Connect with us
pub

Economie

Yémen-lutte contre la famine: L’ONU veut récolter 3,85 milliards de dollars contre la famine

Published

on

L’ONU espère récolter lundi 3,85 milliards de dollars lors d’une conférence de donateurs pour prévenir une famine à grande échelle au Yémen, pays dévasté par la guerre et où « l’enfance est désormais un enfer ».

Plus de 100 gouvernements et donateurs particuliers participent à une réunion virtuelle -co-organisée par la Suède et la Suisse- alors que sur le terrain les violences se sont récemment intensifiées à Marib, dans le nord du pays très pauvre de la péninsule arabique.

Les rebelles houthis ont repris une offensive début février pour arracher ce dernier bastion du gouvernement dans le Nord, tout en multipliant les attaques vers le territoire saoudien voisin. Le conflit, vieux de plus de six ans, a tué des dizaines de milliers de personnes et poussé des millions d’autres au bord de la famine: c’est la pire crise humanitaire au monde selon l’ONU.

Dans un contexte de pandémie, la chute des financements de l’aide a empiré la situation. L’ONU, qui n’a récolté que la moitié de l’aide nécessaire l’année dernière, a appelé lundi à un « financement immédiat ». « Pour la plupart des gens, la vie au Yémen est désormais insupportable. La période de l’enfance est désormais un enfer. Cette guerre est en train de faire disparaître toute une génération de Yéménites », a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. « Ce n’est pas le moment de se détourner du Yémen », a ajouté le haut diplomate cité dans un communiqué.

L’ONU compte notamment sur les riches pays du Golfe entourant le Yémen pour recueillir les 3,85 milliards de dollars (environ 3,18 milliards d’euros), après avoir manqué de 1,5 milliard de dollars sur les 3,4 milliards nécessaires l’année dernière. Les Emirats arabes unis se sont engagés vendredi à donner 230 millions de dollars.

Selon les derniers chiffres des Nations unies, plus de 16 millions de Yéménites, soit environ la moitié de la population de 29 millions d’habitants, seront confrontés à la faim cette année. Près de 50.000 d’entre eux « meurent déjà de faim dans des conditions proches de la famine » et 400.000 enfants de moins de cinq ans pourraient mourir de malnutrition aiguë « sans traitement d’urgence ».

En septembre 2020, l’ONU a révélé que l’aide essentielle avait été supprimée dans 300 centres de santé du Yémen en raison du manque de financement, et que plus d’un tiers de ses principaux programmes humanitaires dans le pays avaient été soit réduits, soit complètement interrompus.

Douze organisations humanitaires, dont Save the Children, Oxfam et Action contre la Faim, ont mis en garde contre une « catastrophe » en cas de manque de financement. « Avec cinq millions de personnes au bord de la famine et plus des deux tiers de la population du pays ayant besoin d’aide humanitaire ou de protection, la situation ne pourrait pas être plus urgente », ont-elles déclaré dans un communiqué commun.

Le Programme alimentaire mondial, prix Nobel de paix en 2020, a annoncé dimanche qu’il était lui-même « confronté à un manque de financement important ».

La conférence se tient à un moment où les Etats-Unis cherchent à relancer le dialogue politique pour résoudre le conflit. Washington a retiré les rebelles houthis de la liste des « organisations terroristes » et cessé de soutenir l’intervention militaire de la coalition menée par l’Arabie saoudite dans le pays depuis 2015. Les houthis ont néanmoins intensifié leurs opérations contre les forces du gouvernement et l’Arabie Saoudite, alors que l’aviation saoudienne pilonne les positions des rebelles dans le nord du Yémen, afin de contrer leur dernière offensive.

L’ONU a mis en garde contre un désastre humanitaire potentiel si les combats sanglants pour Marib continuent, rappelant qu’ils ont déjà mis « des millions de civils en danger ». La région, jusqu’alors alors relativement épargnée par le conflit, abrite de nombreux déplacés, dont des centaines ont dû récemment reprendre la fuite.

« Nous sommes à la croisée des chemins », a déclaré le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, selon le communiqué. « Nous pouvons choisir la voie de la paix ou laisser les Yéménites sombrer dans la pire famine qu’ait connu le monde depuis des décennies ».

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Afrique du Sud-Aviculture : épidémie de grippe aviaire dans le Gauteng

Published

on

Le ministère sud-africain de l’Agriculture a signalé le 13 avril dernier un foyer de grippe aviaire dans une ferme avicole commerciale localisée à Ekurhuleni dans la province du Gauteng. Elle est liée à la souche H5 du virus et a déjà fait succomber environ 300 oiseaux.  

Dans un communiqué, les autorités indiquent que les services vétérinaires de la région ont mis l’exploitation en quarantaine afin de limiter la propagation de la maladie virale et travaillent actuellement pour déterminer l’ampleur de l’épidémie.

En réponse à cette situation, le Botswana, 4e destination à l’export pour la viande de volaille sud-africaine a déjà interdit le 14 avril avec effet immédiat, les importations de volailles vivantes et de produits avicoles (viande, œuf et plumes) en provenance du pays.

Continue Reading

Economie

Sénégal-Logistique: Remboursement de dettes, le Port Autonome de Dakar va verser 1,980 milliard de FCFA le 19 avril

Published

on

Selon le Dépositaire central Banque de Règlement, le Port Autonome de Dakar procédera, le 19 avril, au paiement des intérêts semestriels de l’emprunt obligataire dénommé « PAD 6,60% 2020-2027 » .

Il s’agit d’un montant global net d’impôt de 1.980.000.000 (Un milliard neuf cent quatre-vingt millions de FCFA).

Pour rappel, le Port autonome de Dakar, avait émis un emprunt obligataire d’u montant de 60 milliards de fcfa en octobre 2020. Cette opération visait à financer les premiers investissements de mise en valeur de la nouvelle plateforme portuaire de Ndayane, un port en eau profonde.

Continue Reading

Economie

Sénégal : l’ancien Ministre du budget Abdoulaye Diop nommé Président de la commission de l’UEMOA

Published

on

L’ancien ministre sénégalais du Budget, Abdoulaye Diop, a été nommé président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), annonce un communique de l’institution. 

Le document indique que les actes de nomination du président et des membres de la commission instruite par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, réunie par visioconférence le 25 mars dernier ont été signés mercredi par le chef de l’Etat burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice de la Conférence. 

La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA avait pris acte de l’expiration des mandats du président et des membres de la Commission de l’UEMOA à compter du 08 mai 2021, et de confier la Présidence de la Commission de l’UEMOA au candidat proposé par le Sénégal.

 Sur proposition des chefs d’Etat et de gouvernement, devait intervenir ‘’au plus tard le 1er mai 2021’’, signale le communiqué. 

Continue Reading

Tendance