4 dollar) pour le quatrième trimestre, ce qui porterait à 52 couronnes le dividende sur l’année. Son action prenait environ 1% à la Bourse d’Oslo en milieu de matinée sur un marché en baisse de 0,42% au même moment.

Continue Reading
7 Comments

7 Comments

  1. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 10, 2021 at 4:25

    My developer is trying to persuade me to move to .net from PHP.
    I have always disliked the idea because of the expenses. But he’s tryiong none
    the less. I’ve been using Movable-type on various websites
    for about a year and am worried about switching to another platform.
    I have heard excellent things about blogengine.net.
    Is there a way I can transfer all my wordpress posts into it?

    Any help would be really appreciated! asmr 0mniartist

  2. 0mniartist

    avril 11, 2021 at 9:07

    Excellent goods from you, man. I’ve understand your stuff
    previous to and you’re just too great. I really like what you
    have acquired here, really like what you’re stating
    and the way in which you say it. You make it entertaining and you still take care of to keep it smart.
    I can not wait to read far more from you. This is really a great
    web site. asmr 0mniartist

  3. 0mniartist

    avril 12, 2021 at 5:01

    Hi Dear, are you actually visiting this site regularly,
    if so then you will absolutely obtain good know-how.
    asmr 0mniartist

  4. asmr https://0mniartist.tumblr.com

    avril 13, 2021 at 7:05

    Wonderful blog! I found it while surfing around
    on Yahoo News. Do you have any tips on how to get listed in Yahoo
    News? I’ve been trying for a while but I never seem to get there!

    Thank you 0mniartist asmr

  5. http://j.mp

    avril 14, 2021 at 2:44

    I do not even know how I ended up here, but I thought this post was good.
    I do not know who you are but definitely you are going to a famous blogger if you are not already 😉 Cheers!
    asmr 0mniartist

  6. j.mp

    avril 15, 2021 at 10:51

    Hello there! I know this is kinda off topic but I was wondering if you knew where I could locate
    a captcha plugin for my comment form? I’m using the same blog platform as yours and I’m having trouble finding one?
    Thanks a lot! asmr 0mniartist

  7. and dating sites

    juin 1, 2021 at 2:45

    This is my first time visit at here and i am in fact impressed
    to read all at one place.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

France-Pétrole : TotalEnergies voit son pic de production atteint en cours de décennie

Published

on

La production de pétrole de TotalEnergies continuera à croître pour atteindre son maximum au cours de la décennie, avant de diminuer, a annoncé mardi le groupe, qui continuera à investir dans les hydrocarbures tout en visant le top 5 mondial des producteurs d’électricité renouvelable.

La production d’hydrocarbures du groupe français devrait progresser d’environ 3% par an d’ici 2026, tirée par le gaz naturel liquéfié (GNL) qui grimperait de 6% par an. Sa production de pétrole «atteindra son pic au cours de la décennie avant de décroître» avant 2030, suivant ses projections de progression de la demande mondiale, ajoute TotalEnergies, qui a présenté sa stratégie lors de sa journée investisseurs.

À l’horizon 2030, ses ventes devraient être composées à 30% de produits pétroliers, à 50% de gaz, à 15% d’électricité et à 5% de biomasse et hydrogène. Dans un marché du gaz naturel liquéfié en croissance moyenne de 5% à 7% par an à l’échelle mondiale, sa production de GNL devrait augmenter de 30% d’ici 2025 et les ventes atteindre alors 50 Mt/an, soit 10% du marché mondial.

TotalEnergies, sous la pression d’investisseurs et du public pour agir plus en faveur du climat, souligne aussi son «ambition de devenir un des 5 premiers producteurs mondiaux d’électricité renouvelable», avec pour objectif 100 GW de capacité brute installée d’ici 2030. La compagnie devrait afficher un portefeuille de plus de 10 GW en opération à fin 2021. Sa capacité augmentera d’environ 6 GW par an de 2022 à 2025, pour atteindre 35 GW d’ici 2025, estime-t-elle.

Continue Reading

Economie

Pétrole : L’Opep croit toujours à l’avenir de la demande pétrolière

Published

on

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pense que la demande pétrolière mondiale va continuer à progresser d’ici à 2045, tout en estimant que l’essentiel de cette hausse sera concentrée sur la décennie actuelle.

Dans son rapport annuel sur les perspectives de la demande pétrolière mondiale publié mardi, elle anticipe une demande accrue de 17,6 millions de barils par jour (mb/j) entre 2020 et 2045, pour atteindre 108,2 mb/j à cet horizon. C’est légèrement moins que ce que prévoyait le cartel basé à Vienne l’an dernier.

En prenant pour référence 2019, avant la crise du Covid-19 et l’effondrement de la demande enregistré l’an dernier, la croissance apparaît toutefois moins importante, autour de 8,2 mb/j d’ici 2045.

«Les demandes pour l’énergie et le pétrole ont rebondi de manière significative en 2021, après la chute énorme enregistrée en 2020, et une expansion continue est prévue pour le long terme», souligne le secrétaire général du cartel, Mohammed Barkindo, dans son introduction à ce rapport à 2045.

Pour l’Opep, la demande sera tirée par les pays en développement, tandis qu’elle déclinera dès 2023 dans les pays riches appartenant à l’OCDE. Au niveau mondial, la croissance de la demande devrait être importante les premières années, avant de ralentir progressivement pour finir par atteindre un quasi-plateau après 2035.

Après 100 mb/j en 2019, puis 90,6 mb/j l’an dernier pendant la crise, la demande devrait ainsi remonter à 103,6 mb/j en 2025, 106,6 mb/j en 2030, puis 107,9 mb/j en 2035. La croissance est ensuite quasi nulle jusqu’aux 108,2 mb/j attendus en 2045, prévoit l’Opep.

Cette trajectoire apparaît en contradiction avec celle que prône l’Agence internationale de l’énergie (AIE) pour permettre au monde d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et limiter le réchauffement climatique de la planète proche de 1,5°C, par rapport à la seconde moitié du 19e siècle.

Dans un rapport choc publié au printemps, l’AIE dessine un scénario dans lequel, si le monde veut juguler le réchauffement, l’électricité répond à un nombre croissant d’usages et le pétrole ne revient jamais à son pic de 2019 pour décliner à 72 mb/j en 2030 puis seulement 24 mb/j en 2050. Elle invite également à abandonner dès maintenant tout nouveau projet d’exploration d’hydrocarbures.

Mohammed Barkindo assure pour par sa part que des «investissements énormes» seront nécessaires pour répondre à la demande. «Sans les investissements nécessaires, de nouveaux épisodes de volatilité et un manque d’énergie à l’avenir sont possibles, ce qui n’est pas dans l’intérêt des producteurs ou des consommateurs», juge-t-il.

Continue Reading

Economie

Russie-Énergie : Le gaz russe au cœur d’une dispute entre Kiev et Budapest

Published

on

L’Ukraine et la Hongrie ont annoncé mardi la convocation de leurs ambassadeurs respectifs, Kiev reprochant à Budapest des accords gaziers avec Moscou qui menaceraient sa «sécurité énergétique». Budapest a en premier convoqué le représentant ukrainien, l’Ukraine lui rendant la pareille.

«Nous considérons comme une violation de notre souveraineté le fait que l’Ukraine veuille empêcher l’approvisionnement» de la Hongrie en gaz, a fulminé mardi sur Facebook le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto. «Transporter du gaz en contournant l’Ukraine sape la sécurité énergétique de notre pays et celle de l’Europe», a répliqué auprès de l’AFP le porte-parole de la diplomatie ukrainienne Oleg Nikolenko.

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé lundi avoir signé deux contrats prévoyant la livraison de jusqu’à 4,5 milliards de mètres cubes de gaz russe annuels pendant 15 ans vers la Hongrie, contournant l’Ukraine qui était jusqu’ici la principale voie de transit. La diplomatie ukrainienne s’était déclarée lundi «surprise» et «déçue par cette décision» de Budapest «prise pour plaire au Kremlin».

Moscou a pour sa part souligné que l’Ukraine n’avait pas «le droit de s’ingérer» dans les relations entre la Russie et la Hongrie, selon le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov. L’Ukraine tire des revenus significatifs du transit du gaz russe vers le reste de l’Europe et voit donc comme une menace tout accord court-circuitant son territoire. D’autant que dans les mois à venir le gazoduc Nord Stream-2, reliant la Russie à l’Allemagne, devrait entrer en service.

Ce tube pourrait à terme priver l’Ukraine, pays parmi les plus pauvres d’Europe, d’au moins 1,5 milliard de dollars par an. Alliée de l’Occident face à la Russie, cette ex-république soviétique, est depuis 2014 le théâtre d’une guerre séparatiste pro-russe dans l’Est, déclenchée dans la foulée de l’annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Continue Reading

Tendance